La banque centrale japonaise continue à faire bande à part

Les marchés

Cette semaine, pour le Japon aussi, la conjoncture s’est quelque peu assombrie. Le PMI de l’industrie manufacturière a diminué de 51,5 à 51. Cet indicateur signale que l’économie japonaise commence également à ressentir les effets du ralentissement conjoncturel international. En revanche, le PMI pour le secteur des services a augmenté de 49,5 à 51,9, ce qui montre la résilience du volet de l’économie axé sur la demande intérieure.

L’outsider de l’inflation et de la politique monétaire

La hausse des prix de l’énergie et de l’alimentation, aggravée par l’affaiblissement du cours du change du yen, ont notamment fait grimper l’inflation headline à 3% en glissement annuel en août. En revanche, l’inflation de base (qui exclut les prix de l’énergie et de l’alimentation) n’a connu qu’une hausse légère, à seulement 0,7% en glissement annuel. Autrement dit, l’inflation sous-jacente est toujours largement inférieure à l’objectif de 2% de la Banque du Japon (BoJ). Celle-ci interprète en outre la hausse actuelle de l’inflation headline comme un phénomène transitoire, ce qui implique le risque qu’elle converge à nouveau vers l’inflation de base (trop) basse.

Cette situation est diamétralement opposée à celle des autres grandes économies (États-Unis, zone euro, Royaume-Uni…), qui subissent des pressions inflationnistes beaucoup plus importantes. La remarquable stabilité des prix au Japon est ancrée dans les anticipations inflationnistes rigides des entreprises et des ménages, qui restent autour de 0%. Ces faibles prévisions d’inflation se répercutent dans les négociations salariales et maintiennent ainsi la rigidité du niveau nominal des prix, malgré les efforts mis en œuvre depuis des années par la BoJ pour porter durablement l’inflation à 2%. De même, la composante cyclique du chômage, qui n’a pas encore été éliminée après la pandémie, continue à peser sur le taux d’inflation japonais.

Autant de bonnes raisons pour lesquelles la BoJ reste la seule grande banque centrale à maintenir son taux directeur négatif et ne prévoit, à l’heure actuelle, aucune modification à sa politique “d’assouplissement quantitatif et qualitatif, avec contrôle de la courbe des taux”. Concrètement, cela signifie surtout que la BoJ continuera jusqu’à nouvel ordre à imposer une limite supérieure de 25 points de base pour le taux d’intérêt à dix ans. Par conséquent, le défi pour la BoJ réside dans le fait que le différentiel de taux à 10 ans entre les États-Unis et le Japon devient de plus en plus marqué et que le cours du yen s’affaiblit fortement. Il est vrai que cela fait légèrement grimper l’inflation, mais ce type d’inflation “importée” n’est pas celui que la BoJ aspire à atteindre (elle voudrait plutôt une inflation soutenue par une demande intérieure robuste). À cela s’ajoute le fait que jusqu’à présent, les exportations japonaises n’ont guère profité de la faiblesse du yen. En collaboration avec le ministère des Finances, la BoJ tente à présent de résoudre la quadrature du cercle – une politique accommodante dans un contexte international tendu – en intervenant de manière ciblée sur les marchés des changes pour soutenir le yen. Ce n’est évidemment pas une solution durable. Il est toutefois peu probable que la BoJ adapte encore sa politique avant la fin du mandat du président Kuroda, en avril 2023. En tant que co-architecte de “l’Abenomics”, Kuroda est et reste favorable à une politique monétaire accommodante. Et jusqu’à nouvel ordre, le taux d’inflation faible lui donne la marge de manœuvre nécessaire pour l’appliquer. 

L’inflation augmente, mais reste étonnamment modérée (évolution annuelle en %)

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Le dollar retient son souffle

Le dollar retient son souffle

Powell fête Saint-Nicolas à l'avance

Powell fête Saint-Nicolas à l'avance

To peak or not to peak?

To peak or not to peak?

Inflation de la demande contre inflation de l’offre

Inflation de la demande contre inflation de l’offre