À couteaux tirés

Les marchés

Faisons un instant abstraction de l'évolution désastreuse des cours qui a marqué la journée d'hier sur les marchés financiers. Ce n'est pas évident, je vous l'accorde, mais le fait est que nous avons déjà abondamment discuté de la cause sous-jacente – don’t mention the C-word –, et que nous en aurons encore plus qu'assez l'occasion dans un proche avenir. Au lieu de cela, nous nous proposons de revenir un instant sur le "B-word": le Brexit.

Le calme a fait son retour au Royaume-Uni depuis le début de cette année. Le résultat des élections a confié un mandat très clair à Boris Johnson et à son Parti Conservateur. Même le brouillard qui enveloppait le Brexit s'est quelque peu dissipé. Les statistiques se sont nettement améliorées (notamment les PMI reflétant la confiance des entrepreneurs), et la livre sterling déjà vigoureuse a poursuivi lentement sa progression. La principale explication à cette évolution réside dans la perspective typiquement à court terme du marché. Quiconque envisageait les choses à un peu plus long terme voyait déjà les nuages noirs s'amonceler.

Ces nuages noirs revêtent en l'occurrence la forme des négociations au sujet des relations commerciales futures entre l'Union européenne et le Royaume-Uni. Des négociations qui s'ouvriront la semaine prochaine. Le premier ministre Boris Johnson a d'ores et déjà présenté hier les lignes de force de son plan. Le fait que le Royaume-Uni s'efforcera de négocier une indépendance économique et politique maximale n'a en soi rien d'une véritable surprise. Il s'agissait là en effet du principal message de la campagne électorale de Boris Johnson l'année dernière: "take back control". La préférence de Boris Johnson va à un accord de libre-échange analogue à celui du Canada (l'AECG ou "CETA" en anglais). Cet accord ne prévoit presque pas de barrières douanières, n'exige pas l'application de la réglementation européenne, mais surtout: il ne prévoit pas la libre circulation des personnes. De l'avis de l'UE, une copie conforme de l'AECG n'est pas applicable en l'occurrence du fait du lien plus étroit (économique, mais aussi géographique) qui existe avec le Royaume-Uni. Boris Johnson veut aussi disposer d'un droit intégral à l'autodétermination sur le plan fiscal (impôts). Or, une telle autonomie pourrait sonner le glas du "level playing field" convenu avec l'ancienne première ministre Theresa May dans la "Political Declaration". Strictement parlant, le Royaume-Uni n'est cependant pas tenu de respecter ce document, puisqu'il ne revêt du point de vue juridique aucun caractère contraignant. Mais il y a évidemment de quoi froisser la confiance et plomber l'atmosphère autour de la table des négociations.

Sans compter que le temps presse. L'actuelle période transitoire s'achève en effet à la fin de cette année. Hier, Boris Johnson a même mis la barre un peu plus haut: les grandes lignes de l'accord commercial devront être définies d'ici juin. À ce moment, le premier ministre évaluera les progrès réalisés et décidera s'il poursuit les négociations ou s'il se retire au 10, Downing Street pour préparer son pays à un départ sans accord.

C'est donc à couteaux tirés que Boris Johnson prend le chemin de la table des négociations. Quoi qu'il en soit, ses propos font ressurgir le scénario tant redouté du Brexit sans accord, et cela n'a pas échappé au marché. La livre a perdu un point entier par rapport à l'euro. Le différentiel EUR/GBP (qui oscille actuellement aux alentours de 0,855) repart ainsi vers le haut du canal latéral de 0,83-86. Nous avions déjà mis en garde la semaine dernière contre une pause ou un revirement dans l'ascension de la livre. À l'approche des négociations et vu la fragilité du sentiment à l'égard du risque, nous ne voyons pour l'instant pas vraiment de raisons de changer d'avis.

EUR/GBP: Boris Johnson fait ressurgir le spectre du Brexit sans accord. La livre se retrouve sous pression.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

De la Chine à la Pologne en passant par le Canada

De la Chine à la Pologne en passant par le Canada

La crise du coronavirus menace l'octroi de crédit

La crise du coronavirus menace l'octroi de crédit

“Normalisation” sur le marché des changes

“Normalisation” sur le marché des changes

Faites confiance à la tendance

Faites confiance à la tendance
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord?Cliquez ici.