Le grand retour (?) du Brexit

Les marchés

Aujourd’hui, Michel Barnier (à notre droite, pour l’UE) et David Frost (à notre gauche, pour le Royaume-Uni) se remettent en selle avec une visioconférence visant à relancer les négociations sur le Brexit. Ce dernier mois, on ne peut pas dire que le Brexit ait été un thème pertinent pour la devise britannique. En effet, la livre vient de traverser une période tourmentée: en quête de valeurs refuge, le marché l’a classée parmi les devises plus modestes et moins liquides et l’a mise en déroute. La préférence extrême pour les liquidités en USD a poussé “Cable” (la paire GBP/USD) à son niveau le plus bas depuis 1985. La livre a également dû mettre les pouces vis-à-vis de l’euro et du yen; le cours EUR/GBP a brièvement crevé les plafonds atteints après le référendum sur le Brexit (zone 0,95). Dans le sillage d’autres banquiers centraux, la Banque d’Angleterre a inondé le marché de liquidités (baisse des taux, assouplissement quantitatif, mise en place d’une ligne de crédit directe pour le gouvernement). Depuis et à l’instar d’autres petites devises, la livre britannique signe néanmoins un retour en force. Cette semaine, le facteur du Brexit est d’ailleurs revenu sur le devant de la scène pour expliquer cette hausse: certains observateurs partent du principe que la crise du coronavirus pourrait entraîner la suspension du processus. Pour rappel, le Royaume-Uni a quitté l’UE le 31 janvier, entrant ainsi dans une phase de transition jusqu’à fin 2020. C’est la (courte) période dont disposent les Britanniques et l’UE pour mettre au point leur nouvelle relation commerciale. Si les deux parties l’estiment nécessaire, cette période de transition pourra cependant encore être prolongée de deux ans – mais dans ce cas, il faudra en décider avant le 1er juillet.

Le jeu politique n’a guère changé. L’UE est prête à accorder un report si le Royaume-Uni le demande et continue à payer pour faire partie du marché unique. Le chancelier de l’Échiquier – le ministre des Finances – Sunak a toutefois déclaré que les négociations avec l’UE pourraient être conclues avant la fin de l’année, bien que le processus ait pris un retard important. Autre fait divers: le Bureau pour la responsabilité budgétaire, une autorité administrative indépendante au Royaume-Uni, a annoncé hier une contraction potentielle de l’économie britannique de 13%. Dans ce contexte, l’on pourrait penser que l’élaboration d’un nouveau cadre institutionnel complexe est une tâche vouée à l’échec, notamment parce que personne ne peut prédire à quoi ressemblera le monde (économique) au sortir de la crise.
Boris Johnson, qui jouit actuellement d’une belle popularité, pourrait donc parfaitement invoquer le coronavirus pour prendre un peu plus de temps pour préparer le Brexit. Mais Johnson et la sphère politique britannique l’entendent-ils de cette oreille? La probabilité de conclure les négociations à temps est pour ainsi dire nulle; la question est de savoir si à court terme, les Britanniques considéreront que c’est une raison suffisante pour demander un report dès à présent.

Ces derniers jours, la livre a enregistré de belles performances, surtout vis-à-vis de l’euro. Une grande partie des pertes dues au coronavirus ont été rattrapées. Il est difficile de dire si le nouvel équilibre (la fourchette) de l’EUR/GBP se situe à présent dans la zone 0,89 ou 0,85. Le facteur politique demeure un risque binaire, mais si la remontée récente de la livre est (en partie) due à l’espoir d’une clarification imminente quant à un report éventuel du Brexit et ses modalités, nous doutons que cette reprise soit durable. Outre le Brexit, il y a bien entendu d’autres facteurs, comme la préférence du marché pour les devises plus ou moins liquides. La détente récente a favorisé la livre. Mais cet optimisme pourrait à nouveau être (temporairement) remis en cause: malgré le sentiment de marché positif vis-à-vis de la livre, nous restons donc prudents, notamment à cause du Brexit.
 

Figuur - EUR/GBP: Le Brexit est-il de retour – et est-ce positif pour la livre?

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Changement de cap en Europe centrale

Changement de cap en Europe centrale

L’économie verte passe à la vitesse supérieure

L’économie verte passe à la vitesse supérieure

Lire et rouble sur la défensive suite à des combats dans le Caucase

Lire et rouble sur la défensive suite à des combats dans le Caucase

Le coronavirus comme thème de marché sera-t-il concurrencé?

Le coronavirus comme thème de marché sera-t-il concurrencé?
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.