Le Canada (et l'Australie) pour montrer la voie ?

Marktrapport

Après l’important resserrement de politique de l’année dernière, les banquiers centraux et les investisseurs cherchent à présent à savoir quand le taux directeur atteindra un niveau garantissant un retour durable de l'inflation à l’objectif de 2 %. Jusqu’il y a peu, le marché tablait sur l'hypothèse qu'une pause marquerait probablement la fin du cycle. Restait donc à savoir quand le premier abaissement de taux aurait lieu. Cette hypothèse a pris du plomb dans l'aile cette semaine.

Plus tôt cette semaine, la banque centrale australienne (RBA) a, après une pause, relevé son taux directeur pour la deuxième fois. La Banque du Canada a également franchi le pas hier. Après janvier, cette dernière avait « gelé » son taux directeur à 4,50 % en attendant de voir si les mesures déjà prises avaient permis d'atténuer l’inflation. Ce n'est manifestement pas le cas. La BoC a de nouveau relevé son taux directeur de 25 points de base (à 4,75 %). Cette décision ne constitue absolument pas une surprise, mais la majorité des analystes pensaient que la phase d’étude allait encore durer un peu plus, surtout depuis que la Fed envisage aussi sérieusement une pause.

La justification de ce revirement de politique est simple et limpide. L’économie canadienne reste plus forte que prévu (3,1 % de croissance au premier trimestre). C’est surtout la demande de services qui continue de se redresser, mais cette tendance s'observe aussi au niveau des éléments sensibles aux taux du panier des consommateurs. Même le marché immobilier montre des signes de reprise. Et le marché de l’emploi demeure extrêmement tendu. En résumé, la demande économique continue de dépasser l’offre. En théorie, cela exerce une pression sur les prix, ce qui se confirme d'ailleurs dans les faits. En avril, l’inflation a de nouveau augmenté (4,4 %). Même si la BoC tient compte des prix de l’énergie plus bas, l’inflation de base se situe entre 3,5 % et 4,0 %. Un retour à 2,0 % demeure un mirage lointain. Les marchés (monétaires) canadiens ont compris le message. Une nouvelle hausse de 25 pb en juillet ou septembre est pour ainsi dire acquise. Et la probabilité d'un relèvement plus élevé est réelle (50 %).

La décision de la BoC concerne en premier lieu le Canada. Cependant, l’analyse peut également s'appliquer, à quelques nuances près, à de nombreuses autres économies développées. Normalement, c'est la Fed qui donne le ton. Ou est-ce que c'est la fumée monétaire canadienne qui va cette fois se propager aux États-Unis ? Les taux américains ont en tous les cas déjà bondi de 13,5 points de base. L’Europe et le Royaume-Uni sont moins exposés aux vents (plus 8-9 pb).

La semaine dernière, la Fed a, par l’entremise des gouverneurs Jefferson et Harker, lancé l’idée d’une pause sur le marché. Qu'ils préfèrent encore attendre ou qu'ils décident dès la semaine prochaine de commencer à relever les taux en juillet, le fait est qu'une bonne partie du travail de Powell et ses collègues a été mâchée par leurs collègues canadiens. Dans sa description du contexte international, la BoC prend en effet acte de la bonne santé du consommateur américain et du marché de l’emploi US. Les conditions financières sont également en train de revenir là où elles se trouvaient avant les turbulences provoquées par SVB aux États-Unis (et Credit Suisse en Europe). La crainte du président de la Fed, Jerome Powell, que le regain d’incertitude pousse l’économie en récession est pour le moins prématurée. Cela fait déjà un certain temps que les marchés ont du mal à se faire à l’idée de taux plus élevés pendant une plus longue période. Et la BoC ne ménage pas sa peine pour la faire accepter.

Petit retour sur le dollar canadien. Celui-ci s'est évidemment apprécié après le relèvement de taux, mais ses gains restent limités vu que les taux ont également rebondi en dehors du Canada. Le cours USD/CAD se rapproche de l’important niveau de support de 1,33/32. Dans la mesure où le « higher for longer » entretient les doutes sur la croissance mondiale (cf. les matières premières), les devises avec un profil cyclique comme le « loonie » auront probablement plus de mal à gagner encore du terrain.
 

USD/CAD : le loonie se renforce après la décision de la BoC, mais se rapproche d’un important niveau de résistance.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Dit document is opgesteld door de KBC Economics - Markets desk en is niet opgesteld door de afdeling Research.  De desk bestaat uit Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analisten bij KBC Bank N.V., die gereguleerd wordt door de Autoriteit voor Financiële Diensten en Markten (FSMA). Deze marktadviezen zijn het resultaat van een kwalitatieve analyse, waarin ruimte is voor ervaringen uit het verleden en persoonlijke beoordelingen. De standpunten zijn gebaseerd op de huidige marktomstandigheden en kunnen elk moment veranderen. De meest prominente input komt van publiek beschikbare gegevens, financieel nieuws, economisch en monetair beleid en courante technische analyses. De KBC Economics - Markets desk heeft redelijke inspanningen geleverd om deze informatie te verkrijgen uit bronnen die zij betrouwbaar acht, maar de inhoud van dit document is opgesteld zonder dat er een inhoudelijke analyse is gemaakt van deze bronnen. Er is niet beoordeeld of deze inzichten al dan niet geschikt zijn voor een bepaalde belegger. De meningen zijn onze huidige meningen op de datum die op dit materiaal staat en kunnen tegengesteld zijn aan eerdere aanbevelingen als gevolg van veranderde marktomstandigheden. De auteurs staan niet in voor de nauwkeurigheid, volledigheid of waarde (commerciële of andere) van dit document. Evenmin zijn de auteurs aansprakelijk jegens degenen die dit overzicht ontvangen voor de inhoud ervan of voor enig verlies of schade (hetzij uit onrechtmatige daad (inclusief nalatigheid), contractbreuk, schending van wettelijke of andere verplichtingen ) als gevolg van enig handelen of nalaten op basis van deze inhoud, evenmin voor enige vordering  tegen de auteurs met betrekking tot de inhoud van of de informatie in dit document. Eventuele meningen die hierin worden geuit, weerspiegelen het oordeel ten tijde van het opstellen van het overzicht en kunnen zonder voorafgaande kennisgeving worden gewijzigd. Gezien de aard van dit advies (gekoppeld aan valuta en rente) is het advies over het algemeen niet specifiek van aard.   Als zodanig is er geen verwijzing naar enig corporate finance contract en als zodanig is er geen 12 maanden overzicht op basis van de verschillende adviezen. Dit document is slechts geldig gedurende een zeer beperkte periode, als gevolg van de snel veranderende marktomstandigheden.

Gerelateerde publicaties

BoJ biedt JPY te weinig perspectief

BoJ biedt JPY te weinig perspectief

Neutrale rente is de echte naald in het kompas

Neutrale rente is de echte naald in het kompas

Euro is politiek kwetsbaar

Euro is politiek kwetsbaar

EUR/GBP danst op een slappe koord

EUR/GBP danst op een slappe koord