Le dernier fait d’armes provisoire de la BCE

Marktrapport

Hier, la Banque centrale européenne a écrit l'histoire. Elle a relevé ses taux directeurs de 25 points de base. Le taux de dépôt, le plus important d’entre eux à l’heure actuelle, passe donc à 4 %. Il s’agit de son niveau le plus élevé depuis la création de l’union monétaire à la fin du siècle dernier.

Au cours de ces 18 derniers mois, nous avons assisté à de nombreux événements que nous n'hésiterons pas à qualifier d'historiques. Le 4 février 2022, la présidente de la BCE, Christine Lagarde, a provoqué du mouvement sur le marché des taux, avec une hausse de >10 pb, tout à fait exceptionnelle à l’époque, suite à sa déclaration qu'elle n'excluait plus des relèvements de taux. Le 21 juillet, la BCE a joint le geste à la parole en procédant à son premier resserrement depuis 2008 (si on laisse de côté les interventions isolées de 2011). Et pas avec les 25 pb habituels, mais bien deux fois plus. La BCE a ainsi mis un terme aux taux directeurs négatifs qui étaient en vigueur depuis 2014. Le rythme s’est ensuite encore accéléré pendant un moment, avec une intervention inédite de 75 pb. Pendant tout le cycle de resserrement, la BCE n’a pas retiré le pied de la pédale de frein une seule fois.

Depuis quelques années, la BCE se profile comme un véritable faucon. Certains doivent encore s'y habituer. Avant la réunion d’hier, ni les analystes ni le marché n’étaient entièrement convaincus que la banque allait encore relever ses taux. Ils n'excluaient pas un statu quo étant donné la rapide détérioration des conditions économiques, tant en Belgique qu’ailleurs. La BCE a en effet revu ses prévisions de croissance à la baisse. Et même de manière significative dans certains cas (de 1,5 % à 1 % pour 2024). Mais au bout du compte, c’est encore le niveau élevé de l’inflation (5,3 %) qui a prévalu. Celle-ci est toujours attendue au-dessus de l’objectif de 2 % sur l’ensemble de l’horizon de politique.

Officiellement, la BCE pourrait encore relever ses taux après hier. Lagarde n'a pas expressément écarté cette possibilité pendant la conférence de presse. Mais entre les (nouvelles) lignes de la déclaration de politique, on peut lire que la banque centrale privilégierait plutôt une longue (!) pause. « Sur la base de son évaluation actuelle, le Conseil d’administration estime que les taux de base de la BCE ont atteint un niveau qui, s'il est maintenu suffisamment longtemps, contribuera de façon substantielle au retour de l'inflation à son objectif.» Dans la pratique, ce scénario à l'image du Tafelberg sud-africain implique une pause en octobre, suivie d’une évaluation fondée sur de nouvelles prévisions en décembre. Dans le journal britannique Financial Times, des sources de la BCE non citées ont déjà mis en garde contre d’éventuelles nouvelles hausses de taux dans le cas où l’inflation ou la croissance des salaires ne ralentissait pas suffisamment rapidement.

Les marchés financiers regardent vers l'avant. Ils anticipent aujourd’hui ce qui se passera demain. Vu le contexte, nous comprenons que le débat se concentre à présent sur le premier abaissement de taux. Cela explique pourquoi les taux européens se sont, certes de manière mesurée, repliés hier. Nous ne nous attendons toutefois pas à une correction significative. Une telle correction ne se produira qu'en cas de virage aussi soudain qu’improbable de la BCE. En outre, la banque continue aussi de réduire la taille de son bilan. Cela soutient surtout les échéances plus longues sur la courbe des taux européenne. Les spéculations autour d’une accélération de ce processus, via des ventes supplémentaires du portefeuille APP ou une fin anticipée des réinvestissements du PEPP, renforcent encore cet effet. L’euro risque de souffrir, surtout vis-à-vis du dollar. Grâce à la résilience de l’économie américaine, le billet vert devrait pouvoir compter sur davantage de soutien des taux, pas tant lors de la réunion de la Fed la semaine prochaine, mais peut-être plus tard. Le cours EUR/USD est proche d’un important niveau de support de 1,0635. Une rupture sous ce seuil ouvrirait la voie vers le plus bas annuel de 1,0484.
 

Le cours EUR/USD se rapproche d’un important niveau de support proche de 1,0635. Rupture imminente ?

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Dit document is opgesteld door de KBC Economics - Markets desk en is niet opgesteld door de afdeling Research.  De desk bestaat uit Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analisten bij KBC Bank N.V., die gereguleerd wordt door de Autoriteit voor Financiële Diensten en Markten (FSMA). Deze marktadviezen zijn het resultaat van een kwalitatieve analyse, waarin ruimte is voor ervaringen uit het verleden en persoonlijke beoordelingen. De standpunten zijn gebaseerd op de huidige marktomstandigheden en kunnen elk moment veranderen. De meest prominente input komt van publiek beschikbare gegevens, financieel nieuws, economisch en monetair beleid en courante technische analyses. De KBC Economics - Markets desk heeft redelijke inspanningen geleverd om deze informatie te verkrijgen uit bronnen die zij betrouwbaar acht, maar de inhoud van dit document is opgesteld zonder dat er een inhoudelijke analyse is gemaakt van deze bronnen. Er is niet beoordeeld of deze inzichten al dan niet geschikt zijn voor een bepaalde belegger. De meningen zijn onze huidige meningen op de datum die op dit materiaal staat en kunnen tegengesteld zijn aan eerdere aanbevelingen als gevolg van veranderde marktomstandigheden. De auteurs staan niet in voor de nauwkeurigheid, volledigheid of waarde (commerciële of andere) van dit document. Evenmin zijn de auteurs aansprakelijk jegens degenen die dit overzicht ontvangen voor de inhoud ervan of voor enig verlies of schade (hetzij uit onrechtmatige daad (inclusief nalatigheid), contractbreuk, schending van wettelijke of andere verplichtingen ) als gevolg van enig handelen of nalaten op basis van deze inhoud, evenmin voor enige vordering  tegen de auteurs met betrekking tot de inhoud van of de informatie in dit document. Eventuele meningen die hierin worden geuit, weerspiegelen het oordeel ten tijde van het opstellen van het overzicht en kunnen zonder voorafgaande kennisgeving worden gewijzigd. Gezien de aard van dit advies (gekoppeld aan valuta en rente) is het advies over het algemeen niet specifiek van aard.   Als zodanig is er geen verwijzing naar enig corporate finance contract en als zodanig is er geen 12 maanden overzicht op basis van de verschillende adviezen. Dit document is slechts geldig gedurende een zeer beperkte periode, als gevolg van de snel veranderende marktomstandigheden.

Gerelateerde publicaties

BoJ biedt JPY te weinig perspectief

BoJ biedt JPY te weinig perspectief

Neutrale rente is de echte naald in het kompas

Neutrale rente is de echte naald in het kompas

Euro is politiek kwetsbaar

Euro is politiek kwetsbaar

EUR/GBP danst op een slappe koord

EUR/GBP danst op een slappe koord