Politique budgétaire US: signal d'alarme pour l’UEM

Les marchés

Tout le monde sait que la crise du coronavirus a eu un impact significatif sur la dette publique. La semaine dernière, Eurostat a annoncé qu’au premier trimestre de 2021, la dette publique brute de la zone euro avait encore grimpé, pour atteindre 100,5 % du PIB, contre "seulement" 83,9 % fin 2019. Avec certes d’énormes écarts entre les différents États membres, de 18,5 % du PIB en Estonie à 209 % en Grèce.

Aux États-Unis, la crise du Covid a eu un effet comparable sur la dette publique, qui est passée d’un peu moins de 80 % du PIB en 2019 à plus de 100 % en 2020. La semaine dernière, le Congressional Budget Office (CBO) y a publié de nouvelles estimations concernant l’évolution future de la dette publique. D'après celles-ci, à politique inchangée, l’endettement des États-Unis diminuera légèrement au cours des prochaines années pour retomber à 99,1 % en 2024. Ensuite, elle devrait repartir à la hausse et grimper jusqu'à 106,4 % du PIB en 2031, soit plus ou moins le même niveau que le record historique qui avait été atteint au lendemain de la seconde guerre mondiale.

De tels chiffres ont de quoi faire froncer les sourcils. Mais pas chez l'actuel président américain. Ce dernier a encore d’autres projets de relance budgétaire prévus pour cet automne. Le CBO pourrait donc sous-estimer la situation dans ses prévisions. En outre, celles-ci ne portent que sur la dette des autorités fédérales détenue par le public ("held by the public"'). Il s’agit d’une définition plus étroite que celle utilisée en Europe, qui couvre la dette de l'ensemble des pouvoirs publics. Des chiffres comparables publiés la semaine dernière par le FMI font état d'un ratio d’endettement pour l’ensemble des pouvoirs publics américains de 133,6 % du PIB en 2020, soit nettement plus que dans la zone euro. 

À l’instar du CBO, le FMI s'attend à ce que le ratio d'endettement américain continue de grimper, contrairement à ce qu’il prévoit pour la zone euro (voir graphique). Le FMI ne tire toutefois pas la sonnette d'alarme. Pour faire baisser le ratio d’endettement, un assainissement budgétaire sera certes nécessaire à moyen terme. Mais le FMI souligne également que les initiatives budgétaires renforceront le potentiel de croissance de l’économie américaine. En attendant, la taille et la liquidité des marchés financiers américains et statut de "valeur refuge" et de devise de réserve du dollar atténueront les risques liés aux grands besoins de financement.

En d’autres termes, l’intégration financière et budgétaire de l’économie américaine permet à la politique budgétaire d'avoir une plus grande force de frappe que dans la zone euro, où l’absence d’intégration budgétaire entraîne des risques de stabilité financière au niveau national. Malgré une dette publique globale plus basse, les inquiétudes sont plus grandes dans la zone euro. Lorsque la ministre américaine des Finances, Janet Yellen, a été invitée à la réunion de ses collègues européens plus tôt dans le mois, elle a notamment abordé le large éventail de défis auxquels l’économie mondiale est confrontée, avec entre autres le déploiement des vaccins contre le coronavirus à l’échelle mondiale, le changement climatique, l’accroissement des inégalités socioéconomiques et la nécessité d'une croissance inclusive. On ignore si cela a aussi fait prendre conscience aux ministres européens de la nécessité d'avancer dans le renforcement budgétaire et financier de la zone euro

Dette brute de l'ensemble des pouvoirs publics (en % du PIB).

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen

Sommes-nous prêts pour un monde “sans” soutien?

Sommes-nous prêts pour un monde “sans” soutien?

La formation d'une coalition s'annonce difficile en Allemagne

La formation d'une coalition s'annonce difficile en Allemagne
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.