La croissance belge confirme la reprise économique

Les marchés

La Belgique fait partie des pays à ouvrir la voie dans la zone euro. En pleine saison de publication des résultats des entreprises, globalement positifs, plusieurs économies – parmi lesquelles les États-Unis, la zone euro, la France, l’Allemagne, l’Italie et la Belgique – publient leurs premières estimations provisoires du PIB pour le deuxième trimestre de 2021. Les chiffres des économies européennes font l'objet d'une attention toute particulière. Les données objectives confirment-elles que la reprise économique s'est également enclenchée en Europe, après la récession à double creux de cet hiver ? Au milieu de toutes ces publications, la Belgique joue probablement un rôle qui n'est pas proportionnel à sa taille. Dans le passé, l’économie belge a souvent été considérée "comme le canari dans la mine de charbon" pour l'économie européenne. En tant que petite économie ouverte, la croissance belge dépend en effet fortement de la demande externe en Europe et constitue donc aussi un bon indicateur de la dynamique économique à l'échelle européenne. Reste à savoir si c’est également le cas en cette période de coronavirus.

L’estimation "flash" du PIB belge confirme l’émergence d'une reprise économique. Avec une croissance trimestrielle pour le deuxième trimestre 2021 estimée provisoirement à 1,4 %, la Belgique dépasse les attentes. La reprise économique semble donc désormais bien amorcée. À titre de comparaison, la croissance trimestrielle (moyenne) durant l'année "normale" 2019 avait tourné autour de 0,4 %. Les chiffres de croissance exceptionnels pour 2021 - 1 % au premier trimestre et 1,4 % aujourd'hui - laissent supposer une croissance particulièrement vigoureuse pour cette année (voir graphique 1). Ces chiffres doivent cependant être quelque peu nuancés. Cette forte croissance fait en effet suite à une contraction historique du PIB en 2020. Malgré la croissance élevée de ces deux derniers trimestres, l’économie belge a encore du chemin à parcourir avant de pouvoir renouer avec le niveau de PIB d’avant la crise : pour l’instant, ce dernier est encore environ 2,5 % inférieur à son niveau du quatrième trimestre de 2019.

Et ce n'est pas tout. Outre ces chiffres de croissance exceptionnellement robustes, les indicateurs avancés pointent également une poursuite de la reprise. La confiance des entrepreneurs se stabilise à des valeurs historiquement élevées et la confiance des consommateurs progresse à grands pas et dépasse largement sa moyenne à long terme (voir le graphique).Les entrepreneurs demeurent très optimistes quant à l’accélération de la demande du marché et s’attendent à une poursuite de la croissance de l’emploi, tandis que les consommateurs restent aussi très positifs à propos de l'évolution de l’économie et du chômage. Tous les voyants sont donc manifestement au vert en ce qui concerne la reprise économique, à moins que le variant Delta ne vienne jouer les trouble-fête.

Par ailleurs, le "canari" belge joue visiblement encore bien son rôle. La reprise économique se poursuit également en Europe. Du moins si l'on se fie aux indicateurs du sentiment économique (ESI) publiés par la Commission européenne hier. Les ESI ont en effet atteint de nouveaux sommets historiques et indiquent une forte croissance dans la plupart des pays. Cela est peut-être de bon augure pour les estimations "flash" des pays européens qui seront publiées aujourd’hui et dans les prochains jours.

Belgique : croissance du PIB et indicateurs avancés.

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen

Sommes-nous prêts pour un monde “sans” soutien?

Sommes-nous prêts pour un monde “sans” soutien?

La formation d'une coalition s'annonce difficile en Allemagne

La formation d'une coalition s'annonce difficile en Allemagne
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.