La Fed donnera-t-elle le coup d’envoi d’un marathon?

Les marchés

Cette semaine encore, nous assisterons à la grand-messe de plusieurs banques centrales: notamment celles de la Suisse, de la Norvège et du Japon, précédées en cela par la Fed américaine le mercredi. Anticipons dès aujourd’hui.

Disons-le tout net: les réunions du mois de juin pourraient avoir un impact important. La Fed s’apprête à publier de nouvelles prévisions de croissance et d’inflation. Ces dernières surtout seront très en vue, en raison de l’accélération rapide de l’inflation des prix à la consommation (CPI) à 5% enregistrée au mois de mai. Ni les marchés, ni la banque centrale n’avaient prévu une hausse de cette ampleur. La Fed qualifiera certainement ces pressions inflationnistes de “temporaires”. Le marché avait d’ores et déjà tiré la même conclusion: le taux réel à dix ans a perdu environ 10 points de base! Mais si cet état “temporaire” dure assez longtemps, il en résultera des prévisions (inflationnistes), qui affecteront notamment la formation des salaires. Ces effets de second tour sont un contre-argument important dans le camp (encore limité) des contradicteurs. Quel que soit le scénario inflationniste qui emporte votre préférence, il est certain que cela donnera lieu à un débat important au sein de la Fed: la réduction du programme de rachat. Actuellement, la banque centrale acquiert des obligations d’État et des prêts hypothécaires titrisés à concurrence de 120 milliards de dollars par mois. Elle continuera à le faire jusqu’à ce qu’il y ait des progrès effectifs et concrets dans la réalisation des objectifs. Or le procès-verbal de la réunion de politique précédente a révélé que selon “certains” gouverneurs, cela commençait à être le cas: ceux-ci aimeraient aborder le sujet de la réduction. Et il ne s’agit pas des premiers venus, comme nous l’avons appris par la suite. Quarles, Clarida et Williams ont laissé entendre qu’il pourrait en être question lors d’une prochaine réunion. Nous nous attendons donc à ce que le mois de juin marque le coup d’envoi de ce qui devrait être un long marathon. Il est probable qu’une proposition concrète en vue de la réduction des achats s’ensuive à la fin de l’été. Le symposium de Jackson Hole aura lieu les 26 et 28 août: il est déjà arrivé plus d’une fois que la Fed se serve de cet événement comme d’une plateforme pour annoncer des changements de politique. L’année dernière, elle y a par exemple dévoilé son nouveau cadre de politique monétaire. Il est donc probable que la Fed tranchera le 22 septembre, en commençant par démanteler les crédits titrisés fin 2021. Mais revenons-en au mercredi: nous n’avons pas encore parlé des prévisions de taux. Nous supposons que la Fed tempérera aussi l’achat d’obligations d’État à partir de 2022. Dans cette perspective, elle peut envisager de relever les taux. Un premier relèvement en 2023 s’inscrirait parfaitement dans ce calendrier. C’est ce que nous pensons, c’est ce que pense le marché – et c’est probablement ce que pensera bientôt la Fed: en avril, 7 de ses 18 membres tablaient déjà sur une hausse des taux d’intérêt pour 2023.

La réaction aux chiffres de l’inflation de 5% de la semaine dernière ne laisse planer aucun doute sur le fait que le marché se prépare à une Fed extrêmement souple. Ces derniers jours, le taux américain à dix ans s’est installé dans la partie inférieure d’une fourchette de fluctuation baissière. En d’autres termes, les astres semblent bien alignés pour une hausse. Le dollar, qui a récemment prouvé sa résilience, devrait en profiter; à condition toutefois qu’il s’agisse d’une hausse des taux réels, et non d’une hausse due à des prévisions d’inflation élevées et ascendantes… pour cela, le marché doit continuer à croire au scénario d’inflation “temporaire” défendu par la Fed. Or dans un contexte qui ne cesse de s’améliorer, il sera de plus en plus difficile de l’en convaincre, même pour un orateur consommé comme le président Powell.

Taux américain à 10 ans: prêt pour une remontée?

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Back to normal

Back to normal

Pas de tempête budgétaire

Pas de tempête budgétaire

Le nouveau relèvement des taux hongrois n’aide pas le HUF

Le nouveau relèvement des taux hongrois n’aide pas le HUF

Contrer l’inflation avec un relèvement rapide des taux ?

Contrer l’inflation avec un relèvement rapide des taux ?
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.