Ne sous-estimez pas le rôle d’outsider des Européens

Les marchés

Depuis la réunion de juillet de la BCE – qui n’était déjà plus qu’une tempête dans un verre d’eau -, les responsables à Francfort étaient, jusqu'à ce mercredi, restés plutôt silencieux. Cet été, les banquiers centraux européens ont, depuis le bord de la piscine, suivi avec grand plaisir les efforts déployés par leurs collègues américains pour capter l’attention. Efforts dont le symposium de Jackson Hole marquera le point d’orgue aujourd’hui. Ce profil bas de la BCE a alimenté la divergence entre les États-Unis et l’Europe au niveau des taux réels. Le débat autour de la normalisation de la politique aux États-Unis a fait repartir les taux réels américains à la hausse par rapport à leur plancher, alors que le laxisme européen a récemment fait chuter les taux réels allemands à un plus bas historique de -2 %, malgré l'accélération de la dynamique de croissance. Les mouvements contradictoires des taux réels ont ainsi amené la paire EUR/USD dans la zone de support de 1,17 cet été. Elle s'y trouve toujours aujourd'hui.

Aujourd’hui, nous braquons les projecteurs sur le côté européen, moins exposé à la lumière, de la comparaison. Le vice-président de la BCE, de Guindos, et l’économiste en chef, Lane, sont en effet sortis de leur léthargie estivale ce mercredi. Si ce n’était pas encore suffisamment clair : les attentes autour de la BCE sont faibles. Extrêmement faibles. Probablement à juste titre. Mais notre cerveau reptilien sait que ce contexte (du marché) laisse de la place à des (grands) mouvements en cas de (petites) surprises. Premier à s'exprimer, De Guindos a donné une vision positive des choses. La reprise économique, après la récession provoquée par la pandémie, a jusqu'à présent toujours dépassé les prévisions de croissance de la BCE. Pour la réunion de politique du 09/09, il s’attend à de nouvelles révisions à la hausse vu que les prévisions ont été battues au deuxième trimestre et que les indicateurs avancés du troisième trimestre (par exemple les PMI) confirment cette dynamique. Le PIB européen devrait ainsi renouer avec son niveau d’avant la crise à la fin de cette année, et donc plus rapidement qu’espéré. Pour rappel, les prévisions de PIB de la BCE pour 2021-2023 s’élevaient à respectivement 4,6 %, 4,7 % et 2,1 % en juin. En ce qui concerne l’inflation, l’Espagnol table sur une hausse à 3 % (!) d'ici la fin de l’année, avant un important recul en 2022. Ces propos ont en quelque sorte réveillé les marchés. Il y a encore de la vie après la Fed. La prochaine réunion de la BCE approche à grands pas, tout comme la date d’expiration du programme d’achat d’obligations PEPP (03/2022). Se pourrait-il que dans cet environnement de forte croissance et d'accélération de l'inflation, la BCE emboîte le pas de la Fed et s'engage aussi sur la voie d'une normalisation de sa politique ?

Avant même que les choses ne s'emballent, l’économiste en chef de la BCE Philip Lane - colombe monétaire et architecte de la politique extrêmement accommodante de la banque –  venus nuancer le message. Avant même que les choses ne s'emballent, l'économiste en chef de la BCE Philip Lane - colombe monétaire et architecte de la politique extrêmement accommodante de la banque - est venu nuancer les choses. Bien que reconnaissant la dynamique de la croissance, il a attiré l'attention sur les risques baissiers potentiels au cours des derniers mois de l’année. La croissance mondiale ralentit, les perturbations dans les chaînes de production durent plus longtemps que prévu et le variant Delta vient encore compliquer la donne. Pour Lane, l’inflation demeure un phénomène temporaire qui ne le préoccupe guère, à moins qu'elle ne provoque des tensions sur les salaires. Enfin, il croit fermement en la politique de communication de la BCE, qui exclut les surprises (de politique) et laisse encore à la banque centrale jusqu’en décembre pour donner des détails sur la période de transition qui suivra la fin des achats nets réalisés dans le cadre du PEPP.

De Guindos et Lane incarnent deux extrêmes au sein du comité de politique de la Banque centrale européenne. Au vu de la réaction limitée des marchés, l’Espagnol a pris le dessus sur l’Irlandais. Nous ne soulignerons jamais assez le rôle joué par le positionnement de marché et les attentes. Il est encore tôt, mais il ne faudra surtout pas sous-estimer le rôle d’outsider des Européens dans les semaines/mois à venir. Premier rendez-vous : les chiffres de l’inflation européenne pour le mois d’août. Attendez-vous dès à présent au titre suivant : "L’inflation européenne progresse à son rythme le plus rapide depuis 2012."

Mathias Van der Jeugt, salle des marchés KBC

Taux swap européen à 10 ans : fin du repli. 

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Back to normal

Back to normal

Pas de tempête budgétaire

Pas de tempête budgétaire

Le nouveau relèvement des taux hongrois n’aide pas le HUF

Le nouveau relèvement des taux hongrois n’aide pas le HUF

Contrer l’inflation avec un relèvement rapide des taux ?

Contrer l’inflation avec un relèvement rapide des taux ?
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.