PMI : pas de récession ; pression persistante sur les prix

Les marchés

Les S&P Global PMI publiés ce matin nous permettent de prendre à nouveau le pouls de l’économie, notamment en Europe. Après le plus bas cyclique de 47,3 atteint par le PMI de l’UEM en novembre, l'espoir était que l'Europe puisse s'en sortir avec une légère récession, notamment grâce au recul des prix de l’énergie. Cette analyse est toujours valable aujourd'hui.

Au niveau de l’UEM, l’indice général (composite) de l’activité continue de se redresser et est même repassé juste au-dessus du seuil de 50, lequel marque la limite entre la croissance et la contraction (de 49,3 à 50,2). Après six mois de recul, on peut à nouveau parler (espérer) d'une croissance modeste. La reprise de l’activité est principalement due au secteur des services (de 49,8 à 50,7). La production manufacturière s'affiche toujours en légère contraction (49), mais ce recul est le plus faible enregistré depuis juin de l’année dernière. En ce qui concerne les pays individuels, seules les séries pour la France et l’Allemagne ont jusqu'à présent été publiées. Avec un indice général de respectivement 49 et 49,7, ces grandes puissances européennes ne font pas partie des principaux moteurs de la reprise. Pour le « reste » de l’Europe, S&P Global pointe un retour en territoire positif de la croissance dans le secteur des services. L’activité dans l’industrie manufacturière stagne. Il faut surtout noter l'amélioration encourageante des attentes pour les 12 prochains mois (plus forte amélioration depuis mai 2020 !). Ce regain d'espoir ne se reflète pas encore dans un rebond des commandes, mais le recul de celles-ci ralentit. Les attentes positives incitent les entreprises à de nouveau embaucher davantage de personnel.

Outre cette relative amélioration de l’activité (attendue), la pression sur les coûts continue aussi de diminuer. Cela s'explique par le recul des prix de l’énergie et par la détente observée dans les chaînes d’approvisionnement. On parle néanmoins toujours de "retard". La pression sur les coûts reste historiquement élevée. En outre, la diminution de la pression ne se traduit pas encore au niveau des prix à la production, bien au contraire. Les entreprises tentent de restaurer leurs marges et répercutent les coûts de l’énergie et les augmentations des coûts salariaux. S&P Global en arrive à la conclusion que l’Europe pourrait éviter une récession, même si la demande reste faible. La hausse persistante des prix de vente et les pénuries observées sur le marché de l’emploi, de même que les hausses des salaires, renforcent le scénario d’un nouveau resserrement de la politique monétaire, même si cela reste un difficile exercice d’équilibriste.

La réaction des marchés après la publication des PMI reste modérée, mais paraît quelque peu contre-intuitive. Les taux swaps européens sont en légère baisse (1 pb), après leur récente reprise. Pourtant, l'amélioration de la croissance et des perspectives de croissance, le renforcement des prix à la production et la pression sur les salaires forment une combinaison qui devrait conforter la BCE  dans son idée de relever encore son taux directeur de 50 points de base lors des prochaines réunions. La réaction demeure timide sur les marchés boursiers (-0,1 % pour l'EuroStoxx50). Le cours EUR/USD perd légèrement du terrain et tourne autour de 1,0865. Le niveau de résistance de 1,0942 reste pour le moment bien protégé. À cet égard, nous attendons avec impatience la publication des PMI américains, prévue cet après-midi à 15h45. Le dollar (et les taux américains) s’est récemment montré sensible (de façon sélective) aux mauvaises nouvelles, tant sur le plan des prix que sur le plan de l’activité. 

Swap à 10 ans de l’UEM : l’amélioration des perspectives de croissance et la pression persistante sur les coûts pourraient conforter le plancher des taux.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La MNB en revient à la prudence

La MNB en revient à la prudence

Les PMI pointent une accélération de la croissance et de l’inflation dans l'UEM

Les PMI pointent une accélération de la croissance et de l’inflation dans l'UEM

La livre en chute libre

La livre en chute libre

Pas de Brexit monétaire

Pas de Brexit monétaire