LIMI, un nouvel indicateur d'inflation pour la zone euro

Les marchés

’inflation dans la zone euro a atteint un nouveau record de 8,1 % en mai, tandis que l’inflation de base a grimpé à 3,8 %. Des chiffres qui ont surpris non seulement les marchés financiers, mais aussi – et pour la énième fois – la BCE. Mais à combien s’élève réellement l’inflation intérieure ? Une question difficile, mais importante, qui reste pour l’instant sans réponse. En effet, comme déjà répété à satiété, le fait que l'inflation soit due à des facteurs intérieurs ou soit importée fait vraiment une différence au niveau de la politique monétaire. Dans le premier cas, un resserrement monétaire important peut faire sens, alors que c'est beaucoup moins le cas dans le second scénario.

C’est la raison pour laquelle les banques centrales examinent différents critères lorsqu'elles évaluent l’évolution de l’inflation. L’inflation générale reste la variable de référence, mais elle est flanquée d’autres mesures d’inflation qui tentent de filtrer un certain nombre de facteurs perturbateurs. L’inflation de base, par exemple, élimine du panier de référence les composantes les plus volatiles (alimentation, alcool et énergie) afin de donner une image plus précise de l’inflation sous-jacente (structurelle). D’autres variables d'ajustement sont également utilisées, comme l’inflation médiane ou l’exclusion des biens et services dont les prix affichent les fluctuations les plus extrêmes.

Aucun de ces indicateurs ne mesure cependant la pression sur les prix exclusivement exercée par des facteurs intérieurs. En effet, si l'on prend l’inflation générale ou l’inflation de base, le fait est que chaque service ou bien comporte inévitablement une partie d'importation (énergie, composants ou services fournis).

C'est ici qu'intervient la LIMI ! Cette semaine, la BCE a publié une nouvelle étude dans laquelle elle tente pour la première fois de mesurer approximativement la composante purement intérieure de l’inflation (euro) à l’aide de l’indicateur appelé Low Import Intensity Inflation (LIMI). Le panier de la LIMI contient uniquement les biens et services ayant une intensité d’importation très faible (moins de 18 %). Il n’est donc pas étonnant que les services soient surpondérés et les biens sous-pondérés dans cet indicateur. La plupart des marchandises (alimentation, énergie) possèdent en effet une composante importation élevée. La BCE exclut aussi des services tels que le transport ou les voyages internationaux.

L’indicateur LIMI confirme la crainte que l’inflation n'est plus seulement le résultat d'une inflation importée. La BCE a calculé que l’inflation LIMI oscillait à présent entre 3 % et 3,5 % (voir graphique). Cela confirme d’une part qu’une grande partie de l’inflation générale est importée. D’autre part, cette étude confirme également que l’inflation intérieure augmente fortement et se généralise depuis la mi-2021 et que l’objectif d’inflation de la BCE est désormais clairement atteint. Pour cette inflation due à des facteurs intérieurs, l’incertitude devrait être moins grande, surtout si elle est guidée par la demande. Un resserrement de la politique monétaire est par ailleurs efficace contre ce type d’inflation. Raison de plus pour la BCE de poursuivre avec détermination la normalisation annoncée de sa politique.

Hans Dewachter, KBC Group Chief Economist

Source: BCE (2022) : un nouvel indicateur pour l’inflation intérieure dans la zone euro.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La Banque d’Angleterre suit ses collègues

La Banque d’Angleterre suit ses collègues

Les risques géopolitiques du verdissement

Les risques géopolitiques du verdissement

Les projets climatiques des démocrates renaissent de leurs cendres

Les projets climatiques des démocrates renaissent de leurs cendres

Quid après le "hat trick" de la RBA ?

Quid après le "hat trick" de la RBA ?