La baisse bizarre des taux à long terme américains

Les marchés

Depuis la décision de la Fed mercredi dernier, les mouvements sur le marché des taux américain sont pour le moins curieux. La Fed a signalé des risques d’inflation à la hausse et s’est montrée disposée à y répondre par le biais du canal des taux dans la seconde moitié de l’horizon de politique (2021-2023). Les taux américains ont clôturé la journée sur une hausse de 11,5 points de base. Les bénéfices se situaient surtout dans le segment des 2 à 5 ans – ce qui correspondait parfaitement à l’évolution des attentes du marché à l’égard d’un premier relèvement des taux. La partie longue de la courbe américaine a grimpé de 2,1 points de base (30 ans) à 8,5 points de base (10 ans). Un “bear flattening” typique de la courbe: des taux absolus plus élevés et une courbe plus plate.

Après la réunion de la Fed, le président Bullard de la Fed de St.-Louis a en outre confirmé que le coup d’envoi du démantèlement des programmes de rachat d’actifs avait été donné. Le marché anticipe des directives plus spécifiques à venir lors du symposium annuel de Jackson Hole fin août et une décision attendue en septembre. La réduction progressive de l’actif net pousse en théorie les taux (à long terme) à la hausse, la demande étant plus faible à offre égale. Voilà donc pour la théorie. Les différentiels de taux d’intérêt américains (clôture du mardi contre clôture du vendredi) ont continué à afficher des hausses de 10 points de base et plus sur le segment 2 ans-5 ans. De même, la courbe des taux a continué à s’aplanir. Mais, car il y a un mais… Le point à 7 ans de la courbe était le point charnière entre une hausse des taux à court terme et une (forte) baisse des taux à long terme. Le taux américain à 10 ans a perdu plus de 5 points de base. Sur la très longue durée, les pertes ont dépassé les 15 points de base.

Les détails indiquent que ce sont surtout les prévisions d’inflation plus faibles qui sont à la base de la forte baisse sur la partie longue de la courbe. C’est un signe de la foi que les marchés accordent au scénario “d’inflation temporaire” mis en avant par la banque centrale américaine qui, quoi qu’elle en dise, demeure sur le qui-vive. Cette logique se traduit par une hausse simultanée des taux réels américains, qui reflète les attentes en matière de croissance future et de politique monétaire. Et c’est là que le bât blesse. Vendredi, les taux réels américains ont en fin de compte clôturé la journée à peine plus haut qu’au début de la semaine. D’ici, nous nous retrouvons en territoire spéculatif. Le marché table-t-il sur une reprise économique finalement moins vigoureuse, ce qui devrait également freiner les prévisions d’inflation par définition? À moins que le marché ne doute de l’ordre de priorité de la Fed (et de la BCE)? Jusqu’à présent, les grandes banques centrales voulaient d’abord ramener les achats nets à zéro avant de relever le taux directeur. Cette semaine, la banque centrale hongroise démontrera qu’il est possible de faire autrement. En somme: les achats d’obligations deviendront-ils un instrument de politique standard? Une autre explication réside dans le concept du taux directeur neutre. Il s’agit du taux directeur théorique d’une économie à l’équilibre: assez élevé pour endiguer l’inflation et assez faible pour ne pas freiner la croissance. Selon la plupart des prévisions de la Fed la semaine dernière, le taux neutre s’élève à 2,5%. Le marché miserait-il sur un niveau structurellement inférieur?

Autant de questions ouvertes pour l’instant, mais nous suivons néanmoins la situation de près. Peut-être allons-nous chercher trop loin et ces distorsions sont-elles imputables à des facteurs techniques, tels que la rotation des actions vers les obligations ou l’épuisement (paiement effectif des incitants fiscaux) des moyens déjà mis en œuvre par le Trésor américain. Cela étant dit, si la baisse des taux à long terme américains s’avère structurelle, nous devrons réexaminer notre scénario de base fondé sur l’accélération de la croissance, la hausse de l’inflation et la normalisation des politiques des banques centrales.

Mathias Van der Jeugt, salle des marchés KBC

Le taux américain à 30 ans en chute libre depuis la réunion de la Fed

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Après une nuit de sommeil...

Après une nuit de sommeil...

Le marché digère bien le ton plus agressif de la Fed

Le marché digère bien le ton plus agressif de la Fed

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.