Piètres payrolls, tensions européennes

Les marchés

Traditionnellement, les principaux chiffres économiques américains sont publiés au cours de la première semaine du mois. Le rapport officiel sur le marché de l’emploi (les “payrolls”) en constitue le point d’orgue. Le pic espéré s’est transformé en douche froide: en novembre, 245 000 emplois ont été créés, soit nettement moins que les 460 000 espérés et le rythme le plus lent depuis le début de la reprise en mai. Le taux de chômage est certes retombé de 6,9% à 6,7%, mais pour de mauvaises raisons: de plus en plus d’Américains se découragent et interrompent leur recherche d’emploi. Entre-temps, près de 4 millions de personnes sont venues grossir les rangs de l’armée des chômeurs de longue durée (> 27 semaines). Ensemble, ils représentent environ 37% du nombre d’Américains sans emploi. La montée crescendo des cas de coronavirus aux États-Unis et les mesures (locales) restrictives laissent présager peu d’améliorations à court terme pour le marché de l’emploi américain.

Fut un temps où des payrolls aussi décevants auraient poussé les taux d’intérêt américains et le dollar à la baisse. Sur les marchés des taux, la mécanique est en tout cas grippée. Après une baisse timide, une forte hausse s’en est suivie: la partie longue de la courbe a grimpé à près de 10 points de base. Le taux américain à 10 ans a testé son niveau record de 0,97% de novembre. Et ce, sur de mauvais payrolls! Cette évolution en dit long sur le sentiment sous-jacent du marché, qui entretien l’espoir (pervers) que d’aussi piètres chiffres augmenteront la pression politique en vue de l’approbation d’un nouveau plan de soutien fiscal d’ici la fin de l’année. En tout cas, les démocrates et les républicains ont repris leur parade nuptiale depuis que la période de transition a définitivement commencé. De manière sous-jacente, la divergence entre les prévisions d’inflation croissantes et la baisse des taux réels s’accentue. Différents indicateurs (de marché) des prévisions d’inflation américaine approchent de leur sommet de 2019, tandis que les taux réels reculent à nouveau vers les -1%. Ce cocktail mortel joue déjà en défaveur du dollar américain depuis six mois. Ce n’est qu’en dernier recours que les investisseurs ont pris quelques bénéfices sur leurs positions courtes vendredi soir, mais les seuils de rupture technique (dus au soutien du dollar) du début de la semaine sont restés en place. Le cours EUR/USD cote toujours au-dessus de 1,2011 et le dollar pondéré des échanges commerciaux (DXY) se maintient sous 91,75.

Ce matin, le marché marche sur des œufs avec le Brexit, la réunion de la BCE et le sommet européen (pour le budget) comme principaux points à l’ordre du jour cette semaine. Les négociations commerciales entre l’UE et le Royaume-Uni butent toujours sur les mêmes obstacles. Le premier ministre britannique Johnson serait disposé à couper court à toute discussion faute d’accord dans les 48 heures. La livre britannique se ressent de l’incertitude. Le cours EUR/GBP dépasse 0,91 pour la première fois depuis octobre. Du côté de la BCE, la semaine dernière, les rumeurs allaient bon train selon lesquelles le programme d’achats d’urgence face à la pandémie serait prolongé de 12 mois (jusqu’à mi-2022) et augmenté de 500 milliards d’euros (à 1 850 milliards d’euros). Les marchés ont probablement intégré en grande partie la possibilité d’une telle salve d’honneur. Enfin, vendredi, les chefs d’État européens tâcheront d’arrondir les angles avec la Pologne et la Hongrie. Objectif: désamorcer la bombe du veto contre le budget européen et le soutien fiscal.

Mathias Van der Jeugt, salle des marchés KBC

Après de mauvais payrolls, le taux américain à 10 ans teste son sommet!

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

En 2020, le coronavirus a touché les régions de manière assez uniforme

En 2020, le coronavirus a touché les régions de manière assez uniforme

Une réputation se perd beaucoup plus vite qu'elle ne s'acquiert

Une réputation se perd beaucoup plus vite qu'elle ne s'acquiert

“The times they are a-changin’”…

“The times they are a-changin’”…

Les PMI stagnent; le marché anticipe

Les PMI stagnent; le marché anticipe
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.