Le Brexit revient sur le tapis

Les marchés

Les élections législatives en Irlande du Nord, tenues la semaine dernière, ont fait resurgir un vieux spectre: la menace de la résiliation unilatérale de certaines parties de l’accord sur le Brexit par le Royaume-Uni. Fêtes à Downing Street en plein confinement, crise du pouvoir d’achat britannique, cycle de normalisation de la Banque d’Angleterre… autant d’affaires qui avaient presque relégué le Brexit aux oubliettes. Après les élections locales qui viennent d’avoir lieu, les Tories, le parti conservateur britannique, ont à nouveau de quoi grincer des dents. Ils ont perdu du terrain, mais pas contre leur principal adversaire, Labor: ce sont surtout les libéraux et les verts qui ont progressé.

Cependant, les républicains d’Irlande (du Nord), Sinn Féin, ont monopolisé l’attention. Pour la première fois, le parti est arrivé en tête (à 29% et (toujours) 27 sièges), devant le parti unioniste démocrate (DUP) pro-Royaume-Uni (à 21,3% et 25 sièges (-3)). Cette victoire symbolique ne signifie pas pour autant l’imminence d’une république d’Irlande unifiée. Sinn Féin a remporté les élections en misant sur le pouvoir d’achat, tandis que le DUP les a perdues en raison d’une fragmentation de la voix unioniste. Le parti du centre, Alliance, qui souhaite se détacher de “l’esprit de clocher” – pro-Irlande, contre le Royaume-Uni ou vice versa –, a remporté des gains qui semblent refléter l’esprit du temps: le vent tourne contre les systèmes bipartites.

Conformément à l’accord du Vendredi saint, le premier ministre sera issu des rangs de Sinn Féin et le vice-premier ministre sera un membre du DUP. Dans la pratique, mariage de raison oblige, tous deux ont une autorité équivalente. Mais il est peu probable qu’un nouveau gouvernement soit formé de sitôt. En effet, le DUP refuse de participer tant que le Protocole sur l’Irlande du Nord continue d’exister sous sa forme actuelle. À l’époque, Theresa May avait promis au DUP que le Royaume-Uni resterait indivisible, en échange de voix cruciales pour faire passer son accord sur le Brexit. Or finalement, l’actuel premier ministre Boris Johnson est revenu sur cette promesse. De ce fait, la mer d’Irlande fait office de frontière (douanière) entre le Royaume-Uni et l’Irlande (du Nord). Par le passé, le Royaume-Uni a déjà menacé de résilier unilatéralement certaines parties de l’accord sur le Brexit, ou de vouloir le renégocier. Depuis ces élections locales, le Brexit est redevenu un sujet d’actualité.

Des sources proches du gouvernement britannique indiquent que le Royaume-Uni voudrait déjà presser la détente la semaine prochaine. Hier, l’UE s’est même exprimée exceptionnellement sur ce sujet, par la bouche du vice-président de la Commission européenne Sefcovic. L’UE est prête à se mettre à la table des négociations avec le Royaume-Uni pour adapter l’exécution pratique du protocole (exceptions pour le secteur pharmaceutique,…), mais insiste sur le fait que faire table rase n’est pas une option. Le protocole sur l’Irlande du Nord est l’une des pierres angulaires de l’accord sur le Brexit et le restera, du moins dans sa forme actuelle. Pas de protocole? Pas d’accord.

Et c’est ainsi que l’ombre du Brexit reparaît sur la scène internationale. Pour la livre sterling, c’est un écueil de plus. En difficulté depuis la réunion de la BoE la semaine dernière, la devise n’a pas encore su redresser la barre. Le prochain niveau de résistance du cours EUR/GBP est proche, à 0,86. Ensuite, nous nous dirigerons vers 0,8721.

 

Mathias Van der Jeugt, salle des marchés KBC

Le cours EUR/GBP approche de/teste un niveau de résistance important autour de 0,86. Le Brexit revient sur le tapis

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Hausse des taux: un défi supplémentaire pour le budget

Hausse des taux: un défi supplémentaire pour le budget

CNB : nouveaux patrons, nouvelles règles ?

CNB : nouveaux patrons, nouvelles règles ?

Des craintes inflationnistes à la panique autour de la croissance ?

Des craintes inflationnistes à la panique autour de la croissance ?

La CNB surprend

La CNB surprend