En 2020, le coronavirus a touché les régions de manière assez uniforme

Les marchés

Fin janvier, l’ICN a publié de nouveaux chiffres concernant les Comptes régionaux en Belgique. Ceux-ci donnent une idée des performances relatives de la Flandre, de la Wallonie et de Bruxelles en matière de croissance économique ces dernières années. Ces chiffres de croissance régionaux sont à la traîne par rapport à la publication des chiffres du PIB national et ne vont pas au-delà de 2019. Cette année-là, la croissance réelle du produit régional brut à Bruxelles (2,2%) a été plus forte qu’en Flandre (1,7%) et qu’en Wallonie (1,6%). Mais entre 2008 et 2019, la croissance à Bruxelles n’a été que de 0,6% en moyenne par an, contre 1,3% en Flandre et 0,8% en Wallonie (voir graphique). Après la quasi disparition des écarts de croissance régionaux en Belgique en 2000-2008, l’avance de croissance systématique enregistrée par la Flandre avant 2000 par rapport à la Wallonie et à Bruxelles s’est donc à nouveau manifestée après 2008.

Entre-temps, nous savons que pour l’ensemble de la Belgique, la crise pandémique a fait reculer le PIB réel de 6,2% en 2020. On ignore pour l’instant dans quelle mesure la pandémie a eu un impact différent sur l’activité dans les trois régions. Nous avons tenté de clarifier les choses dans un récent Rapport de recherche KBC. Pour évaluer l’impact régional de la covid-19, nous avons eu recours aux chiffres régionaux de la composition sectorielle de l’activité économique avant la crise, ainsi qu’aux indicateurs régionaux de confiance et du marché de l’emploi disponibles pour 2020.

Il ressort de l’analyse que la contraction du premier semestre 2020 à Bruxelles aura sans doute été un peu moins marquée qu’en Flandre et en Wallonie. En effet, selon les enquêtes périodiques de l’ERMG, l’importance économique des secteurs les plus touchés par la covid-19 est légèrement moindre à Bruxelles qu’en Wallonie et surtout en Flandre. Or plus récemment, ce sont surtout la Flandre mais aussi la Wallonie qui ont pu profiter un peu plus de la reprise partielle qui a eu lieu au second semestre. Ce phénomène est en partie dû à la reprise industrielle (internationale), mais la Flandre a en outre bénéficié d’une plus forte reprise de la consommation au second semestre.
En fin de compte, les légères différences au niveau des conséquences régionales de la crise au premier semestre par rapport au second ont tendance à s’aplanir. Nous pouvons en conclure qu’il est probable que les écarts de croissance entre les trois régions n’auront pas été très marqués en 2020. Il ne fait aucun doute que les écarts de croissance sectoriels en Belgique ont été beaucoup plus importants que les écarts régionaux, plutôt minimes en soi. Pour l’ensemble de la Belgique, la croissance réelle du PIB a finalement été de -6,2% en 2020. Selon notre première estimation, certes grossière, la contraction se situait aux alentours de ce chiffre en Wallonie, contre tout au plus un point de pourcentage en plus en Flandre et un point de pourcentage en moins à Bruxelles. Si c’est bien le cas, Bruxelles obtiendrait pour la deuxième année consécutive un résultat meilleur (ou, en 2020, moins mauvais) que la Flandre et la Wallonie, ce qui comblerait un peu l’écart accumulé les années précédentes. Pour avoir les résultats décisifs, il faudra attendre début 2022.

Produit régional réel dans les trois régions belges (indice 2008=100)

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Correction du dollar : une simple pause?

Correction du dollar : une simple pause?

Une reprise forte mais inégale

Une reprise forte mais inégale

L’OPEP+ prend à nouveau le marché à contrepied

L’OPEP+ prend à nouveau le marché à contrepied

Des chiffres bluffants, une réaction décevante

Des chiffres bluffants, une réaction décevante
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.