Changements de politique en vue pour la Turquie

Marktrapport

Cora Vandamme

Malgré ce que les premiers sondages avaient laissé entendre, le président en exercice Erdogan a de nouveau obtenu une majorité des voix aux élections présidentielles, pour la première fois en deux tours de vote. Pourtant, il y a des raisons de penser que le cap économique poursuivi ces dernières années s’apprête à changer. Ce sera une évolution majeure, mais peut-être insuffisante. Et nous voulons le voir pour le croire.

Inflation, crise monétaire et réserves internationales

La politique économique de la Turquie a grand besoin d’être adaptée. Le pays se trouve depuis longtemps dans une situation intenable, avec des taux d’intérêt maintenus à un niveau bas (voire abaissés) malgré l’inflation galopante. Les erreurs de politique successives ont fait fuir les capitaux étrangers (et nationaux), soumettant la lire turque à une forte pression à la baisse. En voulant soutenir la devise et financer le déficit de la balance courante, la banque centrale a provoqué une diminution rapide et insoutenable à terme des réserves de change.

Un cabinet vigoureusement remanié

Peu après sa réélection, le président Erdogan a souligné qu’il souhaitait poursuivre sa politique peu orthodoxe. Mais le week-end dernier, les inquiétudes relatives à l’avenir économique de la Turquie ont fait place à une pointe d’optimisme. C’est notamment dû à la manière dont le président Erdogan a choisi de remanier son cabinet. Il a décidé d’un changement en profondeur, en ne gardant que deux ministres du cabinet précédent. Cela s’explique en grande partie par sa victoire serrée par rapport aux élections précédentes, ainsi que par la bataille électorale à venir à Ankara et Istanbul, deux villes où l’opposition l’avait emporté lors des élections locales précédentes.

Retour à une politique économique ‘rationnelle’

La nomination de Mehmet Şimşek en tant que nouveau ministre des Finances est l’une des plus remarquées. Şimşek est un politicien expérimenté, connu pour sa politique favorable au marché. Peu après sa nomination, le ministre a laissé entendre qu’il souhaitait ramener la Turquie à une base ‘rationnelle’ et que la stabilité macroéconomique était la priorité. Nombreux sont ceux qui espèrent que la politique turque redeviendra plus orthodoxe dans les années à venir. Dans un premier temps, cela devrait se traduire par moins d’interventions sur le marché des changes. Cette perspective explique pourquoi la devise turque continue à baisser à l’heure actuelle. Dans un deuxième temps, pouvons-nous nous attendre à des taux directeurs plus élevés? Reste à voir si le président Erdogan cédera sur ce point. Enfin, le remplacement du ministre de l’Intérieur Süleyman Soylu, notoirement anti-occidental, suscite l’espoir d’une meilleure entente avec l’Occident.

La prudence reste de mise

Bien que le nouveau cabinet puisse laisser penser qu’un changement de cap s’annonce en Turquie, il serait dangereux d’exagérer sa portée et son impact économique. En effet, un revirement radical de la politique est improbable tant que le président Erdogan sera aux commandes.
 

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Dit document is opgesteld door de KBC Economics - Markets desk en is niet opgesteld door de afdeling Research.  De desk bestaat uit Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analisten bij KBC Bank N.V., die gereguleerd wordt door de Autoriteit voor Financiële Diensten en Markten (FSMA). Deze marktadviezen zijn het resultaat van een kwalitatieve analyse, waarin ruimte is voor ervaringen uit het verleden en persoonlijke beoordelingen. De standpunten zijn gebaseerd op de huidige marktomstandigheden en kunnen elk moment veranderen. De meest prominente input komt van publiek beschikbare gegevens, financieel nieuws, economisch en monetair beleid en courante technische analyses. De KBC Economics - Markets desk heeft redelijke inspanningen geleverd om deze informatie te verkrijgen uit bronnen die zij betrouwbaar acht, maar de inhoud van dit document is opgesteld zonder dat er een inhoudelijke analyse is gemaakt van deze bronnen. Er is niet beoordeeld of deze inzichten al dan niet geschikt zijn voor een bepaalde belegger. De meningen zijn onze huidige meningen op de datum die op dit materiaal staat en kunnen tegengesteld zijn aan eerdere aanbevelingen als gevolg van veranderde marktomstandigheden. De auteurs staan niet in voor de nauwkeurigheid, volledigheid of waarde (commerciële of andere) van dit document. Evenmin zijn de auteurs aansprakelijk jegens degenen die dit overzicht ontvangen voor de inhoud ervan of voor enig verlies of schade (hetzij uit onrechtmatige daad (inclusief nalatigheid), contractbreuk, schending van wettelijke of andere verplichtingen ) als gevolg van enig handelen of nalaten op basis van deze inhoud, evenmin voor enige vordering  tegen de auteurs met betrekking tot de inhoud van of de informatie in dit document. Eventuele meningen die hierin worden geuit, weerspiegelen het oordeel ten tijde van het opstellen van het overzicht en kunnen zonder voorafgaande kennisgeving worden gewijzigd. Gezien de aard van dit advies (gekoppeld aan valuta en rente) is het advies over het algemeen niet specifiek van aard.   Als zodanig is er geen verwijzing naar enig corporate finance contract en als zodanig is er geen 12 maanden overzicht op basis van de verschillende adviezen. Dit document is slechts geldig gedurende een zeer beperkte periode, als gevolg van de snel veranderende marktomstandigheden.

Gerelateerde publicaties

Pond betaalt de prijs van inflatievoorschot BoE

Pond betaalt de prijs van inflatievoorschot BoE

Fed brengt ontnuchterende boodschap

Fed brengt ontnuchterende boodschap

Overwaardering EU-woningmarkt neemt verder af

Overwaardering EU-woningmarkt neemt verder af

ECB richt vizier op overtollige liquiditeit

ECB richt vizier op overtollige liquiditeit