La BoE envisage-t-elle des taux négatifs?

Les marchés

Après la Réserve fédérale américaine mercredi et la Banque du Japon hier, les têtes pensantes de la Banque d'Angleterre (BoE) se sont également réunies cette semaine. Les attentes n'étaient pas particulièrement élevées. Contrairement à la Fed, la banque centrale britannique ne livre pas de nouvelles prévisions de croissance et d'inflation lors de sa réunion de septembre. Et il est rare que les autorités monétaires ajustent leur politique lors de ce type de réunion intermédiaire. Mais Bailey et ses collègues ont tout de même réussi à faire réagir les marchés. La réunion de politique monétaire a donc eu des effets.

Sans surprise, la Banque d'Angleterre a opté pour le statu quo hier. Le taux directeur a été laissé inchangé à 0,1% et la taille des achats d'obligations a été maintenu à 745 milliards de livres. Le dernier point sur la situation économique de la BoE date du mois d'août. Hier, la banque a expliqué que la situation avait depuis lors évolué en grande partie comme prévu. Un peu mieux même. La croissance sur le trimestre en cours devrait ainsi être 7% plus faible qu'au quatrième trimestre 2019, soit une performance un peu moins mauvaise que prévu. C'est surtout la consommation privée qui résiste bien. Celle-ci a en effet renoué plus rapidement que prévu avec son niveau du début de l'année. La banque centrale constate en revanche que les entreprises hésitent toujours à investir. Cela s'explique par les incertitudes liées à la pandémie et à son impact sur la consommation (attendue). Mais le Covid-19 n'est pas uniquement une source de préoccupation pour les entreprises. La BoE s'inquiète également de la récente nouvelle flambée des infections, y compris à l'intérieur des frontières. Ce rebond pourrait en effet peser sur l'activité économique. Par ailleurs, la banque centrale se demande aussi ouvertement si la vigueur de la consommation des particuliers sera tenable. Les mesures d'aide qui ont permis d'éviter des vagues massives de licenciements sont moins généreuses depuis ce mois-ci et devraient en principe expirer en novembre. Avec l'impact que cela implique sur le marché du travail et les revenus. La crainte d'une longue période de chômage élevé est bel et bien présente au sein de la BoE. Le Brexit a également fait son retour dans les discussions. L'hypothèse d'un vaste accord de libre-échange entre le Royaume-Uni et l'UE est pour le moins sujet à débat. La banque ne s'exprime pas sur l'évolution du dossier, mais précise que ce thème sera pris en compte lors de la préparation de la réunion de novembre.

Bailey et ses collègues font clairement une distinction entre la situation actuelle et la situation future. L'économie se porte actuellement mieux qu'initialement prévu, mais les risques augmentent. Cela incite donc à la prudence... et à de nouvelles mesures de soutien monétaires? La banque centrale semble vouloir nous y préparer dans le procès-verbal de la réunion. La décision pourrait, selon nous, déjà tomber à la réunion du 5 novembre. Il n'est même pas exclu que la banque fasse passer son taux directeur en négatif. À la fin du procès-verbal, la BoE indique en effet qu'elle va examiner avec les instances compétentes les aspects opérationnels d'une telle mesure. Il s'agit du signal le plus concret laissé en ce sens par la banque centrale jusqu'à présent. Le marché a réagi, d'autant plus que la BoE doutait encore de l'efficacité d'une telle mesure au mois d'août. Les taux à court terme britanniques ont dégringolé de plus 5pb. Cette chute s'explique aussi en partie par le fait que les taux étaient fortement repartis à la hausse en début de semaine. Le cours EUR/GBP a grimpé en direction de 0,915 (contre 0,91). L'optimisme affiché par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, à propos d'un accord sur le Brexit n'a fait que limiter provisoirement les dégâts pour la livre. La paire EUR/GBP a finalement terminé aux alentours de 0,913. Après la réunion de la Banque d'Angleterre et au vu de l'évolution des négociations sur le Brexit, nous restons à court terme prudents vis-à-vis de la livre.

Le taux à 2 ans britannique perd 5pb après que la BoE a laissé sous-entendre la possibilité de faire passer les taux en négatif.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Une semaine de doute…?

Une semaine de doute…?

L'industrie allemande masque une réalité morose

L'industrie allemande masque une réalité morose

Le yuan teste un important niveau technique

Le yuan teste un important niveau technique

Dynamique des prix sur le marché immobilier européen

Dynamique des prix sur le marché immobilier européen
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.