La CNB dépoussière un ancien instrument de politique

Les marchés

La semaine passée a été particulièrement mauvaise pour les devises d’Europe centrale. Une incertitude croissante leur fait généralement payer le prix de leur liquidité inférieure. De plus, leur avantage de taux relatif est sous pression à cause de la montée récente des taux américain et européens. C’est notamment le cas pour le zloty, le gouverneur de la banque centrale polonaise ayant semé le doute quant à la poursuite du relèvement inattendu des taux opéré au début de ce mois-ci. Du côté de la Hongrie, la MNB a poursuivi son cycle de resserrement, mais a réduit le rythme de moitié depuis septembre. En revanche, en Tchéquie, la CNB a encore appuyé sur l’accélérateur à la fin du mois dernier en passant de +75 pb à 1,5%. Et un ralentissement n’est pas à l’ordre du jour: le gouverneur Rusnok n’exclut pas une augmentation de >25 pb en novembre.

Il est donc pour le moins surprenant que la semaine dernière, le favori du public ait à peine fait mieux que son homologue hongrois et soit resté à la traîne vis-à-vis du zloty. Ce matin, notre quête d’explications n’a pas donné grand-chose; en fait, nous avons même trouvé un article intéressant qui indique que le contraire devrait se produire. En effet, à partir de 2022, la CNB vendra sur le marché une partie du revenu que lui rapportent ses abondantes réserves internationales. Cette quantité massive de devises étrangères provient d’interventions sur les taux de change menées en 2013-2017. À l’époque, l’économie tchèque se remettait d’une récession. La CNB a soutenu la croissance et l’inflation en adoptant un taux directeur quasiment nul, assorti d’un cours CZK plus faible (EUR/CZK 27, surveillance du niveau plancher). La CNB a acheté massivement des euros (demande) avec des couronnes (offre) et, en bon père de famille, fait depuis lors fructifier ces réserves en devises étrangères. Cela crée un effet boule de neige – auquel Prague veut mettre un terme. Pour ce faire, la banque centrale met des euros en circulation en échange de CZK. Toutes choses égales par ailleurs, la dynamique de l’offre et de la demande entraîne une pression baissière sur le cours EUR/CZK.

En 2004-2012, la CNB a réalisé des opérations similaires: au cours de cette période, la couronne tchèque s’est appréciée de plus de 25%. Bien entendu, ce n’est pas seulement dû à la politique de la CNB, mais cette fois, notons la différence “de taille” au niveau du volume: les devises en euros de la banque centrale ont atteint près de 150 milliards de CZK en septembre, soit quasi six fois plus qu’en 2004-2012! La banque centrale ajoute qu’elle exécutera les ventes de manière à minimiser l’impact sur le taux de change. Autrement dit: l’objectif n’est pas de refaire de la couronne un instrument de politique monétaire… Néanmoins, le timing de l’annonce ne semble pas tout à fait anodin. Depuis le relèvement inattendu des taux d’intérêt fin septembre et malgré la rhétorique de Rusnok, entre autres, la CZK a perdu du terrain. Cela mine l’impact du resserrement monétaire sur l’inflation. Pour l’instant, nous ne tablons pas sur un retour de la devise en tant que complément actif à la politique de taux conventionnelle; mais nous restons à l’affût.

EUR/CZK: retour d’un ancien instrument de politique monétaire de la CNB?!

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La CBRT s'aventure à nouveau sur le marché des changes

La CBRT s'aventure à nouveau sur le marché des changes

Reprise économique confirmée après la troisième vague

Reprise économique confirmée après la troisième vague

Pression de toutes parts sur la BCE

Pression de toutes parts sur la BCE

Les chiffres solides l’emportent sur les hésitations de la Fed

Les chiffres solides l’emportent sur les hésitations de la Fed
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.