Pas de nouveau "whatever it takes"...

Les marchés

"Whatever it takes". En promettant de faire tout ce qui était nécessaire, l'ancien président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, était devenu le chouchou des marchés. Dans le contexte de la crise du coronavirus, les marchés espéraient hier que sa successeure, Christine Lagarde, allait aussi annoncer sa propre version du "whatever it takes". Une tâche quasi impossible étant donné le peu de munitions dont dispose encore la BCE après les mesures déjà prises pour faire tourner le moteur économique. Cela s'est d'ailleurs reflété dans la réaction des marchés, que nous pourrions qualifier de déception "téléphonée".

D'abord quelques mots sur la décision elle-même. Tout d'abord, la BCE a laissé ses taux directeurs inchangés, alors que le marché anticipait une baisse de 10 points de base. Il est selon nous logique que la banque ne réponde pas à cette demande d'assouplissement à tout prix. En fait, personne ne s'attendait vraiment à ce que les taux deviennent encore plus négatifs (le taux de dépôt se trouve aujourd'hui à -0,50%). En quoi cela aurait-il aidé? Un banquier central ne peut évidemment jamais admettre officiellement que la politique de taux a atteint son plancher absolu. La BCE a, en revanche, pris d'autres mesures ciblées. Ainsi, les conditions des opérations de financement à long terme (TLTRO) ont encore été assouplies (taux plus bas) pour la période allant jusqu'à juin 2021. La banque poursuit par ailleurs son programme d'achat d'obligations de 20 milliards d'euros par mois, mais elle a aussi débloqué un montant de 120 milliards d'euros pour des achats supplémentaires d'ici à la fin de l'année. Elle n'a cependant pas précisé de quelle manière elle allait répartir ces achats (obligations d'entreprise et obligations d'État). Le marché s'attendait à plus de clarté à ce niveau. Lagarde a expliqué qu'elle était prête à utiliser toute la flexibilité du programme d'achat, mais a aussi ajouté que la banque ne dérogerait pas aux règles et restrictions existantes. Comprenez: la banque n'achètera pas des volumes disproportionnés d'obligations italiennes ou autres obligations périphériques. Durant la conférence de presse, la présidente a assez maladroitement indiqué que ce n'était pas la tâche de la BCE de maintenir les primes de risque de certains pays basses. Elle aurait mieux fait de s'abstenir.

Les marchés ont entendu et les bourses européennes ainsi que les obligations périphériques ont plongé encore davantage dans le rouge. Dans une interview plus tard dans la journée, Christine Lagarde a tenté de nuancer ses propos, mais le mal était fait. La présidente de la banque a également déclaré à plusieurs reprises que les autorités budgétaires/gouvernements se devaient de prendre l'initiative dans cette crise. C'est le cas, mais les marchés ont simplement vu dans ces déclarations la preuve que la BCE ne pouvait et/ou ne voulait plus faire grand chose.

Autre évolution qui mérite d'être soulignée: contrairement aux jours précédents, ce n'est pas l'euro, mais à nouveau le dollar qui a profité de cet environnement de crise. Les mouvements de marché auxquels on assiste à l'heure actuelle n'ont pas tous une explication logique (l'or a aussi plongé hier, par exemple). Dans un contexte où les investisseurs sont surtout à la recherche d'actifs liquides, le dollar bénéficie toujours d'un avantage par rapport à l'euro (et au yen). Une autre explication pourrait être que le marché redoute de voir la crise du coronavirus provoquer à nouveau des débats au sein de l'UE sur qui va (doit) payer quoi, comme ce fut déjà le cas lors de la crise de l'euro. Peu de temps après la décision de la BCE, la Fed a à son tour annoncé d'importantes mesures de soutien de la liquidité. Cela a fait perdre quelques plumes au dollar, mais le billet vert reste visiblement le mieux positionné en tant que valeur refuge ultime dans un contexte de tension extrême. La bonne négociabilité constitue ici le principal critère d'appréciation.
 

La recherche de liquidité fait également plonger l'or.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

La Fed fait ce qu'elle peut…

La Fed fait ce qu'elle peut…

Plus ou moins d'inflation en raison du coronavirus?

Plus ou moins d'inflation en raison du coronavirus?

L'innovation, victime d'un compromis européen

L'innovation, victime d'un compromis européen

Un euro fort ou un dollar faible?

Un euro fort ou un dollar faible?
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.