Ajustement à l’objectif 55 : la Commission annonce la couleur

Les marchés

Un peu plus d’une semaine après la BCE, la Commission européenne a également annoncé ses projets en matière de transition climatique. Alors que la BCE a insisté sur le fait qu’elle ne se trouvait pas à la place du conducteur, la Commission a résolument pris le volant afin d'emmener les économies européennes vers une nouvelle norme plus durable et neutre en carbone. La nouvelle stratégie, intitulée "Ajustement à l’objectif 5", contient 13 propositions législatives et a pour objectif de réduire les émissions nettes de gaz à effet de serre dans l’UE de 55 % d’ici 2030 (par rapport à le niveau de 1990) et de les faire tomber à zéro d’ici 2050.
L’augmentation (systémique) du prix du carbone occupe une place centrale dans l’approche de la Commission. Mais cette dernière est parfaitement consciente qu’un mécanisme de prix ne donne pas suffisamment de résultats (rapides). C’est pourquoi elle propose également des restrictions (d’émissions) supplémentaires et/ou de nouveaux incitants pour soutenir l’innovation.

Les propositions prévoient en premier lieu une adaptation du système d’échange de quotas d’émission (SEQE) de l'UE. Ce système, qui règle la quantité d’émissions et la limite pour un certain nombre de secteurs, est renforcé (avec moins de quotas d’émission) et étendu au transport maritime. À terme, ces adaptations auront pour effet d’augmenter sensiblement le prix des émissions de carbone pour l’industrie européenne. Une nouvelle taxe à l’importation (le mécanisme d'ajustement carbone aux frontières – MACF) pour certains produits vise à lutter contre la concurrence déloyale d'entreprises non européennes et à éviter le départ d’entreprises de l’UE (fuite carbone ou "carbon leakage" en anglais). Pour l’industrie (sous le régime du SEQE), la Commission vise une réduction des émissions de 66 % (par rapport à 2005).

Mais les plans de la Commission ne se limitent pas à l’industrie. Les secteurs du transport et des bâtiments (chauffage), qui sont responsables d’une grande partie des émissions mais qui ne relèvent pas du système d’échange de quotas d’émission, sont également ciblés via l’introduction d’un nouveau système de quotas d’émission. Les prix des carburants vont donc augmenter. En outre, des normes d’émission plus sévères seront imposées aux nouveaux véhicules et une infrastructure de bornes de recharge pour les véhicules électriques sera déployée. De facto, cela signifie la fin du moteur à combustion dans l’UE.

Et cela nous amène au talon d’Achille de ces propositions européennes : la répartition inégale de l’effort. Pour compenser l’impact social, la Commission prévoit un fonds d’environ 72 milliards d’euros. Mais c'est la répartition des efforts entre les États membres, pour qui la Commission se base sur la capacité économique et la rentabilité (voir graphique 1), qui pourrait poser problème.. Cela promet sans aucun doute des tensions politiques entre les États membres et de nombreuses heures de réunions nocturnes.

Dans cet article, nous nous sommes seulement concentrés sur quelques-unes des propositions climatiques de la Commission, mais de nombreuses autres méritent également une attention particulière. Nous pensons, par exemple, à l’accroissement de l’efficacité énergétique ou à l’exigence de normes minimales en matière d’énergie verte et de compensation carbone. Affaire à suivre…

Objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 dans des secteurs qui ne relèvent pas du régime du SEQE. Par rapport au niveau de 2005 ; en %.

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen

Sommes-nous prêts pour un monde “sans” soutien?

Sommes-nous prêts pour un monde “sans” soutien?

La formation d'une coalition s'annonce difficile en Allemagne

La formation d'une coalition s'annonce difficile en Allemagne
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.