Le revers de la médaille du marché de l’emploi

Les marchés

Pour les férus de données parmi nous, jeudi a été une journée un peu inhabituelle. D’habitude, le rapport américain sur l’emploi, les “payrolls”, est publié chaque premier vendredi du mois. Or la semaine dernière, cette publication a eu lieu plus tôt en raison de la fermeture américaine pour la fête de l’Indépendance anticipée (le 4 juillet). Les payrolls mensuels ont donc coïncidé avec les demandes hebdomadaires de chômage. Une combinaison intéressante sur laquelle il vaut la peine de revenir.

Selon le BLS (Bureau of Labor Statistics), pas moins de 4,8 millions d’emplois ont été créés aux États-Unis en juin. Avec tout juste moins de 2,7 millions en mai, l’Oncle Sam récupère donc 7,5 millions d’emplois. Cela représente environ un tiers des pertes cumulées d’un peu plus de 22 millions sur mars et avril. Pratiquement chaque secteur interrogé a enregistré un gain net d’emplois, surtout les secteurs les plus touchés par la crise (détente et loisirs, commerce (de détail)). Le taux de chômage est ainsi retombé de 13,3% à 11,1%. Le BLS estime le taux de chômage réel – corrigé pour une classification erronée par les personnes interrogées – à environ 12%. Un taux élevé, mais nettement inférieur au pic de près de 20% (corrigé) enregistré en avril. Cette baisse s’inscrit en outre dans la poursuite de la reprise du taux de participation (de 60,8% à 61,5%). Le fait que le travailleur américain se représente sur le marché de l’emploi est un signal positif: cela peut être considéré comme un vote de confiance dans l’économie.

Que des bonnes nouvelles, donc? Pas tout à fait. Les chiffres généraux ne racontent qu’une partie de l’histoire. En effet, cette énorme création nette d’emplois masque le fait qu’en juin, près de 4 millions d’Américains sont tombés au chômage. Cela représente deux fois plus que la moyenne de 2019 et un sacré coup de massue. Et ce n’est pas parce que les entreprises rouvrent leurs portes que tout le monde peut automatiquement reprendre le travail. Quelque 600 000 Américains sont tombés au chômage permanent en juin, soit autant qu’au plus fort de la crise de 2009. Le marché de l’emploi américain est donc loin d’avoir digéré la crise du coronavirus. Les demandes hebdomadaires de chômage manifestent les mêmes signaux. Pour une énième semaine consécutive, la diminution a déçu: à 1,427 million de demandes, il est plutôt question d’une stabilisation que d’une véritable baisse par rapport à la semaine précédente (avec 1,482 million). Le nombre de chômeurs qui demandent une allocation pour au moins la deuxième fois consécutive a même légèrement augmenté, pour atteindre 19,29 millions. Cet indicateur du marché de l’emploi, plus opportun, capte sans doute les premiers effets de la forte recrudescence du coronavirus dans de nombreux états américains.

Les marchés accordent souvent peu d’attention à ce type de nuances qui rendent la situation moins réjouissante. Il n’en a pas été autrement jeudi dernier. Les bourses américaines ont terminé dans le vert, avec un nouveau record pour le Nasdaq. Les taux évoluent dans un autre monde et se sont négociés dans un calme plat. Enfin, le dollar s’est renforcé, même si à ce jour, il ne reste pratiquement plus rien des gains engrangés: l’optimisme jubilatoire du marché – sans raison vraiment apparente – fait à nouveau boire la tasse au billet vert. L’indice DXY pondéré des échanges commerciaux sort du canal haussier. Une première zone de support se situe aux alentours de 96,62. En ce qui concerne le différentiel EUR/USD, nous nous attendons à 1,13/135.

Le dollar pondéré des échanges commerciaux (DXY) tombe hors du canal haussier. La première zone de support se situe aux alentours de 96,62.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La croissance belge confirme la reprise économique

La croissance belge confirme la reprise économique

Powell ne voit aucune raison d’agir

Powell ne voit aucune raison d’agir

La MNB joue cartes sur table.

La MNB joue cartes sur table.

Politique budgétaire US: signal d'alarme pour l’UEM

Politique budgétaire US: signal d'alarme pour l’UEM
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.