La CNB bat le fer tant qu'il est chaud

Les marchés

Mardi, la Hongrie a brisé le statu quo monétaire sur le continent européen. Le pays est le premier État membre de l’UE à s'être lancé dans un cycle de resserrement, avec un relèvement de taux de 30 points de base. Comme nous l’avions indiqué dans notre numéro d'’hier, il n'allait pas falloir attendre longtemps avant qu'un autre pays franchisse aussi ce cap. Au final, il n'aura fallu attendre qu'un peu plus de 24 heures.

La banque centrale tchèque (CNB) a emboîté le pas de la MNB et a, comme prévu, rehaussé son taux directeur de 25 points de base, à 0,50 %. Deux choses sont frappantes. Un : le relèvement de taux a été opéré malgré l’absence de nouvelles prévisions de croissance et d’inflation. Et deux : les motifs soulignent une fois de plus le flair orthodoxe de la CNB. Les dernières prévisions datent de mai. Établies à l'époque dans un contexte d’incertitude, la banque estime tout de même qu'elles reflètent dans les grandes lignes la réalité. En fait, la situation est même meilleure que prévu, avec un recul de la croissance nettement moins fort que redouté au premier trimestre. Après avoir été sous le joug des mesures de lutte contre le coronavirus, l'économie va probablement enclencher la vitesse supérieure au prochain trimestre. Le marché de l’emploi tchèque résiste bien. La part des chômeurs est retombée sous les niveaux attendus en avril et mai. La pression salariale a évolué sans surprise. Un constat qui nous amène à l’inflation. À 2,9 % en glissement annuel en mai, celle-ci se situe à un souffle du plafond autorisé de 3 % (objectif de 2 % avec une marge de tolérance symétrique de 1 %). La CNB se méfie des risques inflationnistes. Pour l’année prochaine, elle table sur un retour en direction de 2 %, grâce à la normalisation de la politique. Rusnok et ses collègues n'excluent pas une résurgence de la pandémie (en automne, par exemple), mais ils estiment qu'avec la campagne de vaccination, on devrait pouvoir éviter de nouvelles mesures de restriction dommageables pour l'économie. Autrement dit, la pandémie est terminée et cela s’est produit plus rapidement que ne le pensait la CNB.

Tout comme en Hongrie, ce resserrement ne sera pas le seul. La CNB laisse entendre que les taux pourraient encore augmenter au second semestre. Dans ses explications, le gouverneur Rusnok a pointé la manière avec laquelle les prévisions de taux du mois de mai se vérifiaient à l'heure actuelle. Le marché a interprété cela comme une "forward guidance inconditionnelle". Le gouverneur a en outre suggéré que la banque centrale pourrait en principe ajuster le tir à chaque réunion, avec ou sans rapport sur l’inflation. Un précédent clair a déjà eu lieu hier. Le message est limpide : la CNB veut battre le fer tant qu'il est chaud. Nous n’excluons pas un nouveau resserrement en août et un troisième plus tard dans l’année. Le taux devrait terminer 2021 à 1 %. Le marché a adapté sa vision en conséquence. Les taux (swap) à court terme tchèques ont grimpé de 20 points de base hier et aujourd’hui. La couronne tchèque s’est raffermie, à moins de EUR/CZK 25,4. Nous tenons le niveau de EUR/CZK 25,27 à l'œil. Une rupture sous ce seuil est possible. Le sommet de 2020 (pour la CZK) de 24,76 serait alors en vue. Idéalement, cela se fera progressivement. Une appréciation trop rapide de la CZK est en effet quasiment le seul contre-argument auquel la banque centrale est sensible concernant l’inflation.

EUR/CZK : une nouvelle appréciation de la couronne semble possible grâce à la résolution affichée par la CNB.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen

Sommes-nous prêts pour un monde “sans” soutien?

Sommes-nous prêts pour un monde “sans” soutien?

La formation d'une coalition s'annonce difficile en Allemagne

La formation d'une coalition s'annonce difficile en Allemagne
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.