L'espoir d'un accord commercial dope les marchés

Les marchés

Le conflit commercial sino-américain nous a déjà valu bien des migraines cette année et a fait passer les investisseurs d'un sentiment à l'autre. Tantôt Américains et Chinois semblaient très proches d'un accord partiel, provoquant ainsi un mouvement d'euphorie sur les marchés. Tantôt les espoirs fondaient comme neige au soleil et les investisseurs partaient chercher refuge dans des valeurs plus sûres. L'heure est de nouveau à l'optimisme depuis quelque temps, au grand soulagement de tous...

Les discussions se poursuivent

Les récents développements favorables sur le front du commerce et les assouplissements de nombreuses banques centrales offrent de nouveau un soutien aux marchés et aux actifs plus risqués. Les négociateurs américains et chinois se sont parlé au téléphone ce matin et ont eu une conversation constructive. Le vice-Premier ministre chinois Liu He a en effet appelé le représentant pour le Commerce Robert Lighthizer et le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin. Lors de leur entretien téléphonique, ces hauts dirigeants ont abordé plusieurs problèmes clés ayant un rapport avec l'accord intérimaire actuellement en préparation. La phase 1 de l'accord prévoirait une trêve (ou peut-être même la paix?) dans la guerre commerciale qui oppose ces deux grandes économies depuis si longtemps. Chinois et Américains ont trouvé un terrain d'entente et ont promis de rester en contact pour essayer de trouver une solution aux problèmes restants. II est encore difficile de savoir quand l'accord sera signé, mais les marchés n'accordent visiblement pas d'importance à ce détail pour le moment. Tant que les deux camps se parlent, les investisseurs sont contents.

Verre plus qu'à moitié plein pour les Américains

Le président de la Fed, Jerome Powell, a rajouté une couche d'optimisme hier en déclarant: "À ce stade de la longue expansion, je vois le verre plein à moitié plein". Ajoutant: "Avec les bonnes politiques, nous pouvons le remplir davantage, en nous appuyant sur les gains obtenus jusqu'à présent et en généralisant les avantages plus largement à tous les Américains." Le numéro un de la banque centrale a, par ailleurs, de nouveau souligné que la politique monétaire ne suivait pas un cap préétabli, mais qu'elle ne serait adaptée qu'en cas d'évolutions significatives des perspectives pour l'économie américaine.
Les investisseurs apprécient le scénario actuellement prévu pour la croissance et les taux. Poursuivant sur leur lancée, les bourses affichent une belle progression. Le trio américain S&P 500, Nasdaq et
Dow Jones se trouvent à des sommets historiques, avec une hausse de 30% en un an. Les bourses européennes ne sont pas en reste. L'indice boursier Euro Stoxx 50 a ainsi battu son record de 2017 et a grimpé de 23% au cours de l'année écoulée. Les taux longs américains et européens (10 ans) se sont redressés par rapport à leur plancher de septembre et affichent une hausse d'environ 30pb. Le spectre de la récession, qui était encore très présent cet été, semble désormais avoir complètement disparu. Le climat globalement favorable au risque, la posture attentiste de la Fed et le mini-accord qui devrait bientôt être mis sur la table devraient encore donner davantage d'oxygène aux bourses et aux taux.

Youssra El Nasire, salle des marchés KBC

La bourse américaine (S&P 500) se réjouit des nouvelles positives sur le front du commerce.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen

Sommes-nous prêts pour un monde “sans” soutien?

Sommes-nous prêts pour un monde “sans” soutien?

La formation d'une coalition s'annonce difficile en Allemagne

La formation d'une coalition s'annonce difficile en Allemagne
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.