1-0 pour les partis traditionnels en France

Les marchés

Cora Vandamme

Au printemps 2022, les Français se rendront aux urnes pour déterminer qui sera leur prochain président. La plupart des observateurs prédisent depuis un certain temps déjà une répétition du scénario de 2017, à savoir une lutte entre l’actuel président Macron et la candidate d’extrême droite Marine Le Pen. Selon les derniers sondages, les deux candidats obtiendraient environ 25% des voix au premier tour et le président Macron remporterait ensuite le deuxième tour avec environ 54% des voix.

Les joueurs vedettes déçoivent

Voilà pour la théorie, ou en l’occurrence, les sondages. Les élections régionales de ces dernières semaines ont démontré que les résultats des élections, tout comme les matchs de football, ne sont pas toujours simples à prédire. Posez la question à l’équipe nationale française…

Contrairement aux attentes, le Rassemblement National (RN) de Marine Le Pen n’a pas réussi à remporter ne serait-ce qu’une seule région. C’est une déception de taille pour Le Pen, qui avait espéré dynamiser sa candidature à la présidence avec un excellent score aux élections régionales. Même la star du RN Thierry Mariani a déçu dans la région Provence-Alpes-Côtes d’Azur, où le RN était considéré comme ayant d’importantes chances de victoire. Mais pour le président Macron aussi, les résultats étaient tout sauf encourageants. Il espérait que son parti national, La République en Marche (LREM), s’implanterait au niveau local. Cela s’est avéré plus difficile que prévu. Finalement, ce sont les partis traditionnels qui ont remporté le plus de voix.

Les supporters restent à la maison

Encore plus frappant que les mauvais résultats pour RN et LREM: les faibles taux de participation. Comme le public des matchs de football pendant la période du coronavirus, les électeurs sont largement restés chez eux. La grande différence réside dans le fait que les électeurs pouvaient se déplacer, mais que moins de 35% d’entre eux l’ont fait. Lors des précédentes élections régionales, environ 50% des électeurs avaient voté. Cette faible participation peut s’expliquer par de nombreux facteurs: manque d’intérêt pour les niveaux de pouvoir locaux, désintérêt relatif dans un contexte de levée de confinement, désillusion politique… Augmenter le taux de participation sera dès lors le grand défi des élections présidentielles du printemps 2022.

Les prolongations sont presque garanties

Comme lors des élections présidentielles précédentes, il est très probable qu’un deuxième tour s’imposera en 2022. Vu leurs performances étonnamment bonnes, les partis plus traditionnels peuvent en effet avoir des raisons de présenter eux-mêmes un candidat à la présidence, au lieu de se ranger derrière un autre candidat au premier tour. Cela augmentera le nombre de concurrents en lice et, par conséquent, l’incertitude quant au résultat des élections. Actuellement, le score est de 1-0 pour les partis traditionnels. Nous sommes curieux de voir ce que donneront les prolongations.

Sondages pour le 1er tour des élections présidentielles (% des voix, le 28/06/2021)

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Après une nuit de sommeil...

Après une nuit de sommeil...

Le marché digère bien le ton plus agressif de la Fed

Le marché digère bien le ton plus agressif de la Fed

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.