Un choc stagflationniste se profile-t-il?

Les marchés

L’indicateur de sentiment économique (ESI) de la Commission européenne a poursuivi sa baisse en avril, déclinant de 1,7 point pour tomber à 104,9. Cette évolution confirme l’érosion de l’optimisme depuis l’invasion de la Russie. Elle semble en outre commune à (quasi) tous les États membres de l’UE.

La confiance s’amenuise

Cette baisse de la confiance économique reflète avant tout une forte hausse de l’incertitude dans l’UE. C’est notamment le cas depuis l’invasion russe, qui confronte directement les consommateurs à l’impact de la crise par le biais de inflation galopante. Mais les producteurs manifestent aussi sensiblement plus d’incertitudes par rapport à l’avenir, surtout dans des secteurs sensibles aux cours des matières premières, comme l’industrie et la construction.

Selon les enquêtes de l’UE, ces incertitudes pèsent surtout sur l’activité future. Les producteurs modèrent leurs intentions de recrutement et les plans d’investissement font l’objet d’une légère révision à la baisse. En outre, les consommateurs réagissent fortement à la détérioration des perspectives. Les indicateurs ESI suggèrent un recul de la demande, qui se manifeste notamment par une dégradation (perçue) de la situation financière des ménages et une baisse de la demande d’achats (importants). Ces signaux sont inquiétants, car un ralentissement important (une stagnation) de l’économie pourrait se profiler.

Pour l’instant, les données concrètes ne reflètent cependant pas de repli économique potentiel. Malgré la crise et les perspectives d’avenir plus sombres, l’économie est (provisoirement) restée sur la bonne voie. Dans la plupart des pays de l’UE, l’exploitation de la capacité dans l’industrie et le secteur des services demeure élevée. Le pipeline de commandes couvre cinq mois de production. D’un autre côté, l’on peut noter que les déficits persistants du côté de l’offre et le recul de la demande restent des facteurs de risque.

Les producteurs européens ont l’intention de répercuter la hausse des coûts de production sur les prix. L’indice des prix de vente, qui mesure l’intention des producteurs d’augmenter les prix à court terme, a atteint un niveau record. C’est le cas à la fois dans l’industrie, les services, la construction et le commerce de détail et ce, dans (presque) tous les États membres de l’UE. Si ces intentions se traduisent en actions, un scénario d’élargissement et d’ancrage dans la durée de l’inflation – en particulier de l’inflation de base – ne serait pas à exclure. 

Migraine à Francfort?

Pour l’instant, nous continuons à fonder notre analyse économique sur des scénarios. Il n’y a pas assez de chiffres concrets sur l’impact de la crise. Des enquêtes comme l’ESI donnent une première indication (certes nébuleuse) des développements possibles. Celles-ci risquent de donner des sueurs froides aux dirigeants de la BCE, qui seraient en passe de perdre le contrôle sur l’inflation et d’assister à un ralentissement économique (marqué). La fenêtre de “normalisation” de la politique monétaire rétrécit à vue d’œil… Maintenant ou jamais?

Le sentiment économique dans l’UE se détériore .

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

(Dur) rappel à la réalité pour la MNB

(Dur) rappel à la réalité pour la MNB

Pas de répit pour l’économie mondiale

Pas de répit pour l’économie mondiale

Le dollar met les marchés émergents sous pression

Le dollar met les marchés émergents sous pression

Le conseil de la BRI: n’avoir qu’une aiguille à sa boussole

Le conseil de la BRI: n’avoir qu’une aiguille à sa boussole