vlagecBOE
vlagecBOE

Le "cable" (GBP/USD) à son niveau le plus bas depuis 1985!!

Les marchés

Les nouvelles statistiques mensuelles ont été publiées cette semaine au Royaume-Uni. Une réunion de la Banque d’Angleterre (BoE) était en principe également prévue hier, mais celle-ci a été reportée à la semaine prochaine en raison de la période de deuil suite au décès de la Reine Elisabeth II. Le président Bailey et ses collègues ont donc encore un peu de temps pour réfléchir. Comme d’autres banques centrales, la BoE se trouve aujourd'hui dans une position peu enviable.

D'abord, les statistiques. Le marché de l’emploi résiste bien à première vue. Le taux de chômage est ainsi passé de 3,8 % à 3,6 %. Une bonne nouvelle ? Cette baisse est surtout due au nombre de personnes qui quittent le marché de l’emploi (le taux d’inactivité augmente). La croissance de l’emploi a ralenti plus que prévu. En revanche, les salaires ont quant à eux de nouveau augmenté plus que prévu (5,5 %).Pas évident dans ces conditions de tirer une conclusion claire et nette pour une banque centrale. L’inflation (générale) s'est légèrement "repliée", à 9,9 % en août, principalement à cause du reflux des prix des carburants. L’inflation de base s’est pour sa part accélérée, à 6,3 %. Les prix des services, mais aussi de l’alimentation, continuent ainsi de grimper. Une enquête trimestrielle menée par la BoE montre que les Britanniques ont une nouvelle fois revu leurs prévisions d’inflation à la hausse pour l’année à venir. Mais un autre détail fait également mal. Dans son enquête, la BoE demande aussi aux Britanniques dans quelle mesure ils sont satisfaits de la manière avec laquelle elle tente de maîtriser l’inflation. Si la confiance est "le principal actif" d’une banque centrale, la BoE doit alors commencer à s’inquiéter. De plus en plus de Britanniques déclarent ne plus avoir confiance. L’indicateur a atteint son niveau le plus bas jamais enregistré ! Précisément aujourd'hui ! Quant à savoir si la confiance du Britannique "moyen" serait plus élevée si le coût (souvent variable) de son crédit hypothécaire augmentait encore, c'est naturellement encore plus difficile. Plus tôt cette semaine, la réaction des marchés aux statistiques est restée limitée. Les chiffres des ventes au détail publiés ce matin n'ont en revanche pas laissé le marché inidifférent. Ces ventes sont en effet beaucoup plus faibles que prévu (-1,6 % en glissement mensuel et -5,4 % en glissement annuel) ! L’impact de l’inflation sur le revenu disponible se reflète dans pratiquement toutes les catégories de dépenses.

Dans un premier temps, les taux britanniques (à court terme) se sont légèrement repliés. Ces derniers restent donc à la traîne comparé à la tendance haussière récemment observée aux États-Unis et dans l’UEM. Jusqu’à nouvel ordre, la lutte contre l’inflation demeure la priorité de la Fed et de la BCE. Bien entendu, la BoE affirme aussi mettre tout en œuvre pour faire face aux hausses des prix. Mais au moins une partie des membres de la banque centrale ont été tentés d'accorder également beaucoup de poids à la croissance. La BoE avait déjà indiqué qu’elle pensait/espérait que le net ralentissement de la croissance aiderait à refroidir l’inflation à relativement court terme.

En outre, la BoE devra émettre un jugement monétaire sur les mesures prises par le nouveau gouvernement en vue de faire baisser la facture énergétique des Britanniques. Le pic d’inflation prévu dans les prochains mois sera ainsi nettement plus bas que craint initialement. D’un autre côté, les injections budgétaires offriront un soutien important à la demande, ce qui signifie que l’inflation de base pourrait rester élevée pendant plus longtemps. Cela ne devrait pas être un argument pour une banque centrale indépendante, mais est-il possible que la BoE décide de contrecarrer la politique de soutien à la croissance de la Première ministre Liz Truss, alors que celle-ci montre qu'elle n’est pas vraiment fan de l’approche choisie par la banque centrale ? Le marché estime que, contrairement à la BCE et la Fed, la BOE va suivre la voie de la progressivité et relever son taux directeur de 50 points de base, et pas 75, la semaine prochaine. Cette approche potentiellement moins agressive a un impact (technique) sur la livre ce matin. Le cours EUR/GBP a franchi la zone technique de 0,8721/31 (voir le graphique). La zone de 0,886666 (ligne de cou précédente) équivaut au seuil suivant sur les graphiques. Par rapport au dollar, la devise britannique ("cable" à 1 137) est dans l’intervalle passée sous la barre de 1,14, son niveau le plus bas depuis 1985 !

Le "cable" (GBP/USD) en route vers un plus bas "historique"?

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Une semaine attendue avec impatience…

Une semaine attendue avec impatience…

La MNB résiste à la tentation

La MNB résiste à la tentation

De l'espoir d'un gain à la certitude d'une perte

De l'espoir d'un gain à la certitude d'une perte

PMI : pas de récession ; pression persistante sur les prix

PMI : pas de récession ; pression persistante sur les prix