“Mini” budget, maxi conséquences

Les marchés

La livre sterling est en pleine dégringolade. Vendredi dernier, les marchés lui ont infligé un sérieux coup de massue; un nouveau revers, plus douloureux encore, a suivi tôt ce matin. À certain moment, la devise a perdu quelque 330 points par rapport à l’euro. Le cours EUR/GBP a brièvement franchi la barre de 0,926. Juste avant le week-end, la paire atteignait 0,893, ce qui représentait déjà une hausse de 200 points. La situation du cable (GBP/USD) s’avère encore plus dramatique: baisse de 400 points vendredi, perte supplémentaire de 500 points ce matin. Le cours GBP/USD a brièvement renoué avec son niveau le plus bas depuis 1985 (1,052). En cas de rupture persistante en dessous de ce seuil, là encore, la parité pourrait être à portée de main.

Toujours pas impressionné(e)? Jetez donc un œil aux marchés des taux britanniques. Vendredi, le segment court (2 à 7 ans) a pris 44 à 57 (!) points de base. Une fameuse ascension qui se poursuit aujourd’hui (21-54 pb). Le taux britannique à deux ans (4,4%) a traversé la limite des 4% comme un couteau dans du beurre. Le “gain” sur la partie longue de la courbe sur les deux jours s’élève à plus de 40 points de base.

Pour remarquables qu’ils soient, la cause de ces développements est évidente. Vendredi dernier, le ministre des Finances Kwarteng a présenté le mini budget. Touche d’ironie britannique, ce budget intermédiaire est tout sauf “mini”: c’est comme si saint Nicolas, le père Noël et le lapin de Pâques arrivaient en même temps. Parmi les mesures les plus marquantes, citons la suppression de la tranche d’imposition la plus élevée et la réduction du taux de base de 20% à 19%. Les récentes augmentations des charges mises en œuvre (dans la sécurité sociale) et planifiées (pour les entreprises) sont supprimées, tandis que les droits d’enregistrement pour les achats immobiliers sont revus à la baisse. Ces mesures s’ajoutent au gel coûteux des prix de l’énergie. Cette réforme fiscale, la plus radicale depuis les années 70, coûtera des dizaines de milliards de livres. Dans un entretien avec la BBC dimanche dernier, Kwarteng a indiqué que ce n’était que le début.

De fait, le gouvernement Truss semble encore vivre à l’ère des taux bas et a l’intention de financer les dépenses avec de nouvelles dettes. D’où les affres des marchés, qui anticipent avec horreur les déficits abyssaux dans le budget et la balance courante (qui atteignent déjà des records jamais vus en 70 ans) et redoutent un dérapage des finances publiques. Les primes de risque pour tous les actifs un tant soit peu britanniques augmentent rapidement. La réaction des marchés vendredi et aujourd’hui peut être considérée comme une motion de censure. Il est compréhensible que le gouvernement veuille soutenir l’économie en période de crise. Mais sans même évoquer sa situation financière, le taux d’inflation à 10% ne le lui permet tout simplement pas. Truss va droit à l’affrontement avec la Banque d’Angleterre. Depuis le mois de décembre, la banque centrale relève progressivement le taux directeur. La semaine dernière, Threadneedle Street a encore procédé à un relèvement de 50 pb, à 2,25%. Mais cette approche progressive a fait son temps. La Banque d’Angleterre devra passer de toute urgence à la vitesse supérieure, et c’est ce qu’elle fera dès la prochaine réunion de politique le 3 novembre… ou plus tôt? Certains observateurs supputent qu’une réunion intermédiaire d’urgence pourrait être à l’ordre du jour. Même alors, la question est de savoir si un relèvement jusqu’à présent inédit de 75 pb suffira à convaincre les marchés. Ceux-ci tablent d’ores et déjà sur un resserrement monétaire supplémentaire de près de 200 points pour les deux dernières réunions de cette année. Le pic attendu des taux d’intérêt approche désormais des 6%, soit pas moins de 1,5 point de pourcentage de plus qu’il y a une semaine.
 

Prévisions des marchés concernant le taux directeur de la BoE aujourd’hui par rapport à il y a une semaine

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Une véritable ménagerie

Une véritable ménagerie

Recul du dollar et des taux après les PMI américains

Recul du dollar et des taux après les PMI américains

La RBNZ navigue à contre-courant

La RBNZ navigue à contre-courant

Dans quelle mesure les entreprises sont-elles résilientes ?

Dans quelle mesure les entreprises sont-elles résilientes ?