La RBA ne peut plus ignorer la réalité

Les marchés

L’économie australienne se porte très bien et mieux que prévu: c’est en un mot le message communiqué par la banque centrale australienne (RBA) ce matin. Pour une analyse plus détaillée et les conséquences sur la politique monétaire, voir ci-dessous.

À nouveau, la reprise surprend la RBA, dans le bon sens du terme. Au premier trimestre de cette année, la croissance a dépassé le niveau pré-crise. Par rapport au quatrième trimestre de 2019, le PIB australien est en hausse de 0,8%. La RBA se méfie des revers à court terme potentiels dus à la recrudescence du virus. Mais en général, elle est optimiste pour l’avenir. Le marché de l’emploi est également en forme: il y a maintenant plus d’Australiens au travail qu’avant la crise. En mai, le taux de chômage a dégringolé à son niveau le plus bas depuis décembre 2019 (5,1%) et ce, alors même que le taux de participation retrouve des sommets historiques. À cet égard, on peut se demander dans quelle mesure il peut encore augmenter. Autrement dit: l’offre pourra-t-elle continuer à suivre? Car vu la demande sans précédent des entreprises (le nombre d’offres d’emploi ne cesse de pulvériser des records) à mettre en regard avec une offre limitée (notamment en raison de la fermeture des frontières australiennes), le risque de déséquilibre est réel. Avec ses collègues, le gouverneur Lowe a déjà remarqué des hausses salariales sporadiques visant à convaincre les travailleurs potentiels. C’est un risque auquel la RBA est particulièrement attentive. Mais jusqu’à nouvel ordre, la pression générale sur les salaires est et reste probablement limitée. C’est l’une des principales raisons qui font que les prévisions d’inflation restent modestes: la RBA ignore le pic d’inflation de 3,5% attendu pour le trimestre précédent et table sur 2% à la mi-2023. L’objectif est de 2-3%. Dans ce scénario, la RBA pense maintenir son taux directeur à 0,1% au moins jusqu’en 2024.

Cependant, la banque centrale ne fait pas que “prendre acte”. Par exemple, elle ne prolonge pas la durée de l’obligation de référence à 3 ans d’avril à novembre. La RBA achète ou vend cette obligation de référence en fonction de son objectif pour le taux à 3 ans (0,1%). La banque estime que cette expérience de contrôle des taux ne doit pas durer plus longtemps qu’initialement prévu. Les marchés avaient anticipé cette évolution depuis début avril. Pourtant, le taux à trois ans a encore gagné près de 8 points de base ce matin. Les durées plus longues augmentent aussi de plusieurs points de base (3,5 à 4,5), soit le segment de la courbe sur lequel la RBA fait pression avec des mesures d’assouplissement quantitatif. La tranche actuelle de 100 milliards de dollars australiens a été épuisée début septembre. La RBA ne prévoit pas de nouveau montant fixe, mais ralentira le rythme de ses achats (4 milliards de dollars australiens par semaine au lieu de 5 milliards). Une évaluation approfondie suivra en novembre, selon les données disponibles d’ici là. Les marchés partent du principe que ces chiffres ne feront plus dévier la RBA de la voie d’une normalisation prudente.

La banque centrale australienne est la dernière en date à s’être (enfin) engagée sur cette voie. Son homologue néo-zélandaise l’a précédée en mai. La RBA a reporté cette décision, ce qui a fait s’aventurer le dollar australien sur un terrain plus glissant ces derniers mois. Aujourd’hui, elle ne peut plus ignorer la réalité économique. La devise en profite, mais avec modération: le cours AUD/USD a grimpé de son niveau de 0,753 et a brièvement testé le point de résistance de 0,76. Une petite remontée est toujours possible, par exemple au-dessus de la première zone de résistance dans la partie basse de 0,76. Mais pour cela, une faiblesse plus généralisée du dollar américain pourrait être nécessaire.

AUD/USD: le dollar australien profite, avec modération, du virage amorcé par la RBA

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Après une nuit de sommeil...

Après une nuit de sommeil...

Le marché digère bien le ton plus agressif de la Fed

Le marché digère bien le ton plus agressif de la Fed

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.