Les barrières de taux techniques tombent l’une après l’autre

Les marchés

À la suite de la publication des payrolls américains vendredi dernier, la Réserve fédérale se prépare à entamer officiellement la réduction progressive des achats d’obligations en novembre, le “tapering” dans le jargon. En effet, la condition posée en septembre par le président de la Fed Powell lui-même – encore un “bon” rapport sur le marché de l’emploi – est remplie.

Pourtant, une croissance de l’emploi de 194.000 unités en septembre n’a rien de fantastique dans un contexte post-pandémique; c’est même plutôt maigre par rapport aux prévisions de 500.000 formulées par les analystes. Mais ne concluons pas trop vite: le chiffre des deux mois précédents a fait l’objet d’une révision à la hausse de 169.000 unités, une révision substantielle qui n’est pas inhabituelle en période de coronavirus et atteste une nouvelle fois des difficultés de la collecte de données. Le Bureau of Labor Statistics, parent spirituel des payrolls, a notamment admis vendredi qu’il y avait quelques problèmes avec l’apurement saisonnier de l’emploi dans l’enseignement public, ce qui représente une correction statistique de pas moins de -144.000 unités. Compte tenu de ces nuances, un rapport apparemment décevant est “assez bon” pour la Fed. L’accélération de la croissance salariale pèse certainement aussi dans son analyse: grâce à une forte hausse mensuelle, celle-ci a grimpé de 0,6% à 4,6% en glissement annuel.

Les doutes initiaux du marché, manifestés sous la forme de taux d’intérêt plus bas, ont vite cédé la place au réalisme et à une courbe plus raide. Mais pour être honnêtes, les taux réels américains, qui sont notamment fonction de la politique monétaire attendue, ont à peine augmenté. La dernière hausse de quatre points de base est imputable aux prévisions d’inflation, elles-mêmes influencées par une nouvelle hausse du cours du pétrole, entre autres. En tout cas, le mouvement des taux d’intérêt a eu des conséquences techniques: le taux à dix ans a définitivement quitté le soutien de 1,52%, a franchi le cap de 1,6% et est à un cheveu du seuil de résistance de 1,62%. D’un point de vue technique, la voie vers le sommet de 1,77% de mars est pour ainsi dire libre. Nous gardons également l’œil sur la partie courte de la courbe. Vendredi, le taux d’intérêt à deux ans a discrètement clôturé la séance à son niveau le plus élevé depuis mars 2020. À l’heure actuelle, le marché suit notre scénario d’un relèvement des taux (ou plus) fin 2022.

Revenons encore à l’Europe, où la hausse des taux a été au moins aussi frappante. Dans le sillage des États-Unis, le taux swap européen (10 ans) s’est installé au-dessus de la zone forte de 0,20% et s’attaque à présent à l’obstacle intermédiaire de 0,26%. Le taux allemand à dix ans s’est dirigé vers -0,15%, le sommet du mois de juin, (temporairement) surpassé aujourd’hui. Une rupture durable ouvrirait la voie à un taux de -0,07%, la dernière limite avant un retour en territoire positif. Fait intéressant: il s’agit ici uniquement d’une hausse des taux réels. Les marchés se tournent vers la BCE. Même la partie courte de la courbe n’est pas immobile: malgré les discours de l’économiste en chef de la BCE Lane, le marché tient déjà compte d’un premier relèvement des taux d’intérêt (à 10 points de base) début 2023! Nous sommes curieux de savoir ce que Lane, avec d’autres pontes de la BCE comme Villeroy, auront éventuellement à en dire plus tard dans la semaine.

Le taux américain à dix ans à un cheveu d’un niveau de résistance important aux alentours de 1,62%.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Back to normal

Back to normal

Pas de tempête budgétaire

Pas de tempête budgétaire

Le nouveau relèvement des taux hongrois n’aide pas le HUF

Le nouveau relèvement des taux hongrois n’aide pas le HUF

Contrer l’inflation avec un relèvement rapide des taux ?

Contrer l’inflation avec un relèvement rapide des taux ?
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.