Pas de surprise à la Banque du Canada

Les marchés

Les réunions de politique s'enchaînent en ce dernier mois de l'année. La BCE se réunit aujourd'hui et la Fed et la Banque d'Angleterre suivront la semaine prochaine. En début de mois, nous avions déjà eu droit au communiqué de la banque centrale australienne. Et hier, c'était au tour de la Banque du Canada (BoC).

Il s'agissait d'une réunion de fin d'année intermédiaire, sans nouvelles prévisions de croissance et d'inflation. Celles-ci ont été actualisées pour la dernière fois de l'année en octobre. À ce moment-là, la BoC tablait sur une contraction économique de -5,7% pour l'année en cours. Un recul moins important qu'initialement redouté, en raison d'une reprise plus forte que prévu le trimestre précédent. Pour 2021 et 2022, la BoC mise sur une croissance moyenne de 4%. L'inflation se maintiendra quant à elle dans la moitié inférieure de la zone cible de 1% -3% au moins jusqu' à la fin de l'horizon de politique (2022). En octobre, la banque centrale avait toutefois mis en garde contre les conséquences de la résurgence du coronavirus. Les contaminations journalières avaient alors déjà dépassé le sommet enregistré lors de la première vague. Depuis, le nombre de nouveaux cas a encore triplé, à environ 6 500 par jour! Comparé à l'Europe, les restrictions imposées au Canada ne sont pas vraiment sévères. Mais cela pourrait bien entendu rapidement changer au vu des chiffres actuels. Le gouverneur de la BoC, Tiff Macklem, estime quoi qu'il en soit que les mesures de lutte contre le coronavirus pèseront encore sur la croissance au premier trimestre de l'année prochaine. Les nouvelles concernant le vaccin constituent une évolution favorable pour la banque centrale. Il reste cependant encore pas mal d'incertitudes en ce qui concerne son déploiement, que ce soit au niveau de la production, de la logistique ou des modalités pratiques de son administration.

Raison de plus pour maintenir une politique monétaire aussi souple que possible. Comme prévu, le taux (de dépôt) directeur a donc été maintenu à 0,25% et restera probablement à ce niveau au moins jusqu'en 2023. En communiquant de la sorte, la banque entend maintenir les taux à court et moyen terme bas. Pour comprimer les taux à long terme, la BoC continuera d'acheter des obligations d'État à raison de 4 milliards de dollars par semaine. Elle veut ainsi relancer la reprise économique et l'inflation, avec l'aide de la politique budgétaire.

Le récent renforcement du dollar canadien (USD/CAD) n'a certainement pas échappé à la BoC. Dans une allusion plutôt rare à la devise, la banque pointe surtout le doigt sur la faiblesse du grand frère américain, mais en s'abstenant de tout jugement de valeur. Le démarrage reflationniste du mois de décembre a poussé le cours USD/CAD sous 1,30. Effectivement en grande partie à cause de la faiblesse persistante du dollar américain. La tendance baissière de la paire EUR/CAD laisse cependant aussi entrevoir une certaine vigueur du CAD. Inutile de chercher loin pour en trouver la raison. Depuis novembre, le pétrole a grimpé d'environ 35%, ce dont profitent évidemment le Canada, pays riche en hydrocarbures, et sa monnaie. De manière générale, les cours des matières premières enregistrent de sérieuses hausses. Nous pensons notamment au cuivre ou au fer, qui a encore battu un nouveau record hier (150 $/tonne). Tout ceci s'inscrit dans le cadre d'une tendance reflationniste d'un retour à la normale sur le plan économique. La baisse du cours USD/CAD s'est récemment heurtée à un niveau de support tenace autour de 1,28. L'ombre de l'actuelle vague de coronavirus, qui s'étend jusque fin 2021, incite (temporairement?) le marché à la réflexion. À court et moyen terme, nous nous dirigeons plutôt vers une rupture à la baisse, avec une première zone de support intermédiaire aux alentours de USD/CAD 1,27. Par rapport à l'euro, la situation est plus neutre et le loonie ne devrait pas trop se renforcer.

USD/CAD

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

En 2020, le coronavirus a touché les régions de manière assez uniforme

En 2020, le coronavirus a touché les régions de manière assez uniforme

Une réputation se perd beaucoup plus vite qu'elle ne s'acquiert

Une réputation se perd beaucoup plus vite qu'elle ne s'acquiert

“The times they are a-changin’”…

“The times they are a-changin’”…

Les PMI stagnent; le marché anticipe

Les PMI stagnent; le marché anticipe
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.