Pas de tempête budgétaire

Les marchés

L'automne n'est pas uniquement la saison de la chute des feuilles. Selon les règles européennes relatives à la politique budgétaire des pays de la zone euro, les projets de budgets nationaux pour l’année à venir doivent également être transmis à la Commission européenne (CE) pour le 15 octobre au plus tard. Aucune tempête n'est à prévoir cette année. Les règles budgétaires (notamment maximum 3 % du PIB pour le déficit public et maximum 60 % du PIB pour la dette) ont en effet été mises au frigo jusqu’à la fin de l’année prochaine.

Un rapide coup d'œil aux chiffres budgétaires des (plus) grands États membres montre que les déficits budgétaires seront beaucoup plus bas en 2022 que ceux très élevés qui sont encore attendus pour 2021 (voir graphique). Mais la plupart d'entre eux dépasseront encore largement la barre des 3 % du PIB. Seuls les Pays-Bas respecteraient la norme des 3 % (si elle était d’application) en 2022, avec un déficit à peine deux fois moins important que ceux de la France, de l’Espagne et de la Belgique. Le projet de budget déposé par l'Allemagne flirte avec les 3 %, mais si les négociations actuellement en cours débouchent sur la formation d'un nouveau gouvernement, une révision à la hausse semble probable. L’Italie remporte la palme avec un déficit supérieur à 5 % du PIB.

La décision de suspendre provisoirement les normes budgétaires a été prise au début de la pandémie afin de donner aux États membres les coudées franches pour atténuer autant que possible les conséquences économiques de la crise sur les ménages et les entreprises, avec aussi le soutien implicite de la politique de la BCE. Cette clause dérogatoire a été prolongée jusque fin 2022 plus tôt cette année.

Dans le contexte actuel de reprise économique encore fragile et de spectre d'une quatrième vague de contaminations, le choix de la prudence en matière d'assainissement budgétaire paraît judicieux. Mais si, comme prévu, la situation économique continue de se normaliser dans le courant de 2022, le cadre budgétaire devrait alors à nouveau être appliqué à partir de 2023. D’ici là, il devrait également avoir été actualisé.

La CE a amorcé le débat à ce sujet avant-hier. Le défi est gigantesque. Le cadre doit être simplifié, laisser plus de marge aux investissements publics, prévoir plus d’engagements des États membres et être plus contraignant. Il doit garantir la viabilité des finances publiques sur le long terme, tout en laissant de la marge pour une stabilisation économique à court terme.

Ces deux aspects sont parfois difficiles à concilier. Sur le plan économique, il n’existe en fait qu’une seule solution simple dans le cadre d'une union monétaire : créer un instrument budgétaire conséquent pour la politique de stabilisation au niveau européen. D’un point de vue politique, il est toutefois peu probable que cette solution obtienne le large consensus voulu par la CE pour la réforme. Il faut donc s'attendre à ce que le cadre budgétaire contienne toujours une certaine forme de complexité.

Lieven Noppe, Senior Economist KBC Group

Solde de financement des pouvoirs publics en % du PIB Source: KBC Economics, sur la base de la CE.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La CBRT s'aventure à nouveau sur le marché des changes

La CBRT s'aventure à nouveau sur le marché des changes

Reprise économique confirmée après la troisième vague

Reprise économique confirmée après la troisième vague

Pression de toutes parts sur la BCE

Pression de toutes parts sur la BCE

Les chiffres solides l’emportent sur les hésitations de la Fed

Les chiffres solides l’emportent sur les hésitations de la Fed
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.