La Riksbank ne bouge pas d’un cil

Les marchés

Ces temps-ci, les banques centrales se divisent de plus en plus nettement en deux camps. Le premier (dont les effectifs s’amenuisent petit à petit) soutient que le rebond actuel de l’inflation est temporaire et que l’économie aura encore longtemps besoin d’appui. La Banque du Japon, la BCE, la Banque d’Angleterre, la Banque centrale polonaise et la Banque centrale australienne, par exemple, ne veulent pas renoncer trop vite aux incitants monétaires. Dans le camp opposé, d’autres banques centrales veulent (la banque centrale tchèque, la Norges Bank…) ou doivent (les banques centrales hongroise, russe, turque…) relever le gant de l’inflation. Aujourd’hui, nous nous demandions si la Riksbank suédoise (RB) ferait défection et rejoindrait le second camp.

Ce ne fut finalement pas le cas. En fait, la RB n’a pas fait la moindre ouverture en ce sens. Pourtant, la reprise bat son plein en Suède et les prévisions de croissance ont une nouvelle fois été revues à la hausse. La Riksbank table à présent sur une croissance de 4,2% cette année et de 3,7% l’année prochaine. Une accélération de la croissance au troisième trimestre ramènera l’économie à son niveau pré-pandémie. La RB fait toutefois remarquer que l’économie se trouve toujours en deçà de la trajectoire qu’elle aurait suivie sans la crise et que la reprise est très inégale d’un sous-secteur à l’autre. Les prévisions d’inflation ont également été revues à la hausse, mais l’inflation CPIF (frais hypothécaires inclus) reste en moyenne inférieure à l’objectif de 2,0% cette année (1,8%) et l’année prochaine (1,7%). Contrairement à d’autres pays, les effets des perturbations de l’offre ont un impact relativement limité sur l’inflation des consommateurs. L’inflation n’atteint 2,1% qu’au bout de l’horizon de politique (T3 2024). Le taux de chômage continue de baisser (7,4% cette année), mais reste plus élevé qu’auparavant et les signes de tensions salariales sont également rares. 

Pendant la crise du coronavirus, mais aussi avant, la Riksbank s’est davantage inquiétée d’une inflation trop faible et d’incitants insuffisants que de mesures de soutien trop importantes. Elle reconfirme clairement cette position. Malgré une reprise vigoureuse, la RB prévoit de conserver le taux directeur actuel de 0,0% jusqu’à la fin de l’horizon de politique (T3 2024!). Comme prévu, l’enveloppe de 700 milliards SEK pour les achats d’obligations sera épuisée cette année. Ensuite, la RB maintiendra le portefeuille à niveau au moins jusqu’à la fin de l’année prochaine. Pour ceux qui n’auraient pas encore bien saisi le message: la RB répète même que la politique peut toujours être assouplie (!) par le biais d’une baisse des taux ou d’une autre manière, si les prévisions d’inflation retombaient sous la barre des 2%. Donc, pas de “tightening bias”. Une fois de plus, la RB prend acte des possibles effets secondaires de la politique extrêmement souple au niveau de l’endettement des ménages et de la hausse des prix de l’immobilier. Ces risques ne contrebalancent cependant pas les effets positifs sur la croissance. Pour remédier à ces effets potentiels, la RB passe la main aux mesures techniques et à la politique fiscale.

Le marché ne s’attendait pas à un revirement de la RB. La réticence de la BCE à démanteler les mesures de relance est notamment une bonne excuse pour rester dans l’expectative. Hier, la couronne a fait preuve d’un peu de nervosité au cours de la journée et ce matin, le fait que la RB ne donne pas ne serait-ce qu’un signe symbolique qu’elle prépare une normalisation a entraîné une perte très limitée pour la couronne. Depuis la fin de l’année dernière, la paire EUR/SEK se situe dans une fourchette étroite entre 10,00 et 10,30. Malgré une reprise vigoureuse et des fondements économiques robustes, au vu de la communication de la RB, une rupture sous la barre des 10,00 n’est probablement pas à l’ordre du jour. Jusqu’à présent, il n’y a guère de comparaison possible avec la Norvège, qui pourrait relever les taux dès cet automne. 

EUR/SEK: guère de soutien des taux en vue pour la couronne  

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen

Sommes-nous prêts pour un monde “sans” soutien?

Sommes-nous prêts pour un monde “sans” soutien?

La formation d'une coalition s'annonce difficile en Allemagne

La formation d'une coalition s'annonce difficile en Allemagne
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.