3, 2, 1… mise à feu

Les marchés

De manière générale, les chiffres de croissance pour le premier trimestre de 2021 confirment le scénario de base d’une reprise économique mondiale, asynchrone mais réelle. Sans surprise, les États-Unis sont les premiers à s’apprêter à retourner sur orbite. Alimentée par des incitants budgétaires hors normes, des progrès majeurs en matière de vaccination et l’assouplissement progressif des mesures restrictives, l’économie américaine a déjà connu une croissance historique du PIB début 2021. Une première estimation table sur une croissance trimestrielle de 1,6% (soit 6,4% sur une base annuelle), malgré les récentes perturbations (temporaires) dans le commerce international. Le principal moteur de la croissance semble être la forte demande domestique, notamment à la suite des nouveaux transferts de revenus dans le cadre du plan American Rescue. D’accord avec la plupart des observateurs, nous nous attendons à ce que cette croissance se poursuive pendant le reste de l’année, voire s’accélère à mesure que plusieurs goulets d’étranglement seront éliminés et que le secteur des services rouvrira complètement. Les États-Unis sont donc clairement sur la voie d’une croissance record pour cette année.

Qu’en est-il de l’autre côté de l’Atlantique? Les premiers signes de reprise ne se traduisent pas encore par une croissance positive pour la zone euro. Les premières estimations indiquent plutôt une deuxième contraction économique consécutive (-0,7% au T4 2020, puis -0,6% au T1 2021). La zone euro se retrouve ainsi en récession technique. Son PIB se situe à présent environ 5,5% en deçà du niveau d’avant la crise. Néanmoins, les États membres présentent des situations très hétérogènes. La croissance négative dans la zone euro tient en grande partie à une donnée fortement négative pour l’Allemagne (-1,7%) et à une contraction plus légère en Italie (-0,4%) et en Espagne (-0,5%). La contraction allemande, due notamment à un durcissement des mesures de confinement et aux problèmes d’approvisionnement de l’industrie, attire particulièrement l’attention. À l’opposé, la France (0,4%) et la Belgique (0,6%) comptent parmi les pays de la zone euro qui ont enregistré la plus forte croissance au premier trimestre.

Malgré ce double creux, il y a aussi des raisons d’être (prudemment) optimistes. Les économies européennes font preuve d’une grande résilience et l’impact négatif des mesures de confinement actuelles semble somme toute moins prononcé. De récents chiffres publiés par Eurostat révèlent en outre une légère baisse du chômage, notamment à la suite de la prolongation des mesures de soutien, et les indicateurs de sentiment pour l’économie européenne restent à la hausse (surtout pour l’industrie). De plus, le rythme de la campagne de vaccination a sensiblement augmenté dans l’UE, de sorte que l’ouverture (ou la réouverture) progressive de l’économie est à présent vraiment en vue. Enfin, les politiques monétaires et budgétaires continuent à alimenter la reprise. L’économie européenne n’est peut-être pas encore sur la rampe de lancement – contrairement à celle des États-Unis –, mais les conditions de la mise à feu devraient bientôt être réunies.

Figuur - Croissance du PIB au 1er trimestre 2021 (en glissement trimestriel, %)

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

L’UE pourrait faire la différence en tant qu’émetteur régulier

L’UE pourrait faire la différence en tant qu’émetteur régulier

La Fed donnera-t-elle le coup d’envoi d’un marathon?

La Fed donnera-t-elle le coup d’envoi d’un marathon?

Inflation plus élevée ! Taux d’intérêt... plus bas !

Inflation plus élevée ! Taux d’intérêt... plus bas !

La banque centrale polonaise met de l’ordre

La banque centrale polonaise met de l’ordre
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.