Le revers de la médaille du marché de l’emploi

Les marchés

Pour les férus de données parmi nous, jeudi a été une journée un peu inhabituelle. D’habitude, le rapport américain sur l’emploi, les “payrolls”, est publié chaque premier vendredi du mois. Or la semaine dernière, cette publication a eu lieu plus tôt en raison de la fermeture américaine pour la fête de l’Indépendance anticipée (le 4 juillet). Les payrolls mensuels ont donc coïncidé avec les demandes hebdomadaires de chômage. Une combinaison intéressante sur laquelle il vaut la peine de revenir.

Selon le BLS (Bureau of Labor Statistics), pas moins de 4,8 millions d’emplois ont été créés aux États-Unis en juin. Avec tout juste moins de 2,7 millions en mai, l’Oncle Sam récupère donc 7,5 millions d’emplois. Cela représente environ un tiers des pertes cumulées d’un peu plus de 22 millions sur mars et avril. Pratiquement chaque secteur interrogé a enregistré un gain net d’emplois, surtout les secteurs les plus touchés par la crise (détente et loisirs, commerce (de détail)). Le taux de chômage est ainsi retombé de 13,3% à 11,1%. Le BLS estime le taux de chômage réel – corrigé pour une classification erronée par les personnes interrogées – à environ 12%. Un taux élevé, mais nettement inférieur au pic de près de 20% (corrigé) enregistré en avril. Cette baisse s’inscrit en outre dans la poursuite de la reprise du taux de participation (de 60,8% à 61,5%). Le fait que le travailleur américain se représente sur le marché de l’emploi est un signal positif: cela peut être considéré comme un vote de confiance dans l’économie.

Que des bonnes nouvelles, donc? Pas tout à fait. Les chiffres généraux ne racontent qu’une partie de l’histoire. En effet, cette énorme création nette d’emplois masque le fait qu’en juin, près de 4 millions d’Américains sont tombés au chômage. Cela représente deux fois plus que la moyenne de 2019 et un sacré coup de massue. Et ce n’est pas parce que les entreprises rouvrent leurs portes que tout le monde peut automatiquement reprendre le travail. Quelque 600 000 Américains sont tombés au chômage permanent en juin, soit autant qu’au plus fort de la crise de 2009. Le marché de l’emploi américain est donc loin d’avoir digéré la crise du coronavirus. Les demandes hebdomadaires de chômage manifestent les mêmes signaux. Pour une énième semaine consécutive, la diminution a déçu: à 1,427 million de demandes, il est plutôt question d’une stabilisation que d’une véritable baisse par rapport à la semaine précédente (avec 1,482 million). Le nombre de chômeurs qui demandent une allocation pour au moins la deuxième fois consécutive a même légèrement augmenté, pour atteindre 19,29 millions. Cet indicateur du marché de l’emploi, plus opportun, capte sans doute les premiers effets de la forte recrudescence du coronavirus dans de nombreux états américains.

Les marchés accordent souvent peu d’attention à ce type de nuances qui rendent la situation moins réjouissante. Il n’en a pas été autrement jeudi dernier. Les bourses américaines ont terminé dans le vert, avec un nouveau record pour le Nasdaq. Les taux évoluent dans un autre monde et se sont négociés dans un calme plat. Enfin, le dollar s’est renforcé, même si à ce jour, il ne reste pratiquement plus rien des gains engrangés: l’optimisme jubilatoire du marché – sans raison vraiment apparente – fait à nouveau boire la tasse au billet vert. L’indice DXY pondéré des échanges commerciaux sort du canal haussier. Une première zone de support se situe aux alentours de 96,62. En ce qui concerne le différentiel EUR/USD, nous nous attendons à 1,13/135.

Le dollar pondéré des échanges commerciaux (DXY) tombe hors du canal haussier. La première zone de support se situe aux alentours de 96,62.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

La Fed fait ce qu'elle peut…

La Fed fait ce qu'elle peut…

Plus ou moins d'inflation en raison du coronavirus?

Plus ou moins d'inflation en raison du coronavirus?

L'innovation, victime d'un compromis européen

L'innovation, victime d'un compromis européen

Un euro fort ou un dollar faible?

Un euro fort ou un dollar faible?
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.