Mission accomplie pour la BCE

Les marchés

Avec la décision de la BCE hier et les réunions de la Fed (mercredi 16/12), de la Banque d'Angleterre (jeudi 17/12) et de la BoJ (vendredi 18/12) la semaine prochaine, nous allons atteindre le point d'orgue monétaire de cette année 2020. Comme c'est l'usage aujourd'hui, le marché reçoit déjà de nombreuses indications à l'avance. La décision finale est donc rarement une grande surprise. En octobre, la BCE avait déjà promis de donner un coup de pouce supplémentaire à l'économie afin de compenser autant que possible les conséquences du nouveau rebond de la pandémie. Certains acteurs du marché avaient peut-être espéré un peu plus.

Commençons par les grandes lignes d'une longue série de mesures souvent techniques. La BCE a décidé d'augmenter le montant de ses achats dans le cadre de son programme d'achat de crise PEPP de 500 milliards d'euros à 1 850 milliards d'euros. Les achats nets seront prolongés de 9 mois, jusqu'en mars 2022. Et le portefeuille existant sera réinvesti au moins jusque fin 2023. Afin de continuer à faciliter l'octroi de crédit lors de la reprise (post-)coronavirus, la BCE prévoit pour l'année prochaine trois opérations de financement TLTRO supplémentaires, lesquelles permettront aux banques de se financer à des conditions plus avantageuses à condition de remplir des objectifs (un peu plus stricts) en matière d'octroi de crédit. Enfin, nous l'aurions presque oublié, les taux directeurs (l'instrument de politique par excellence auparavant) n'ont pas été modifiés (-0,5% pour le taux de dépôt). D'un point de vue économique, la décision a été étayée par de nouvelles prévisions. La nouvelle vague de coronavirus a mis fin à la (forte) reprise du troisième trimestre. Cela se traduit par une croissance plus faible pour l'année prochaine (3,9% au lieu de 5%). Une nette amélioration est en revanche prévue pour 2022 (4,2% au lieu de 3,2%). Pour 2023, la BCE table sur une croissance plus "normale" de 2,1%. L'inflation restera quant à elle largement inférieure à l'objectif de 2% pendant toute la période visée (1,4% en 2023).

La BCE souligne qu'elle continuera à tout mettre en œuvre pour soutenir l'économie. Elle n'a cependant pas été au-delà des attentes du marché. Elle veut maintenir un environnement monétaire très souple pour guider l'économie à travers les nouvelles émissions de coronavirus, mais ne vise pas  un nouvel assouplissement. La raison? Elles peuvent être diverses. La BCE veut-elle encore se garder quelques munitions sous la main? Voit-elle déjà un peu plus de lumière au bout du tunnel grâce au vaccin? S'agirait-il d'un compromis classique entre différentes visiosn? Quoi qu'il en soit, nous voyons la décision d'hier comme la clôture d'une période/d'un cycle. 

C'est apparemment aussi comme cela que le marché le voit. Les taux, qui étaient en baisse en attendant la décision, ont rebondi précisément au moment où cette décision a été mise en ligne. Précisons toutefois que le taux allemand à 10 ans (-0,62%) se trouve toujours à  proximité de son récent plancher. À cet égard, on peut imaginer que les investisseurs ne veulent pas se défaire de ces obligations sûres, alors qu'un "risque événementiel" politique comme le Brexit n'est toujours pas sous contrôle. Nous partons toutefois du principe que le cycle (monétaire) est arrivé à son terme et que les taux dans l'UEM vont progressivement repartir vers le haut, un phénomène qui se dessine déjà aux États-Unis.

Enfin, il y a bien entendu l'euro. La hausse du cours EUR/USD est surtout liée à la faiblesse du dollar, mais elle complique la réalisation de l'objectif d'inflation. Lagarde a expliqué que la BCE suivait l'affaire de près, sans toutefois faire de grandes déclarations. L'annonce la plus marquante est venue ce matin du gouverneur de la Banque de France, Villeroy de Galhau, qui a menacé de déployer les grands moyens si l'euro devenait trop fort. Nous ne sommes pas vraiment fans de ce type d'interventions verbales. Si, en tant que banque centrale, vous ne parvenez pas à concrétiser votre menace, cela risque même de devenir contre-productif. Comme pour les taux et leur plancher, nous pensons que, si le reflation générale se poursuit, la paire EUR/USD bénéficiera également d'un solide soutien.

Figuur - Taux à 10 ans allemand : bientôt le creux du cycle?    

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

En 2020, le coronavirus a touché les régions de manière assez uniforme

En 2020, le coronavirus a touché les régions de manière assez uniforme

Une réputation se perd beaucoup plus vite qu'elle ne s'acquiert

Une réputation se perd beaucoup plus vite qu'elle ne s'acquiert

“The times they are a-changin’”…

“The times they are a-changin’”…

Les PMI stagnent; le marché anticipe

Les PMI stagnent; le marché anticipe
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.