1953575059
1953575059

Une semaine riche en sujets divers

Marktrapport

Jeudi et vendredi, les marchés sont restés ouverts. Le sentiment était étonnamment constructif, à croire que le marché a adopté le mantra: ‘peu de nouvelles, bonnes nouvelles’. Il semble que cet optimisme était en partie dû à l’élan positif des négociations visant à débloquer l’impasse autour du plafond de la dette américaine. Mais selon nous, cela en dit plus long sur le sentiment du marché que sur l’état d’avancement des négociations. Jusqu’à nouvel ordre, il n’y a pas encore d’accord. Et le marché partait-il vraiment du principe qu’il n’y aurait pas d’accord de dernière minute? Il est permis d’en douter, avec plusieurs indices boursiers cotant autour de leurs sommets de 2023.

Quoi qu’il en soit, les taux continuent à remonter par rapport à leurs planchers récents. Après avoir brièvement testé le niveau de 3,60% pendant la panique due à la faillite de Silicon Valley Bank (SVB), le taux américain à 2 ans renoue avec les 4,25%. Le taux à 10 ans a également franchi le cap des 3,50%. Les gouverneurs de la Fed restent partagés quant à l’opportunité ou non d’une pause des relèvements de taux dès le mois de juin. Le marché pense toujours qu’il y en aura une, mais le timing d’un éventuel premier abaissement des taux (perspective que la Fed continue de rejeter) a été reporté de septembre à novembre. Selon nous, c’est encore (beaucoup) trop tôt. Mais il semble que même ceux qui craignent un ralentissement de la croissance/une récession plus tard dans l’année concluent que les données récentes ne sont pas de nature à inciter la Fed à voler au secours de l’économie, surtout dans un contexte où l’inflation reste bien supérieure à l’objectif de 2,0%. Dans l’UEM, le marché s’en tient à l’hypothèse fonctionnelle selon laquelle la BCE relèvera encore les taux à deux reprises (taux d’intérêt de la facilité de dépôt à 3,75%). La présidente Lagarde a répété ce week-end que le moment d’une pause des taux n’était pas venu. Elle n’a rien dit non plus quant à la fin du cycle. Là encore, les marchés n’ont donc pas de raison d’adapter leur attitude attentiste à court terme. Pour savoir si l’inflation (de base) pourra combler rapidement et durablement le fossé entre le niveau présent de 3-4% et l’objectif de 2%, il faudra peut-être attendre la fin des vacances. D’ici là, les taux pourraient continuer à fluctuer dans le schéma de consolidation actuel.

Qu’est-ce qui attend les investisseurs cette semaine? Les négociations sur le plafond de la dette restent un facteur perturbateur. Par ailleurs, l’indice de confiance PMI (aux États-Unis et en Europe) méritera d’être examiné avec attention demain. Le mois dernier, les turbulences financières de mars n’ont pas vraiment laissé de séquelles. Si les prévisions pour les États-Unis et l’Europe se réalisent (les deux sont attendus à 53,5), il n’y a pas lieu de spéculer sur une récession imminente. Vendredi, nous accorderons aussi une attention particulière à l’indice des prix PCE aux États-Unis, l’indicateur d’inflation privilégié de la Fed. La dynamique mensuelle de 0,3% est inférieure aux pics récents, mais reste trop élevée pour ouvrir la voie à l’objectif de 2,0%.

Mercredi, l’inflation au Royaume-Uni sera le sujet principal. La BoE espère une forte baisse (consensus: 0,8% en glissement mensuel et 8,2% en glissement annuel à partir de 10,1%, inflation de base stable à 6,2%). Un recul plus important relancerait sans doute le débat quant à une pause imminente des relèvements de taux, ce qui pourrait modérer l’élan actuel de la livre. À condition, bien sûr, que l’inflation britannique baisse enfin ‘vraiment’, ce qui n’a pas été le cas ces derniers mois… Pour terminer, n’oublions pas la Reserve Bank of New Zealand (RBNZ) et la banque centrale hongroise (MNB). Selon les prévisions, la banque centrale néo-zélandaise relèvera encore les taux de 5,25% à 5,50%. Il est possible que ce ne soit pas la fin du cycle. Quant à la MNB, elle profitera sans doute de la vigueur du forint pour faire un premier pas vers la réduction progressive du taux d’intérêt d’urgence de 18%. 

Le taux swap à 10 ans dans l’UEM en ‘mode consolidation’

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Dit document is opgesteld door de KBC Economics - Markets desk en is niet opgesteld door de afdeling Research.  De desk bestaat uit Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analisten bij KBC Bank N.V., die gereguleerd wordt door de Autoriteit voor Financiële Diensten en Markten (FSMA). Deze marktadviezen zijn het resultaat van een kwalitatieve analyse, waarin ruimte is voor ervaringen uit het verleden en persoonlijke beoordelingen. De standpunten zijn gebaseerd op de huidige marktomstandigheden en kunnen elk moment veranderen. De meest prominente input komt van publiek beschikbare gegevens, financieel nieuws, economisch en monetair beleid en courante technische analyses. De KBC Economics - Markets desk heeft redelijke inspanningen geleverd om deze informatie te verkrijgen uit bronnen die zij betrouwbaar acht, maar de inhoud van dit document is opgesteld zonder dat er een inhoudelijke analyse is gemaakt van deze bronnen. Er is niet beoordeeld of deze inzichten al dan niet geschikt zijn voor een bepaalde belegger. De meningen zijn onze huidige meningen op de datum die op dit materiaal staat en kunnen tegengesteld zijn aan eerdere aanbevelingen als gevolg van veranderde marktomstandigheden. De auteurs staan niet in voor de nauwkeurigheid, volledigheid of waarde (commerciële of andere) van dit document. Evenmin zijn de auteurs aansprakelijk jegens degenen die dit overzicht ontvangen voor de inhoud ervan of voor enig verlies of schade (hetzij uit onrechtmatige daad (inclusief nalatigheid), contractbreuk, schending van wettelijke of andere verplichtingen ) als gevolg van enig handelen of nalaten op basis van deze inhoud, evenmin voor enige vordering  tegen de auteurs met betrekking tot de inhoud van of de informatie in dit document. Eventuele meningen die hierin worden geuit, weerspiegelen het oordeel ten tijde van het opstellen van het overzicht en kunnen zonder voorafgaande kennisgeving worden gewijzigd. Gezien de aard van dit advies (gekoppeld aan valuta en rente) is het advies over het algemeen niet specifiek van aard.   Als zodanig is er geen verwijzing naar enig corporate finance contract en als zodanig is er geen 12 maanden overzicht op basis van de verschillende adviezen. Dit document is slechts geldig gedurende een zeer beperkte periode, als gevolg van de snel veranderende marktomstandigheden.

Gerelateerde publicaties

Euro is politiek kwetsbaar

Euro is politiek kwetsbaar

EUR/GBP danst op een slappe koord

EUR/GBP danst op een slappe koord

Terugkeer van Europese politieke risicopremie

Terugkeer van Europese politieke risicopremie

ECB: gestart, maar wat nu?

ECB: gestart, maar wat nu?