Les projets climatiques des démocrates renaissent de leurs cendres

Les marchés

En ce moment, le processus législatif américain semble réserver aux observateurs plus de rebondissements qu’un film de Tarantino. Il y a deux semaines, Joe Manchin, un sénateur démocrate conservateur originaire de “l’état du charbon” de Virginie-Occidentale, semblait avoir définitivement enterré le programme Build Back Better de Joe Biden. Or aujourd’hui, Joe Manchin et Chuck Schumer, le chef du groupe majoritaire au Sénat, ont tout de même trouvé un accord pour mettre en œuvre des composantes importantes du programme.

Bonne nouvelle pour le climat

L’accord serait enfin une bonne nouvelle pour le climat. Après la Chine, les États-Unis sont les plus grands émetteurs de CO2 au monde, avec 11% des émissions mondiales. À Paris, les États-Unis avaient promis de réduire leurs émissions de 50% par rapport à 2005 d’ici 2030. Selon une première estimation du fournisseur de recherche indépendant Rhodium Group, cette proposition de loi permettrait de réduire les émissions américaines de 38% en moyenne d’ici 2030, contre 30% sans la proposition. Ces économies de CO2 seraient principalement réalisées grâce à un mélange d’avantages fiscaux et de subventions pour les technologies vertes, comme les voitures électriques, les technologies de l’hydrogène, les carburants verts, les énergies renouvelables et le captage du carbone.

Ne dites pas Build Back Better, mais Inflation Reduction Act

Ce n’est pas par hasard que l’actuelle proposition de loi a été baptisée Inflation Reduction Act. Contrairement à la proposition Build Back Better, qui prévoyait 3,5 milliards USD de nouvelles dépenses (financées par la dette), cet accord serait principalement financé par de nouveaux impôts. Un impôt des sociétés minimum de 15% serait introduit, ce qui alignerait du même coup les États-Unis sur le minimum mondial négocié précédemment par la ministre des Finances Janet Yellen. En outre, une solution de contournement pour les Américains les plus riches serait éliminée et les contrôles fiscaux seraient renforcés. La dette publique diminuerait de 306 milliards USD, ce ferait baisser la demande domestique et donc l’inflation. Les pouvoirs publics pourraient également (re)négocier le prix des médicaments, ce qui leur permettrait d’économiser pas moins de 288 milliards de dollars, selon le Congressional Budget Office. Enfin, la réglementation relative au développement de nouveaux projets pétroliers et gaziers devrait être temporairement assouplie, ce qui pourrait refroidir les prix de l’énergie.

Encore des “plot twists” en vue?

La ratification de l’Inflation Reduction Act serait une victoire bienvenue pour le parti démocrate, qui accuse un léger retard dans les sondages. Le président Biden pourrait également en tirer parti pour remédier à son faible taux de popularité de 39%. Mais attention, un scénario à la Kill Bill reste toujours possible. L’industrie pharmaceutique redoublera d’efforts de lobbying pour que la loi ne passe pas et il ne faut s’attendre à aucun soutien de la part des républicains. Cependant, sous la pression des élections de mi-mandat, les sénateurs et les représentants démocrates feront probablement bloc pour ratifier cet accord. Ainsi, ce thriller politique pourrait encore se conclure par un happy end…

Projections actuelles des émissions de CO2 (États-Unis, milliards de tonnes métriques)

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La Banque d’Angleterre suit ses collègues

La Banque d’Angleterre suit ses collègues

Les risques géopolitiques du verdissement

Les risques géopolitiques du verdissement

Quid après le "hat trick" de la RBA ?

Quid après le "hat trick" de la RBA ?

Reprise chinoise: les risques augmentent

Reprise chinoise: les risques augmentent