Orban s'octroie les pleins pouvoirs

Les marchés

La paire EUR/HUF frôle de nouveau le niveau de 360 , le cours le plus élevé jamais enregistré. Les récents mouvements s'expliquent en grande partie par la faiblesse de la monnaie hongroise, et cela devrait encore continuer. Le recul du forint a eu lieu suite à un nouveau coup de force du premier ministre hongrois, Viktor Orban. Le parti d'"Orbanator" (le Fidesz) a profité de sa majorité des deux tiers au parlement pour mettre ce dernier hors jeu et attribuer les pleins pouvoirs au premier ministre pour une durée illimitée. La Hongrie est donc aujourd'hui dirigée par un seul homme. En théorie, la Cour constitutionnelle est encore en mesure de s'opposer aux décisions d'Orban, mais tout le monde sait que la plus haute juridiction du pays est également sous son contrôle. En plus de la dépréciation du forint, les investisseurs se sont également débarrassés de leurs actifs hongrois. Conséquence, les notations Baa3/BBB du pays (juste au-dessus de la catégorie spéculative) sont aujourd'hui dans le viseur. Le spectre d'une fuite des capitaux internationaux est bel et bien présent. Les taux hongrois ont grimpé d'environ 15 points de base.

La loi d'urgence a officiellement été votée afin de lutter contre les conséquences de la pandémie du coronavirus. Officieusement, Orban s'octroie les pleins pouvoirs à un moment où l'Europe est concentrée sur ses propres problèmes. Le dirigeant hongrois prend ainsi exemple sur ses homologues en Russie, en Chine et en Turquie. Le précédent hongrois est le prolongement d'une tendance que l'on observe déjà depuis quelques années et qui menace aujourd'hui de s'accélérer: le retour aux États-nations. La crise du coronavirus témoigne entre autres d'une résurgence d'un sentiment anti-européen dans les pays du Sud et de l'Ouest, où le manque de solidarité est vivement critiqué. Les pays du Nord pointent quant à eux le laxisme budgétaire et l'incapacité ou le manque de volonté à mener des réformes structurelles. Un difficile compromis permettrait de sortir de l'impasse.

La prise de pouvoir d'Orban pourrait avoir des conséquences sur l'"indépendance" de la banque centrale. Contrairement à ses consœurs d'Europe centrale, cette dernière a décidé, la semaine passée, de laisser ses principaux taux inchangés (0,9% pour le taux directeur et -0,05% pour le taux de dépôt). La banque n'a pas non plus fait mention d'un programme d'achats d'actifs directs. La MNB soutient néanmoins l'économie via la suppression des réserves obligatoires des banques et la mise à disposition de liquidités à hauteur de plus ou moins 20% du PIB hongrois (environ 27 milliards d'euros) à des conditions intéressantes. La manière dont les établissements financiers utilisent ces fonds (durées de 3 mois à 5 ans) n'est pas déterminante.

Nouvel assouplissement de la CNB
La banque centrale tchèque (CNB) s'est également réunie. Celle-ci a de nouveau réduit son taux directeur de 75 points de base à 1% et a laissé entendre qu'elle pourrait encore l'abaisser. Aucun achat d'obligations n'a pour le moment encore été officiellement annoncé. La semaine passée, la ministre des Finances tchèque a déclaré qu'elle avait trouvé un accord à ce sujet avec le président de la CNB, Jiri Rusnok. Le parlement devra toutefois d'abord approuver les modifications de loi nécessaires. Ce matin, Rusnok a déjà précisé que l'éventuel programme d'achat de la banque centrale ne ressemblerait en rien au bazooka de la BCE. Mais aucun détail n'a donc encore filtré. Le gouverneur de la CNB a aussi expliqué que la banque n'était jusqu'à présent pas encore intervenue pour ralentir/inverser un affaiblissement incontrôlé de la couronne. Le cours EUR/CZK oscille entre 27 et 28 depuis la mi-mars.

Mathias Van der Jeugt, salle des marchés KBC

EUR/HUF: forint sous pression à cause d'Orban.

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Back to normal

Back to normal

Pas de tempête budgétaire

Pas de tempête budgétaire

Le nouveau relèvement des taux hongrois n’aide pas le HUF

Le nouveau relèvement des taux hongrois n’aide pas le HUF

Contrer l’inflation avec un relèvement rapide des taux ?

Contrer l’inflation avec un relèvement rapide des taux ?
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.