Les risques géopolitiques du verdissement

Les marchés

Cora Vandamme

Le charbon a été l’un des principaux fondements de la première révolution industrielle. Les machines à vapeur doivent en grande partie leur rapide montée en puissance à l’or noir. Plus tard, d’autres combustibles fossiles, comme le gaz et le pétrole, se sont ajoutés au mix énergétique qui a alimenté le développement économique.

Nous avons parfois tendance à l'oublier, mais les sources d’énergie renouvelables n'ont en réalité rien de neuf. De l’Antiquité au début de la révolution industrielle, l’homme a de tout temps utilisé la biomasse, le soleil, le vent et le travail humain et animal. Le réchauffement climatique nous force aujourd'hui à tourner le dos aux combustibles fossiles et à utiliser de nouveau – mais d'une autre manière – des sources d’énergie renouvelables.

Renouvelable 2.0

Toutefois, l’accroissement de la population mondiale et l'augmentation du niveau moyen de prospérité font que les sources d’énergie renouvelables ne peuvent plus être utilisées comme avant. Notre grande machine économique a besoin de beaucoup plus d’énergie que l’économie au Moyen-Âge. Grâce aux progrès technologiques, il est aujourd'hui devenu théoriquement possible de produire de grandes quantités d’énergie renouvelable.Tout est désormais une question de mise en œuvre.

Matières premières critiques et dangers géopolitiques

La généralisation des technologies renouvelables suppose quelques défis de taille. Parmi ceux-ci, pointons notamment l’extraction des matières premières spécifiques qui doivent permettre la révolution verte (voir le graphique).

Aujourd’hui, les combustibles fossiles sont une source de tension sur le plan géopolitique. La guerre entre la Russie et l’Ukraine a mis en lumière une grande faiblesse de l’UE, à savoir sa dépendance économique au gaz russe. La géopolitique des métaux essentiels au verdissement de l'économie, comme les terres rares et le lithium, va devenir un enjeu de plus en plus important à l'avenir.

Pour certains métaux critiques, l'extraction est actuellement très concentrée. Ainsi, la Chine produit plus de 90 % de toutes les terres rares utilisées dans le monde et ce, alors que ces matériaux sont présents dans le sol sur tous les continents. Avec de bons choix politiques, les risques géopolitiques pourraient donc être limités.

Tous les grands décideurs, y compris ceux des États-Unis et l’UE, sont conscients de cette problématique et ont créé des groupes d’étude chargés d'élaborer des stratégies. Le gros problème réside dans le fait qu’il n'y a aucune coordination entre ces groupes et que les mesures proposées ne vont pas toujours dans le même sens. C’est la raison pour laquelle l’Agence internationale pour les énergies renouvelables plaide en faveur d’une plus grande coordination entre les pays. À défaut d'harmonisation, nous risquons de nous retrouver à nouveau dans une situation similaire à la crise du gaz actuelle.

Augmentation de la demande de matières premières minérales d’ici 2040 (2020 = 1)

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La Banque d’Angleterre suit ses collègues

La Banque d’Angleterre suit ses collègues

Les projets climatiques des démocrates renaissent de leurs cendres

Les projets climatiques des démocrates renaissent de leurs cendres

Quid après le "hat trick" de la RBA ?

Quid après le "hat trick" de la RBA ?

Reprise chinoise: les risques augmentent

Reprise chinoise: les risques augmentent