La divergence des taux n’a pas disparu…

Les marchés

Affirmons-le: la dynamique du marché des taux a fondamentalement changé. “Jadis”, les prévisions en matière de politique monétaire déterminaient la politique des taux. Or dans les deux, trois prochaines années ou plus, les banques centrales comme la BCE ou la Fed ne relèveront pas le taux plancher actuel. Les attentes sont donc vaines de ce côté. Des taux d’intérêt bas “sine die” ont un effet modérateur sur la volatilité sur les durées plus courtes – et les achats d’obligations des banques centrales accentuent encore cette tendance. Cependant, il reste de la marge de manœuvre. C’est ainsi que les obligations d’État américaines et allemandes “sûres” continuent à fluctuer en fonction du sentiment à l’égard du risque. En outre, une différence “tendancielle” entre les taux d’intérêt états-uniens et européens est récemment apparue. Le taux américain à 10 ans se situe sur la partie supérieure du schéma latéral, entre 0,50% et 0,80%. Le taux allemand à 10 ans se rapproche quant à lui du plancher d’un canal comparable (voir graphique). D’où vient cette différence?

Nous avons peu de raisons de penser que le marché anticiperait une politique divergente de la BCE et de la Fed. Le marché monétaire en euros se tâte quant à savoir si le taux de dépôt de la BCE pourrait encore descendre sous -0,50%; il ne faut jamais dire jamais, mais nous voyons peu de raisons d’y croire. Les attentes divergentes en matière d’inflation entre les États-Unis et l’Europe jouent cependant un rôle. Depuis le mois de mars, elles ont augmenté beaucoup plus rapidement aux États-Unis qu’en Europe. Aux États-Unis, le swap d’inflation à 10 ans avoisine les 2%, ce qui correspond à l’objectif de la Fed. En Europe, nous sommes passés au-dessus de 1% en été, mais nous sommes maintenant retombés à 0,92%. À cet égard, le débat sur les incitants fiscaux a son importance. L’approbation des mesures de relance Next Generation de l’UE (750 milliards d’euros) a été qualifiée (à juste titre) d’étape importante dans l’intégration entre la politique fiscale et monétaire. Les pays individuels de l’UEM contribuent aux incitants fiscaux en encourant des déficits budgétaires croissants. Pourtant, le marché s’attend à ce que l’action coordonnée entre le Trésor américain et la Fed en vue de relancer la croissance et l’inflation s’avérera plus facile sur le plan institutionnel qu’en Europe. Ce sera surtout le cas si les démocrates remportent l’élection présidentielle et obtiennent une majorité à la Chambre des Représentants comme au Sénat. Dans un pays caractérisé par un déficit externe, une politique fiscale sponsorisée par la Fed pourrait également affaiblir encore le dollar, ce qui poussera à nouveau l’inflation à la hausse. La contrepartie de cette logique, un euro plus fort, ne fera que compliquer la réalisation de l’objectif d’inflation européen.

Les élections américaines constitueront donc un point de basculement important. Surtout en cas de “clean sweep” du camp démocrate, la divergence entre les États-Unis (une courbe un peu plus raide en raison de prévisions d’inflation plus élevées) et l’Europe (une courbe relativement plus plate avec de faibles prévisions d’inflation) pourra encore persister un certain temps. En cas de rupture du taux américain à 10 ans au-dessus de 0,80%, la question est de savoir à quel moment la Fed y mettra le holà en augmentant ses achats d’obligations. Dans la mesure où une telle hausse de taux serait la conséquence d’une hausse des prévisions d’inflation, la Fed ne devrait peut-être pas intervenir trop vite de manière agressive. Et c’est précisément ce qu’elle veut. Affaire à suivre, sans aucun doute… Pour l’instant, le premier test de 0,80% du taux américain à 10 ans ne se poursuit pas. Les marchés des taux ne tiennent apparemment pas non plus à forcer une rupture aussi notable avant les élections. En Europe, il reste à voir si le taux allemand à 10 ans résistera au-dessus de -0,60%. 

Figuur - Tendances divergentes des taux américains et de l’UEM.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

La lire turque tombe dans un puits sans fond

La lire turque tombe dans un puits sans fond

Une mission difficile pour la BCE

Une mission difficile pour la BCE

L'industrie allemande masque une réalité morose

L'industrie allemande masque une réalité morose

Une semaine de doute…?

Une semaine de doute…?
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.