La croissance positive surprend en Europe centrale et orientale

Les marchés

Février est le mois de la publication d’un certain nombre d’indicateurs macroéconomiques clés. Pendant cette période, outre les chiffres habituels de l’inflation, la plupart des pays publient des mises à jour sur la croissance économique. En ces temps de forte volatilité économique, ce sont des informations précieuses alors que nous nous aventurons de plus en plus sur des terrains épidémiologiques, monétaires et budgétaires inexplorés.

Cette fois-ci, ces mises à jour ont de quoi surprendre dans le bon sens. Les économies s’avèrent plus résilientes que prévu, notamment grâce à des mesures de politique très ciblées, à une production industrielle dynamique et à des pertes plus limitées dans le secteur des services. Les États-Unis et la Chine ont à nouveau publié des chiffres de croissance positifs pour le quatrième trimestre de 2020, tandis que l’UE et la zone euro ont enregistré des pertes inférieures aux attentes (-0,4% et -0,6%). Au début de cette semaine, le Japon et le Royaume-Uni ont créé la surprise avec des taux de croissance de respectivement 3,1% et 1,0%. De tels chiffres laissent espérer que l’impact de la prolongation des mesures de confinement en 2021 sera limité.

L’Europe centrale et orientale confirme la tendance

Comme pour la Tchéquie (0,3%) et la Pologne (-0,7%) au début du mois, les chiffres des autres pays d’Europe centrale et orientale se sont révélés étonnamment bons. Hier, la Bulgarie, la Hongrie et la Slovaquie ont toutes trois fait état d’une croissance positive pour le quatrième trimestre, respectivement de 2,1%, 1,0% et 0,2%. Pour certains pays hors zone euro, comme la Tchéquie et la Pologne, l’inflation a aussi légèrement dépassé les attentes.

Ces résultats s’expliquent en grande partie par une activité industrielle dynamique, soutenue par une forte demande d’exportation. Les derniers chiffres d’Eurostat indiquent même que contrairement à la plupart des autres États membres de l’UE, la production industrielle dans les pays d’Europe centrale et orientale a encore augmenté par rapport à avant la crise. Mais à court terme, les risques ne sont pas exclus. Les PMI de janvier indiquent que des perturbations dans les chaînes de production industrielles, des hausses des prix des entrants intermédiaires et un certain nombre de goulets d’étranglement logistiques (par ex., pénurie de conteneurs) compromettent la continuité de la production. Ces problèmes pourraient peser sur l’activité économique dans une région par ailleurs fortement touchée par les deuxième et troisième vagues de la pandémie.

Une économie résiliente et une reprise économique rapide peuvent également avoir des conséquences financières, en particulier pour les pays hors zone euro. En Tchéquie notamment, une normalisation de la politique monétaire (comprendre: une hausse du taux directeur) est à l’ordre du jour, sous réserve de la reprise économique. Une croissance supérieure aux attentes se traduira donc aussi par des implications financières – comme une forte appréciation de la couronne tchèque. 

La croissance positive surprend en Europe centrale et orientale 

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Qui est encore satisfait du "reflation trade" (accéléré)?

Qui est encore satisfait du "reflation trade" (accéléré)?

RBNZ : précurseur (involontaire) de la normalisation ?

RBNZ : précurseur (involontaire) de la normalisation ?

En 2020, le coronavirus a touché les régions de manière assez uniforme

En 2020, le coronavirus a touché les régions de manière assez uniforme

Une réputation se perd beaucoup plus vite qu'elle ne s'acquiert

Une réputation se perd beaucoup plus vite qu'elle ne s'acquiert
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.