Une mission difficile pour la BCE

Les marchés

Ce jeudi, la banque centrale européenne se penchera sur sa politique monétaire à Francfort. La situation à laquelle elle est confrontée est pour le moins délicate. Le rebond de la pandémie sur le continent et les nouvelles mesures de (semi-) confinement vont à nouveau mettre l'économie européenne sous pression au dernier trimestre et peser sur les perspectives d'inflation, déjà moroses. En ce qui concerne la croissance, Fabio Panetta, membre du directoire de la BCE, a récemment déclaré que le risque de voir l'économie ne pas se redresser avant 2023 avait augmenté. En ce qui concerne l'inflation, il n'y a guère d'amélioration en vue. Le taux de l'inflation générale (publication vendredi) devrait, pour le troisième mois consécutif, être négatif en octobre, alors que l'inflation de base sous-jacente, qui ne tient pas compte des composantes volatiles comme l'alimentation et l'énergie, devrait flirter avec ses planchers de ces 20 dernières années (0,2% en glissement annuel). Les perspectives futures en matière d'inflation (ex.: swap d'inflation forward à 5 ans sur 5 ans) s'élèvent à peine à 1,16%, signe que le marché craint de voir l'objectif d'inflation de 2% de la BCE rester hors de portée.

Dans ce contexte, c'est surtout la pression extérieure (du marché) qui augmente sur la BCE, même si Lagarde et ses collègues estiment que, dans les circonstances actuelles, la première ligne de défense se situe au niveau de la politique budgétaire. La réponse monétaire n'est pas la plus importante. La BCE est toutefois prête à apporter sa pierre à l'édifice via sa présence sur le marché obligataire. Concrètement, nous ne nous attendons pas encore à un changement de cap cette semaine. Celui-ci viendra peut-être en décembre, lorsque la banque disposera de nouvelles prévisions de croissance et d'inflation.

Les options de la BCE sont limitées. Une nouvelle baisse du taux de dépôt reste selon nous inenvisageable, même si le marché des taux à court terme n'exclut toujours pas cette possibilité. En général, l'expérience des taux directeurs négatifs n'est pas vécue favorablement. Sans autres mesures synthétiques, ces taux négatifs sont un véritable boulet pour le secteur financier. Ils sont parfois appréciés en cas de devise trop forte. À EUR/USD 1,20, certains gouverneurs n'ont pas résisté à la tentation de s'exprimer. L'impact de ces interventions a rapidement été contreproductif, car le marché se rend compte que l'euro pourrait facilement encore grimper de 10% avant que la BCE ne puisse réellement intervenir. Les marges d'assouplissement se situent une nouvelle fois du côté des achats d'actifs. Au printemps, la BCE a mis en place un programme d'achat d'urgence face à la pandémie (PEPP) temporaire. Ce PEPP est une enveloppe de 1 350 milliards d'euros, dont la moitié n'a pas encore été dépensée. La BCE dispose également d'une plus grande marge de manœuvre dans la répartition de ses achats que dans son autre programme, l'APP. Le PEPP restera opérationnel jusqu'au milieu de l'année prochaine. Avec la deuxième vague qui a pour effet de prolonger le caractère d'urgence exceptionnel de la pandémie, la BCE dispose d'une excuse pour reporter la date de péremption du PEPP et étendre le portefeuille si nécessaire.

En ce qui concerne les marchés, nous craignons surtout que la BCE ne parvienne pas à protéger l'euro. Le dollar ne se trouve actuellement pas dans des conditions vraiment favorables et profite par exemple à peine du regain d'aversion pour le risque. En outre, la nervosité augmente à l'approche des élections. Le plafond de EUR/USD 1,1881 d'octobre constitue le dernier seuil technique avant un retour en direction de 1,20.

Mathias Van der Jeugt, salle des marchés KBC

EUR/USD: la BCE pourra-t-elle protéger l'euro face à la faiblesse du dollar?

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Emballement de la livre et nouveau recul du dollar

Emballement de la livre et nouveau recul du dollar

La Riksbank ouvre (légèrement) davantage les vannes monétaires

La Riksbank ouvre (légèrement) davantage les vannes monétaires

L’issue est-elle en vue?

L’issue est-elle en vue?

Un "buzzer beater" envoie le dollar en prolongations

Un "buzzer beater" envoie le dollar en prolongations
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.