Le forint hongrois dos au mur

Les marchés

Hier, le forint hongrois a clôturé la journée à son deuxième niveau le plus bas jamais enregistré (EUR/HUF 390). Avant cela, le cours n’était tombé plus bas que lors de la semaine qui a suivi l’invasion de l’Ukraine. Cette dépréciation est due au Premier ministre, Viktor Orban. Ragaillardi par sa victoire contre la coalition d’opposition aux élections, ce dernier a frappé fort dès la première séance du nouveau parlement.

C’est surtout avec l’UE que le bât blesse. La Hongrie ne soutient pas la proposition d’embargo énergétique contre la Russie et refuse d’envoyer des armes en Ukraine. En outre, les tensions avec la Commission européenne ne sont pas près de s’atténuer. La Commission a déjà bloqué 7 milliards d’aide budgétaire en raison de soupçons de corruption. “ Dieu, la chance et Viktor Orban” est depuis longtemps la formule magique pour réussir en Hongrie. Les montants bloqués pourraient encore être plus élevés si la CE condamne la Hongrie pour des violations de l’État de droit.

Orban aurait pourtant bien besoin des fonds européens pour l’aider à combler le trou dans son budget. Durant la campagne, Orban n’a pas ménagé ses efforts pour se mettre les électeurs dans la poche. À coup de subsides et de plafonnement des prix, il est parvenu à ralentir l’érosion du pouvoir d’achat des ménages, malgré une inflation de 9,5 % en glissement annuel en avril. Contrairement à ce qui se passe en Europe, par exemple, la Hongrie est actuellement confrontée à une spirale prix/salaires. Les derniers chiffres en date (février) font état d’une hausse des salaires bruts moyens de 31,7 % en glissement annuel (allocations uniques comprises).

Les chiffres du PIB du premier trimestre publiés ce matin montre que l’aide budgétaire a un effet positif sur la croissance. Sur une base trimestrielle, le PIB affiche, comme à la fin de l’année passée, un beau taux de croissance de 2 %. Cela contraste fortement avec le taux de 0,3 % en glissement trimestriel enregistré dans l’UEM. Le bureau des statistiques hongrois n’a pour le moment encore publié que le côté production de la croissance du PIB. Les services et l’industrie manufacturière ont progressé. En principe, cela est de bon augure pour la consommation et les exportations (nettes).

Le forint ne profite pas de ces chiffres. Il s’est légèrement apprécié, mais cela est davantage dû au climat plus positif vis-à-vis du risque. Les bourses européennes ont repris jusqu’à 1,5 %. La monnaie compte surtout sur la banque centrale (MNB) pour du soutien. Aujourd’hui, le vice-président Virag a plaidé en faveur de taux réels positifs. La MNB a relevé son taux directeur de 100 points de base en mars et en avril (actuellement 5,4 %). Mais la banque ne pourra tenir ce rythme effréné, selon Virag. Le marché des taux table sur un taux directeur de plus de 8 % à la fin de cette année. Pour aider plus rapidement sa monnaie, la MNB pourrait de nouveau jouer avec son taux de dépôt hebdomadaire, une recette qui a déjà fait ses preuves dans un passé récent. Actuellement à 6,45 %, ce taux pourrait être rehaussé jeudi. Tout soutien sera le bienvenu pour le forint.

Mathias Van der Jeugt, KBC Marktenzaal

EUR/HUF : planchers historiques pour le forint.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

(Dur) rappel à la réalité pour la MNB

(Dur) rappel à la réalité pour la MNB

Pas de répit pour l’économie mondiale

Pas de répit pour l’économie mondiale

Le dollar met les marchés émergents sous pression

Le dollar met les marchés émergents sous pression

Le conseil de la BRI: n’avoir qu’une aiguille à sa boussole

Le conseil de la BRI: n’avoir qu’une aiguille à sa boussole