Industrie allemande: l'ange déchu

Les marchés

La production industrielle allemande a reculé de 1,9% sur une base mensuelle et de 4,7% sur une base annuelle en novembre 2018. Cela n'a rien de très surprenant étant donné la détérioration persistante du sentiment chez les industriels allemands. Mais ce chiffre fait tout de même mal. Il s'agit en effet de la première preuve concrète que l'économie allemande connaît un ralentissement structurel. Et naturellement, un essoufflement de la croissance en Allemagne signifie également un essoufflement de la croissance ailleurs en Europe. Cela n'a donc rien d'une bonne nouvelle.

Cela fait déjà quelque temps que les marchés financiers anticipent une dégradation du climat conjoncturel. Mais jusqu'à présent, ce pessimisme ne s'était pas encore traduit au niveau de l'économie. Malgré une décélération, l'économie européenne affichait en effet toujours une progression au troisième trimestre de 2018 (0,2%). Et, pendant ce temps, l'économie américaine faisait même beaucoup mieux (croissance de 0,9%). La contraction exceptionnelle de l'économie allemande observée durant ce trimestre (-0,2%) était surtout imputable à des problèmes de production provisoires dans l'industrie automobile. Les constructeurs allemands ont en effet dû s'adapter à de nouvelles normes d'émissions de CO2. Cette adaptation ne s'est manifestement pas faite sans heurts.

Le recul de la production industrielle allemande en novembre n'augure rien de bon pour le quatrième trimestre dans son ensemble. En outre, les chiffres de la production industrielle pour le mois d'octobre 2018 ont été revus à la baisse, de -0,5% à -0,8% sur une base mensuelle. Autrement dit, la détérioration observée au troisième trimestre pourrait ne pas être un phénomène temporaire, mais bien marquer le début d'un ralentissement de plus longue durée. Il est encore trop tôt pour l'affirmer avec certitude, mais l'histoire montre tout de même que la production industrielle allemande constitue un bon indicateur pour prévoir l'évolution du PIB allemand. L'industrie occupe en effet toujours une place importante dans l'économie allemande (20,66% du PIB en 2017). Et son importance dépasse même les frontières du pays, vu que de nombreuses entreprises européennes dépendent du moteur industriel allemand. Or, nous constatons aussi depuis déjà quelque temps un ralentissement de la croissance voire une stagnation de la production industrielle dans d'autres pays européens (voir le graphique). Pendant des années, l'industrie allemande a été la locomotive de l'économie européenne, grâce à la popularité des machines et des voitures allemandes à travers le monde.
Une première question cruciale est de savoir d'où vient ce recul généralisé de la production. La baisse touche tous les produits industriels, des biens d'équipement (-1,8%) aux biens de consommation (-4,1%), en passant par les biens intermédiaires (-1%). La production a également ralenti dans les secteurs de l'énergie (-3,1%) et de la construction (-1,7%). Le problème ne se limite donc pas à un secteur en particulier, comme l'industrie automobile par exemple. Une deuxième question à se poser est de savoir si les secteurs non industriels pourraient faire contrepoids. Le sentiment dans les secteurs liés aux services est certes meilleur, mais cela ne suffira pas à compenser l'important recul observé dans l'industrie. En outre, de nombreux secteurs des services évoluent conjointement avec l'industrie.

Le ralentissement de la production industrielle en Allemagne est un important signal qu'il ne faut pas négliger. Le risque que la croissance économique décélère effectivement en Allemagne et en Europe au quatrième trimestre est particulièrement élevé. Les principaux coupables de cette rupture sont à rechercher au niveau international, avec l'affaiblissement de l'économie chinoise, une économie américaine qui a connu son pic, les conflits commerciaux et le brexit. Les nuages s'accumulent donc au-dessus de l'économie européenne, laquelle aura du mal à trouver son second souffle, malgré de nombreux signaux positifs, comme la solidité du marché du travail et les nouveaux investissements.

 

Figure - Évolution de la production industrielle (indice - sources nationales).

Source: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La CBRT s'aventure à nouveau sur le marché des changes

La CBRT s'aventure à nouveau sur le marché des changes

Reprise économique confirmée après la troisième vague

Reprise économique confirmée après la troisième vague

Pression de toutes parts sur la BCE

Pression de toutes parts sur la BCE

Les chiffres solides l’emportent sur les hésitations de la Fed

Les chiffres solides l’emportent sur les hésitations de la Fed
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.