Back to normal

Les marchés

Excellente nouvelle, surtout pour nos analystes ! La politique monétaire redevient passionnante ! Voilà l’une des nombreuses réflexions intéressantes du nouvel économiste en chef de la Banque d'Angleterre (BoE), Huw Pill, dans sa première interview accordée au Financial Times. Nous vous la recommandons. Le gouverneur de la BoE, Andrew Bailey, s’est récemment posé comme un pionnier dans le débat sur la normalisation de la politique, ce qui lui a rapidement valu l’étiquette de faucon monétaire. Avec Pill, il s'est à première vue trouvé un solide compagnon de route. Comment en conclure autrement lorsque quelqu’un parle avec le plus grand respect, lors de sa première intervention publique, de son mentor, le "Professeur Otmar Issing" ; le premier économiste en chef de la BCE, aux racines profondément ancrées dans la tradition de la Bundesbank ! Si Pill n’était pas venu récemment rejoindre les rangs de la BoE, il aurait alors été le candidat idéal pour succéder à Jens Weidmann à la tête de la banque centrale allemande. Petite réflexion en passant...

Ce "faucon" naturel a livré à une analyse pointue, mais néanmoins équilibrée. Selon Pill, la politique monétaire est arrivé à un point de bascule et il refuse tout débat monétaire "en sens unique". D'après lui, la banque a mené une politique monétaire "simple" au cours de ces 13 dernières années. Tout tournait autour de la manière de stimuler la demande. Par le biais de taux d’intérêt extrêmement bas et/ou de nouveaux achats d’obligations dans le cadre du programme d'assouplissement quantitatif (QE). Ce faisant, nous risquons d’oublier que la stabilité financière reste la mission première de la banque centrale. Cela rend le contexte beaucoup moins limpide. Pill s’attend dès lors à des désaccords, y compris dans le débat au sein de la BoE.

Premier constat : l’économie s’est entre-temps bien remise de la pandémie. La BoE ne devra donc pas appuyer énergiquement sur le frein dans l’immédiat, mais l"économie n'a cependant plus besoin de mesures de stimulation extrêmes (QE et taux directeur de 0,1 %). En outre, en tant que gardien de la stabilité financière, vous n’êtes pas à votre aise lorsque l’inflation risque, selon Pill, d'atteindre 5% au début de l’année prochaine. Dans ce contexte, tout ajustement éventuel du portefeuille obligataire devient inutile.Il faut passer par le taux directeur. Et pourtant, le faucon n’a visiblement pas des serres si acérées. Pill estime également qu’une partie de la poussée inflationniste pourrait être temporaire. Rehausser le taux, oui. Mais celui-ci ne doit pas directement repasser au-dessus de la barre de 0,75 %, comme cela était le cas avant la pandémie. Le timing de ce premier resserrement n’a pas non plus beaucoup d’importance.Le marché ne doit pas se laisser dépasser. Ce matin, nous constatons que, contrairement à ce qui se passe dans l’UEM, les taux britanniques ne grimpent pas, mais sont en légère baisse. La livre ne gagne pas non plus de terrain ! Outre le dosage des incitants monétaires, Pill veut également se débarrasser de l’un des nouveaux attributs de la "boîte à outils" post-crise des banques centrales : la "forward guidance". Dans un contexte où l’inflation et la croissance sont plus instables, celle-ci pourrait créer de la confusion. Nous l’avons dit : une politique monétaire moins prévisible et plus passionnante.

Ce n'est pour l’instant qu'un exercice purement hypothétique, mais supposons que l’économiste en chef de la BCE, Philip Lane, quitte son poste et soit remplacé par Pill pour tracer les lignes directrices de la réflexion économique et monétaire au sein de la Banque centrale européenne. Y aurait-il encore de la place pour un APP+ étendu en remplacement de l’actuel PEPP ? Et quid de ces taux (directeurs) négatifs ? L’économie européenne en a-t-elle encore vraiment besoin pour rester debout dans l’ère post-coronavirus ? La probabilité que la BCE entame déjà ce débat lors de sa réunion de politique de la semaine prochaine est mince. Pour plus d'action et de suspense dans le débat monétaire, nous devrons probablement encore regarder ailleurs que dans l’UEM. Un peu dommage... pour nous analystes...

Les taux à court terme britanniques n’augmentent pas après les déclarations du "faucon" Pill.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La CBRT s'aventure à nouveau sur le marché des changes

La CBRT s'aventure à nouveau sur le marché des changes

Reprise économique confirmée après la troisième vague

Reprise économique confirmée après la troisième vague

Pression de toutes parts sur la BCE

Pression de toutes parts sur la BCE

Les chiffres solides l’emportent sur les hésitations de la Fed

Les chiffres solides l’emportent sur les hésitations de la Fed
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.