Pas de répit pour l’économie mondiale

Les marchés

“Pas de répit pour l’économie”. C’est l’incipit du rapport annuel à la fois remarquablement direct et pessimiste de la Banque des règlements internationaux (BRI), la “banque centrale des banques centrales”. En effet, alors que l’inflation s’accélère de plus en plus, la voie vers un “atterrissage en douceur” s’est considérablement étrécie. Si nous voulons éviter de nous retrouver dans un environnement ou “régime” d’inflation structurellement élevée, les banques centrales doivent procéder à des interventions rapides et musclées, quel que soit le coût économique. 

La psychologie de l’inflation

La BRI souligne le risque d’un changement (durable) au niveau du régime d’inflation. Elle considère que l’inflation n’évolue pas de manière linéaire, mais qu’elle bascule d’un régime à l’autre. Dans un régime de faible inflation, l’inflation est plutôt un bruit de fond: son évolution dépend alors de chocs de prix temporaires, spécifiques à un nombre limité de produits. Comme ces chocs revêtent un caractère provisoire et sont généralement d’une ampleur limitée, les banques centrales peuvent garder l’inflation sous contrôle. Cela fait longtemps que l’économie mondiale connaît un tel régime d’inflation “bénin”. 

Selon la BRI, cette situation est clairement en train de changer. Les économies avancées risquent de basculer dans un régime d’inflation élevée persistante. Ce type de transition survient lorsque le comportement des agents économiques vis-à-vis de l’inflation (la psychologie de l’inflation) change. La BRI estime que c’est actuellement le cas. Des chocs de prix importants, larges et persistants (l’énergie…) affectent le pouvoir d’achat des ménages et augmentent les coûts pour les entreprises. L’inflation n’est plus un bruit de fond, mais devient la note dominante. De ce fait, “l’inattention rationnelle” vis-à-vis de l’inflation que nous connaissons dans un régime de faible inflation disparaît, laissant place à des comportements économiques axés sur la compensation des pertes dues à l’inflation (perte de pouvoir d’achat, perte de bénéfices). Dans un monde où il y a pénurie sur le marché du travail et où les entreprises ont un grand pouvoir de fixation des prix, comme c’est le cas maintenant, cette situation peut rapidement entraîner une spirale salaires-prix incontrôlable. Tel est l’argument clé de la BRI: le régime de faible inflation est mis à rude épreuve.

Une douleur temporaire (mais intense?)

Pour éviter un tel régime d’inflation élevée, il est essentiel de parvenir à une “normalisation” rapide de la politique monétaire (et budgétaire). Cela ira inévitablement de pair avec une certaine dose de “douleur économique”. Et ce, encore plus qu’au cours d’un cycle de resserrement normal, étant donné que la politique de taux d’intérêt bas a entraîné des prix élevés sur les marchés financiers et des niveaux d’endettement record. Ces vulnérabilités rendront les hausses de taux très “onéreuses” sur le plan des dommages économiques secondaires. Les simulations illustratives réalisées par la BRI suggèrent que le coût du resserrement monétaire qui a déjà été annoncé se chiffrera à environ 1,5% du PIB. Or un resserrement plus extrême (comme début 2000), ce qui est certainement aussi un scénario réaliste, porterait les coûts économiques à 3% du PIB. Pour la BRI, un scénario de stagflation, dans le cadre duquel l’inflation persistante se doublerait d’une stagnation, voire d’une récession économique, n’est pas à exclure. Comme nous l’avons dit, ce rapport annuel n’est pas des plus optimistes. Mais en appuyant là où ça fait mal, la BRI pose le bon diagnostic!

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La Banque d’Angleterre suit ses collègues

La Banque d’Angleterre suit ses collègues

Les risques géopolitiques du verdissement

Les risques géopolitiques du verdissement

Les projets climatiques des démocrates renaissent de leurs cendres

Les projets climatiques des démocrates renaissent de leurs cendres

Quid après le "hat trick" de la RBA ?

Quid après le "hat trick" de la RBA ?