Les prix des produits alimentaires continuent à grimper

Les marchés

À la fin de la semaine dernière, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a publié son indice mensuel des prix des produits alimentaires. Là encore, nous observons les effets de la dynamique reflationniste mondiale qui s’est développée dans le courant de la période post-coronavirus. En particulier dans les pays en voie de développement, le contexte économique d’ores et déjà rendu difficile par la crise sanitaire s’en trouve aggravé. Les banques centrales pourraient faire face à des complications supplémentaires.

En mars, l’indice FAO des prix des produits alimentaires a progressé de 2,1% sur une base annuelle, soit la dixième hausse consécutive. Cela signifie que les prix des produits alimentaires ont augmenté de 24,5% par rapport à la même période l’année dernière. C’est d’ailleurs le niveau le plus élevé atteint par l’indice depuis juin 2014.

Bien entendu, des facteurs spécifiques liés à l’offre et à la demande déterminent en premier lieu les fluctuations de prix des composantes de l’indice. Néanmoins, la tendance haussière est assez générale pour les 5 groupes du panier de la FAO (huiles végétales, céréales, produits laitiers, viande et sucre). La hausse enregistrée au mois de mars est surtout due à l’augmentation des prix des huiles végétales (+8,0% en glissement mensuel, le niveau le plus élevé depuis 2011). Au-delà de la dynamique classique de l’offre et de la demande, pour certaines huiles, la FAO pointe du doigt la demande croissante liée à la production de biocarburants. La courbe ascendante du prix des céréales marque une pause pour la première fois en huit mois (-1,7%); cela n’empêche que les prix ont augmenté de 26,5% par rapport à l’année dernière. En ce qui concerne ce groupe, de meilleures conditions de production sont prévues en 2021. Mais dans un contexte de demande croissante, la FAO s’attend à ce que le rapport entre les stocks disponibles et la demande de céréales se réduise encore cette année, voire tombe au niveau le plus bas en sept ans. Pour de nombreuses composantes de l’indice, la politique de demande/d’importation de la Chine reste par ailleurs un facteur majeur. C’est notamment le cas pour le sucre (+30% en glissement annuel) et pour les produits laitiers (+16% en glissement annuel). À cet égard, outre l’offre et la demande, la FAO fait état de questions d’ordre logistique, comme les problèmes de capacité actuels du secteur des transports (disponibilité des conteneurs).

Comme nous l’avons écrit, la hausse des prix alimentaires est surtout problématique pour les pays émergents. À titre d’illustration, en Belgique, les prix des produits alimentaires représentent un peu moins de 18% du panier d’inflation. Dans un pays comme l’Inde, en revanche, les prix des produits alimentaires représentent environ 46% du panier de consommation. Dans un premier temps, leur augmentation réduira donc fortement le revenu disponible des habitants de ces pays.

Pour les banques centrales concernées, cela pourrait se traduire par une hausse de l’inflation due à la hausse des prix alimentaires. La cause réside principalement du côté de l’offre et en soi, ce n’est donc pas le signe d’une amélioration de l’activité économique. La montée de l’inflation, doublée de la hausse des taux (réels) dans les grands pays, a récemment mis sous pression les devises de (certains) pays émergents. Les prix des produits alimentaires peuvent dès lors renforcer la spirale inflation/dévaluation, ce qui risque d’obliger les banquiers centraux à revoir plus tôt que prévu leur politique accommodante visant à soutenir la reprise post-pandémie. Un exercice d’équilibre délicat.

Figuur - Indice JP Morgan FX pays émergents (en bleu) - Indice FAO des prix des produits alimentaires (en jaune)

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Après une nuit de sommeil...

Après une nuit de sommeil...

Le marché digère bien le ton plus agressif de la Fed

Le marché digère bien le ton plus agressif de la Fed

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.