Faites confiance à la tendance

Les marchés

La semaine écoulée ne restera pas dans les annales comme une semaine particulièrement inspirante. C’est souvent le cas pour la semaine qui suit le rapport américain sur le marché de l’emploi. De plus, la morosité du commerce estival et l’absence relative de remous politiques ou autres ont pour effet de mettre cette donnée en exergue. Heureusement, cela va changer dans les prochains jours.

Après une déroute sans précédent en mars, le marché des actions a rapidement fait volte-face. La faiblesse des taux d’intérêt se traduisant par un manque d’alternatives, des liquidités abondantes et/ou l’esprit de groupe sont autant de facteurs qui ont contribué une reprise tout aussi inédite de certains indices. La hausse boursière repose également dans une large mesure sur la conviction d’une reprise rapide en forme de V sur une partie importante du marché. Cette semaine, les chiffres du secteur de la vente au détail américain, plusieurs indicateurs de confiance, un état de la situation économique britannique et les chiffres de croissance chinois pour le deuxième trimestre clarifieront les choses. Dans la saga du coronavirus, la Chine est en première ligne sur tous les plans. Les statistiques mensuelles ont suggéré que le pays tourne assez vite le dos à la crise. Les chiffres de croissance devraient en témoigner: d’une contraction de 9,8% en glissement trimestriel au premier trimestre, l’économie a probablement récupéré 9,5%. Un résultat impressionnant, surtout compte tenu du fait que le reste du monde était encore en confinement environ jusqu’à la mi-mai. Ce n’est pas un mince exploit pour un pays exportateur.

Quiconque s’interroge (à juste titre) sur ces chiffres de croissance et cherche un regard alternatif sur la reprise post-coronavirus trouvera certainement son bonheur au début de la saison des résultats. Demain, les institutions financières (américaines) entameront l’édition du deuxième trimestre. Personne ne doute que les “bottom lines” seront exécrables. Cependant, les perspectives pour les mois à venir s’avéreront intéressantes. Au premier trimestre, l’incertitude sans précédent a empêché de nombreuses entreprises de présenter une telle mise à jour. Vu le parcours boursier prometteur depuis lors, la barre est placée haut. Comment peuvent-elles encore dépasser les attentes? Néanmoins, les développements de ces dernières semaines montrent que le marché ne se laisse pas facilement décourager. Les tensions (géo)politiques avec la Chine, entre autres, s’intensifient manifestement. Avant le Covid-19, il en résultait des réactions de marché parfois violentes (souvenez-vous du conflit commercial). Mais aujourd’hui, même les records presque quotidiens du nombre de cas de contamination par le virus font à peine sourciller les bourses. La barre est donc en effet placée haut… pour une chute qui risque d’être d’autant plus dure.

Pour terminer, un dernier mot sur l’UE. En marge de la réunion de politique “pro forma” de la BCE prévue jeudi, un sommet européen spécial est programmé ce vendredi. Lors de cette réunion – physique –, les dirigeants de l’UE aborderont le plan de relance de 750 milliards d’euros. Certains acteurs ont déjà essayé de tempérer les attentes, en particulier la chancelière allemande Merkel. Un plan de relance finalisé d’ici le week-end a des allures de château en Espagne. Une réunion d’urgence supplémentaire (fin juillet?) sera d’autant plus importante. Pourtant, dans l’humeur actuelle des marchés, l’idée de progrès revêt peut-être plus d’importance que le résultat final. Dans cette optique, nous voyons peu de raisons à court terme d’aller à contre-courant de la tendance. Les actifs plus risqués peuvent continuer à enregistrer des résultats relativement positifs, en particulier l’euro. Après une légère correction le mois dernier, le différentiel EUR/USD fait preuve de résistance ces derniers jours. La performance de ce matin est déjà prometteuse (1,132). EUR/USD 1,135 s’établit comme une première zone de résistance à l’approche du sommet de juillet (1,1422).

Le cours EUR/USD est relativement robuste. Un premier niveau de résistance proche de 1,135 est en vue (cette semaine?).

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

La Fed fait ce qu'elle peut…

La Fed fait ce qu'elle peut…

Plus ou moins d'inflation en raison du coronavirus?

Plus ou moins d'inflation en raison du coronavirus?

L'innovation, victime d'un compromis européen

L'innovation, victime d'un compromis européen

Un euro fort ou un dollar faible?

Un euro fort ou un dollar faible?
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.