vlagecBOE
vlagecBOE

L’inflation britannique à son niveau le plus élevé en 40 ans

Les marchés

Ce matin, le taux d’inflation britannique a été publié pour le mois de mai. Les craintes s’avèrent justifiées et il n’y a que peu de perspectives d’amélioration. Les dilemmes auxquels fait face la Banque d’Angleterre (BoE) ne font que s’accentuer.

Les faits: l’inflation générale britannique a augmenté de 0,7% en glissement mensuel et de 9,1% en glissement annuel, atteignant son niveau le plus élevé depuis 1982. L’inflation de base a légèrement diminué, de 6,0% à 5,9%. Mais pour l’instant, il y a peu d’espoir d’une véritable amélioration. Les prix à la production, qui sont en partie répercutés sur le client final, continuent à s’emballer (15,7% en glissement annuel) et l’inflation étend son emprise sur l’économie. La Banque d’Angleterre s’attend à ce qu’elle puisse dépasser 11% en octobre en cas de nouvel ajustement des prix régulés de l’énergie.

Depuis un long moment, la BoE est coincée entre le marteau et l’enclume. La semaine dernière, elle a relevé son taux directeur de 25 points de base pour la cinquième fois consécutive. Trois des neuf membres du conseil ont voté en faveur d’un relèvement de 50 points de base. La BoE a indiqué qu’elle resterait attentive aux signes d’une inflation plus persistante que prévu. Elle rejoint ainsi la Fed et la BCE, qui adoptent une approche plus énergique (Fed: +0,75 pp) ou qui s’attendent en tout cas à ce que la situation ne s’améliore pas (BCE). 

Le marché des taux a reçu le signal. Il s’attend à présent à ce que la BoE relève son taux directeur de 50 points de base lors des trois prochaines réunions. Même si Bailey et ses collègues en revenaient à 25 pb en décembre, le taux directeur atteindrait 3,0% à la fin de cette année. À première vue, c’est logique, vu la pression inflationniste persistante. Mais dans l’intervalle, la BoE s’attend à ce que l’activité puisse se contracter dès ce trimestre (-0,3% en glissement trimestriel). Quand on voit les efforts qu’il a fallu pour relever le taux d’intérêt de 0% à 1,25% depuis décembre, une perspective de 3,0% à la fin de cette année est déjà moins garantie en cas de stagnation ou de croissance négative.

Fait frappant, la réaction de la livre a été beaucoup moins prononcée que sur les marchés des taux. En un sens, c’est logique, puisque d’autres banques centrales passent elles aussi au régime supérieur. En termes relatifs, la BoE ne fait donc rien de plus. Et ce n’est pas non plus la première fois qu’elle revoit son estimation. En mars, un membre du conseil avait voté en faveur d’une interruption du cycle des taux et le MPC avait promis de tenir compte tant de la croissance que de l’inflation. Contrairement à la Fed et à la BCE, la BoE s’attend à ce que la baisse des pressions externes sur les prix, le durcissement de la politique monétaire et la faiblesse de la demande intérieure fassent passer l’inflation sous la barre des 2,0% à la fin de l’horizon de politique. Cette perspective lui laisse une marge pour ralentir le rythme du resserrement si la croissance venait à se détériorer. Plus que pour la BCE et pour la Fed, nous voyons des risques que le marché des taux britannique intègre plus qu’assez de relèvements des taux. Dans une perspective plus large, la livre est probablement aussi plus vulnérable dans un contexte d’aversion au risque généralisée. Outre l’inflation, les incertitudes liées à la croissance ont une influence grandissante à cet égard. Ce matin, la réaction de la livre est en tout cas éloquente. L’EUR/GBP teste à nouveau le seuil de 0,86. La paire de devises évolue dans un canal haussier depuis avril et nous ne voyons aucune raison pour que cela change dans l’immédiat. Une rupture au-dessus de 0,8716/31 constitue le prochain point de référence sur les graphiques. 

EUR/GBP: la livre vulnérable aux incertitudes liées à la croissance.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

(Dur) rappel à la réalité pour la MNB

(Dur) rappel à la réalité pour la MNB

Pas de répit pour l’économie mondiale

Pas de répit pour l’économie mondiale

Le dollar met les marchés émergents sous pression

Le dollar met les marchés émergents sous pression

Le conseil de la BRI: n’avoir qu’une aiguille à sa boussole

Le conseil de la BRI: n’avoir qu’une aiguille à sa boussole