Une victoire de 0,1% sur l’inflation vaut-elle 20 points de base?

Marktrapport

Dans le grand débat consistant à savoir si la Fed relèvera une dernière fois son taux en décembre, l’inflation américaine pour octobre (et novembre) et les deux rapports sur le marché du travail font figure de facteurs déterminants. Malgré l’analyse neutre du président Powell à la conférence de presse qui a suivi la décision de politique du 1er novembre (taux inchangé à 5,25%-5,50%), le marché considérait déjà que la probabilité d’un dernier relèvement avait encore diminué. Le premier test est survenu deux jours après la réunion de la Fed, sous la forme de la publication des payrolls. Or malgré les bons chiffres du marché du travail, les marchés s’en sont tenus à leur scénario: de ‘taux plus élevés pendant plus longtemps’ à des ‘taux plus bas, plus vite’! Powell (et d’autres) ont su tempérer leur enthousiasme en insistant sur le fait qu’une hirondelle ne fait pas le printemps, interrompant brièvement la baisse des taux.

Mais hier, le taux d’inflation aux États-Unis a ravivé l’exubérance des marchés. L’inflation générale a ralenti à 0,0% en glissement mensuel et à 3,2% en glissement annuel (de 3,7%). C’est une bonne nouvelle, même si cette évolution est principalement due à une base de comparaison favorable par rapport à l’année dernière et à la baisse du prix du pétrole. Quant à l’inflation de base, elle a ralenti à 0,2% en glissement mensuel et à 4,0% en glissement annuel (de 4,1%). Ces deux points de données ont surclassé les attentes du marché de 0,1 point de pourcentage, une différence négligeable d’un point de vue statistique, mais qui n’en a pas moins galvanisé les investisseurs. Pour eux, cet écart positif de 0,1% ne vaudrait pas moins qu’une baisse des taux de 20 pb. En effet, le marché part du principe que les banques centrales (y compris la Fed) n’ont rien perdu de leur toute-puissance et s’apprêtent à exécuter un atterrissage en douceur parfaitement maîtrisé. Bien sûr, dans ce scénario, un nouveau relèvement des taux d’intérêt serait totalement inutile. Selon les cours mis à jour après la publication des chiffres d’hier, un premier abaissement pourrait même intervenir dès le mois de mai, avec une voie toute tracée vers -1,0% d’ici fin 2024. En deux semaines à peine, le mantra des taux plus élevés pendant plus longtemps des banquiers centraux a ainsi été relégué aux oubliettes. La perspective d’un atterrissage en douceur et d’un assouplissement imminent des conditions monétaires a fait gagner plus de 2% aux bourses américaines. Des niveaux de résistance importants (S&P 4 400) ont été balayés. C’est aussi la fin du schéma douteux de ‘sell-on-uptick’ qui s’était développé depuis le mois d’août. La baisse des taux (réels) et la ruée vers les actifs risqués ont par ailleurs fait trébucher le dollar: le cours EUR/USD a grimpé de 1,07 à 1,0875.

En conclusion? L’inflation se calme et c’est une bonne chose. Mais le problème du ‘dernier kilomètre’ persiste: plusieurs facteurs compliqueront la transition d’un taux d’inflation de plus de 3% à l’objectif de 2%. De fait, l’évolution de l’inflation devrait se dessiner en dents de scie dans les mois à venir, car il y aura moins d’effets de base positifs par rapport à l’année précédente. Et somme toute, un scénario dans lequel l’économie (américaine) évite une récession permettrait à la Fed d’attendre encore de voir venir, plutôt que de courir le risque de relâcher la pression trop tôt. Bien entendu, la Fed n’a pas pour rôle de diriger l’évolution des bourses. Mais nous soupçonnons qu’à ce stade du cycle monétaire, Powell et ses collègues ne sont pas pressés d’assouplir les conditions financières. Si les données restent favorables à court terme (voir les chiffres des ventes de détail aux États-Unis cet après-midi…), le marché pourra poursuivre sur sa lancée. En tout cas, depuis hier, il mise déjà fortement sur le ‘scénario parfait’.

 

EUR/USD: (l’espoir qu’advienne) le scénario parfait coupe l’herbe sous le pied du dollar

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Dit document is opgesteld door de KBC Economics - Markets desk en is niet opgesteld door de afdeling Research.  De desk bestaat uit Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analisten bij KBC Bank N.V., die gereguleerd wordt door de Autoriteit voor Financiële Diensten en Markten (FSMA). Deze marktadviezen zijn het resultaat van een kwalitatieve analyse, waarin ruimte is voor ervaringen uit het verleden en persoonlijke beoordelingen. De standpunten zijn gebaseerd op de huidige marktomstandigheden en kunnen elk moment veranderen. De meest prominente input komt van publiek beschikbare gegevens, financieel nieuws, economisch en monetair beleid en courante technische analyses. De KBC Economics - Markets desk heeft redelijke inspanningen geleverd om deze informatie te verkrijgen uit bronnen die zij betrouwbaar acht, maar de inhoud van dit document is opgesteld zonder dat er een inhoudelijke analyse is gemaakt van deze bronnen. Er is niet beoordeeld of deze inzichten al dan niet geschikt zijn voor een bepaalde belegger. De meningen zijn onze huidige meningen op de datum die op dit materiaal staat en kunnen tegengesteld zijn aan eerdere aanbevelingen als gevolg van veranderde marktomstandigheden. De auteurs staan niet in voor de nauwkeurigheid, volledigheid of waarde (commerciële of andere) van dit document. Evenmin zijn de auteurs aansprakelijk jegens degenen die dit overzicht ontvangen voor de inhoud ervan of voor enig verlies of schade (hetzij uit onrechtmatige daad (inclusief nalatigheid), contractbreuk, schending van wettelijke of andere verplichtingen ) als gevolg van enig handelen of nalaten op basis van deze inhoud, evenmin voor enige vordering  tegen de auteurs met betrekking tot de inhoud van of de informatie in dit document. Eventuele meningen die hierin worden geuit, weerspiegelen het oordeel ten tijde van het opstellen van het overzicht en kunnen zonder voorafgaande kennisgeving worden gewijzigd. Gezien de aard van dit advies (gekoppeld aan valuta en rente) is het advies over het algemeen niet specifiek van aard.   Als zodanig is er geen verwijzing naar enig corporate finance contract en als zodanig is er geen 12 maanden overzicht op basis van de verschillende adviezen. Dit document is slechts geldig gedurende een zeer beperkte periode, als gevolg van de snel veranderende marktomstandigheden.

Gerelateerde publicaties

Een rode stippellijn

Een rode stippellijn

Amerikaanse inflatie lokt test van steunniveaus uit

Amerikaanse inflatie lokt test van steunniveaus uit

China rommelt in de gereedschapskist

China rommelt in de gereedschapskist

Een ongewenste bron van volatiliteit

Een ongewenste bron van volatiliteit